Ma mère se cachait pour pleurer
de Peter Stephen Assaghle

critiqué par Imani, le 20 juillet 2015
(Toulouse - 37 ans)


La note:  étoiles
trois fois conquise.
c'est l'un de ces romans qu'on ne lâche qu'une fois terminé.
Il est dense, il est beau. La narration est menée d'une main de maître.

D'abord sceptique en lisant le titre, je me suis lancée dans la lecture de ce qui dès le départ m'a tenue en haleine.
L'histoire est rondement menée.

et ce qu'il y a de beau à l'intérieur est le fait de replonger dans l'adolescence quelque part en Afrique.
Les histoires s'enchainent: l'amour, la famille, les drames conjugaux...mais surtout un mal des plus pénible à comprendre et à accepter L'INCESTE.

J'ai senti mes cheveux se hérisser au-dessus de ma tête en lisant combien un père pouvait se montrer brutal et destructeur envers sa fille.

Mais l'amour es là malgré le drame familial qui se terre et dont les mère, c'est bien connu, taisent pas mal pour que la famille ne s'effondre pas.

Peter Assaghle réussit une prouesse en nous offrant ce premier roman, lui qui nous vient de la poésie.
Il a bien fait car il sait trouvé la cadence et les mots pour nous faire dire: vivement le prochain.