100 Photos de Jean-Marie Périer pour la liberté de la presse
de Jean-Marie Périer

critiqué par Veneziano, le 18 juillet 2015
(Paris - 40 ans)


La note:  étoiles
Un livre léger et joli pour la liberté de la presse
Ce sont les trente ans de Reporters sans frontières. Comme chaque année, le mouvement publie un livre de photographies de personnes célèbres. Cet achat permet ainsi d'oeuvrer à prix accessible pour une belle cause, la liberté de la presse.
Il ne me semble pas qu'il s'agisse d'une démarche superficielle, certainement pas totalement, en tout cas. Il s'agit, quand même de photographies d'art ; et aussi suis-je prêt à assumer ma facette de midinette, ou de type un peu léger. Cette série d'ouvrages permet de prendre du recul sur la conception du portrait photographique, sur la perception, voire l'utilité du beau.

Cette année, cet album est consacré à une époque, plus précisément à des musiciens qui l'ont incarnée, les yéyés et les années 1960. Jean-Marie Périer reprend du service pour nous montrer de nouveau et nous expliquer, quelque peu, sa démarche. Cette (re)découverte fait passer un bon moment, devant de belles images, fait réfléchir à l'esthétique d'une époque insouciante où tout semblait sourire.
Françoise Hardy, qui fait la couverture en robe de métal de Paco Rabanne, Johnny et Sylvie, les Rolling Stones, les Beatles, Jacques Dutronc, Sheila, Claude François et ses Claudettes, Catherine Deneuve, Michel Sardou, viennent habiter cet album-souvenir.

Patrick Modiano introduit l'ouvrage, qui est ponctué par l'activité de Reporters sans frontières et l'état de la liberté de la presse dans le monde. Cela reste intéressant et assez utile.