Les Maîtres Sonneurs de George Sand

Les Maîtres Sonneurs de George Sand

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pucksimberg, le 20 novembre 2020 (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 40 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 198 

Brulette, Joset, Huriel et Tiennet

Dans les régions de Berry et du Bourbonnais Tiennet raconte son quotidien auprès de sa cousine Brulette. Cette dernière vit sous le même toit que Joseph au début de l’œuvre. Celui-ci est un peu considéré comme un enfant simple, fragile et étrange. Il sera un jour intéressé par l’activité de cornemuseur. Dans les plaines et les forêts de ces régions déambulent les muletiers craints par le plus grand nombre par leur brusque façon de vivre et les maîtres sonneurs respectés par leur-savoir faire. Les nuits sont occupées par les bals improvisés où toute cette jeunesse s’amuse à danser au son des cornemuses. Huriel, muletier, va modifier l’équilibre de ce petit monde, tout comme sa sœur Thérence. Brulette est belle et coquette. Elle ne manque pas d’être courtisée par de nombreux garçons, et puis, il y a Joseph, puis Tiennet le narrateur et aussi …

Ce roman plonge le lecteur dans le monde rural si cher à George Sand. Et c’est un monde qui a disparu que l’on découvre loin de notre vie stressante et citadine. Le roman se découpe en plusieurs veillées et Tiennet raconte l’histoire de tous ces jeunes gens. Cette construction renvoie déjà à une façon de faire propre à ce monde où l’on se racontait des histoires le soir. Je dois reconnaître que cet univers ne m’est pas familier et même ne m’attire pas spontanément, mais un séjour dans le Berry m’a incité à lire ce texte. Je dois reconnaître qu’il est beau, bien construit et possède un charme quelque peu désuet qui saura emporter le lecteur qui accepte de découvrir la vie paysanne de ces régions. Les personnages sont peints avec justesse et le lecteur les quitte avec un petit pincement au cœur tant l’on a partagé des moments simples et profondément humains avec eux. George Sand a une façon unique de rendre ses personnages vivants. La bonté de la plupart d’entre eux apporte une vision réconfortante.

Les scènes sont pittoresques, amusantes parfois et dures aussi. Les activités paysannes, peu décrites, sont difficiles, mais les relations amoureuses, amicales ou familiales ne sont pas toujours faciles non plus. Les hommes jouent parfois des muscles et l’orgueil les met parfois à l’épreuve. C’est un monde aussi sujet aux superstitions que l’écrivaine évoque. Ce Berry peut être lumineux en journée et sombre quand il est question de certaines croyances.

Le fait de parler du monde de la campagne a tendance à confiner George Sand au rang des écrivains mineurs, pourtant sa plume est belle et ses personnages sont brossés avec justesse. Les bons sentiments prédominent ce qui n’exclut pas des comportements violents parfois. Attaquée par certains écrivains à cause sa prolificité, elle n’en demeure pas moins un auteur qui a son charme. Certains auteurs masculins l’ont parfois associée avec une grande élégance à une vache, alors que d’autres n’hésitent pas à la comparer à Balzac. Femme qui suscite les débats, elle est l’auteure d’une œuvre variée et riche. Ce roman est particulièrement réussi.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les Maîtres Sonneurs

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Maîtres Sonneurs".