Braises de Grazia Deledda

Braises de Grazia Deledda
(Cenere)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Cyclo, le 30 septembre 2015 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 1 550 

encore un Prix Nobel oublié à découvrir

"Braises" (titre original "Cenere", paru en 1904) est le roman de l'enfance et de l'adolescence dans le monde primitif de la montagne sarde. Anania, le héros, est le fruit de la faute. Sa mère, Oli, l'a eu hors mariage, et l'abandonne à l'âge de sept ans. Il est alors élevé dans le village de Fonni par une douce veuve, zia Tatàna, en compagnie du fils de celle-ci, Zuanne. Les deux garnements font les quatre cents coups. Mais Anania, torturé par l'absence de sa mère, connaît son père, ouvrier agricole qui rêve de découvrir un trésor caché, et décide de le rejoindre.
Il est alors élevé par sa belle-mère, zia Grathia. Il se lie d'amitié avec Bustianeddu, un garçon du village, et participe aux travaux des champs : là aussi, ils font des bêtises et, "comme les délinquants que l'on emprisonne, Bustianeddu ressortait de cette sorte de captivité plus rusé et plus endurci que jamais." Le patron de son père, monsieur Carboni, l'oblige à reconnaître son fils, qu'il parraine à l'occasion de sa confirmation. C'est lui qui va aider l'adolescent ambitieux à faire des études primaires, puis secondaires qui vont l'emmener à Cagliari, la capitale, où Anania essaie de retrouver sa mère. Anania est tombé amoureux de la fille de Carboni, Margherita. Mais il se sait inférieur, surtout du fait de son illégitimité. Quand il part à Rome pour ses études supérieures, qui seules peuvent le rapprocher de l'espérance d'un mariage, les deux jeunes gens échangent des promesses d'amour.
Mais tout en étudiant avec vigueur, il essaie de retrouver la trace de sa mère : "Chercher sa mère ! Cette idée l'accapara corps et âme et ne le lâcha plus." Il a bien connu la misère de la vie à la campagne, "la voix des gens qui n'avaient rien à manger, des femmes qui n'avaient pas de vêtements et des hommes qui se soûlaient pour s'abrutir et finissaient par frapper leur femme, leurs enfants et leurs bêtes parce qu'ils ne pouvaient pas frapper le destin." Il sait que sa mère est une victime, elle aussi, du "destin qui prive de travail des êtres malheureux, comme il en prive d'autres de raison, de santé ou de bonté."
Je ne raconterai pas la fin du livre. Le roman est magnifiquement tenu jusqu'au bout, et Grazia Deledda refuse la facilité de la fin heureuse. Le héros, après avoir retrouvé Oli, vieillie avant l'âge, malade de la malaria et dans une misère noire, se rend compte de "ce qu'est l'homme : une flamme futile qui passe dans la vie, réduit en cendres tout ce qu'elle touche et s'éteint lorsqu'elle a tout détruit..." Il passe volontiers de l'amour à la haine envers cette femme qui l'a abandonné trop tôt et qui lui fait penser que "la douleur et la joie se ressemblent : l'une et l'autre brûlent."
"Braises" est le magnifique portrait d'un enfant, puis d'un adolescent et d'un jeune homme en recherche, souvent très proche de ses « mères » successives (ses deux marâtres, puis sa logeuse à Rome), et dont le besoin de rechercher Oli apparaît presque comme un désir inconscient d'inceste. On rencontre chez lui une absence de clairvoyance que signale parfaitement le vieux jardinier devenu aveugle : "Quand je voyais avec les yeux de mon corps, mon âme était aveugle, mais maintenant je vois, je vois avec les yeux de l'âme."
Un très grand roman qui baigne dans la nature et la montagne sardes, qui sont ici, comme l'indique la traductrice dans sa postface, à la fois "témoin et reflet des mouvements de l'âme." Roman régionaliste, si l'on veut (mais ça n'a rien de péjoratif, il suffit de penser à Giono ou à Faulkner), réaliste certainement, et même vériste dans la lignée de son compatriote Giovanni Verga, le Sicilien.
Le livre plaira particulièrement à ceux qui, comme moi, ont vécu leur enfance dans la campagne profonde, et qui était encore aussi primitive dans les Landes des années 50 qu'en Sardaigne au début du 20ème siècle.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Braises

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Braises".