Mazagan
de Abdelali Najah

critiqué par Najah, le 5 septembre 2015
(El Jadida - 55 ans)


La note:  étoiles
Mazagan - Abdelali Najah
L’écrivain Abdelali Najah vient de publier son premier livre intitulé « MAZAGAN » (Editions Edilivre, Paris, mars 2015, 168 pages) et dans lequel on lira dans l’introduction : « Ce livre est le fruit d’un travail de plus de 6 ans, période dans laquelle j’ai fait la connaissance des hommes du monde de la culture, de l’art et du sport. Des intellectuels, des artistes et des sportifs ont chacun sa « petite » aventure qui résume sa conception de voir la Nature, la Culture, l’Etre et l’Univers. D’où, la problématique du livre est centrée entre autres sur la question du patrimoine, la mondialisation et l’inégalité entre le nord et le sud, le retour du sacré dans la vie des individus et des collectives, l’écriture et la différence, le rôle de la presse dans le processus de démocratisation de l’Etat moderne, et en un mot les problèmes du monde moderne.

L’idée de ce livre d’interviews est née d’une rencontre à la ville d’El Jadida au Maroc, de mon ami le cycliste suisse Jacques Depuis qui faisait le tour du monde en vélo. C’était le premier pas et la boucle est bouclée par l’interview du metteur en scène français Thierry Poquet. »

De part sa fonction de journaliste électronique, l’auteur aborde dans « Mazagan », qui est une Cité portugaise à la ville d’El Jadida, des thèmes d’actualités avec des interviewés de gros calibres en l’occurrence l’ancien ministre marocain de la communication Mr. Larbi Messari sur le thème de la transition vers la presse élec-tronique, l’intellectuel japonais Kolin Kobayashi sur la société japonaise postmoderne, le photographe professionnel français Laurent Mulot qui implante Middle of Nowhere à Mazagan un centre continental d’art contemporain, le metteur en scène français Thierry Poquet qui a monté la mise en scène du concert d’ouverture du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde intitulé Manteq at-Tayr : « Conférences des Oiseaux : Lorsque les cultures voyagent… » du sophiste Sheikh’Attâr Neyshâbouri, le lecteur public français Marc Roger sur les chemins d’une Méridienne imaginaire qui va de Saint-Malo à Bamako pour aller lire à voix haute tout au long des 5000 km qui séparent les deux villes (romans, poèmes et nouvelles, d’auteurs de littérature française et étrangère), les compagnies d’arts le théâtre d’Illusia- Le Lutin-théâtre d’images ou Tour de cirque qui fait un voyage en Afrique, le cycliste suisse Jacques Dupuis qui fait le tour du monde à vélo, le grand chorégraphe indien Raghunath Manet dans une chorégraphie qui puise dans l’Inde antique, la grande danseuse espagnole de ballet flamenco Eva YERBABUENA qui a présenté son spectacle « Pluie » au Maroc et la grande chanteuse comorienne Nawal.



Autant d’aventures à couper le souffle, et tant de courages et d’audaces qui finissent tantôts biens et tantôts en désastres, la conviction et la vocation ne suffisent pas forcement à affronter les dangers et les obstacles de la vie.