Le Club des Cinq et le trésor de l'île
de Enid Blyton, Frédéric Rébéna (Dessin)

critiqué par Koolasuchus, le 3 avril 2016
(Laon - 28 ans)


La note:  étoiles
La toute première aventure
Avant de former une inséparable bande de jeunes aventuriers il a bien fallu que François, Mick et Annie rencontrent Claude et Dagobert. C'est dans ce roman, le tout premier de la série, que les présentations sont faites. Envoyés en vacances à Kernach chez l'oncle Henri et la Tante Cécile, qu'ils ne connaissent pas encore, François, Mick et Annie font la connaissance de leur cousine qui est loin d'être aimable à leur égard. Pourtant, au fur et à mesure, elle s'amadoue quelque peu et décide de les emmener voir les ruines du château de Kernach qui se trouvent sur "son" île. Cette exploration sera donc le début d'une fabuleuse aventure qui liera ainsi les cousins, accompagnés déjà de Dagobert, et qui verra également la création du Club des Cinq.

Malgré les années, ce livre fut publié en Angleterre pour la première fois en 1942, les tribulations du Club des Cinq gardent un certain charme, avec un petit côté désuet qui n'est pas désagréable car il nous transporte à une autre époque qui n'est pourtant pas si éloignée que cela. L'histoire en elle-même est assez classique, c'est une chasse au trésor comme on en trouve beaucoup dans la littérature jeunesse, mais elle est très sympathique et même si les ficelles sont parfois un peu grosses l'intrigue tient ses promesses. L'édition que j'ai lue est antérieure à celle de la couverture présentée ci-dessus et tant mieux car les plus récentes ont été bien simplifiées et modernisées, procédé que je trouve assez discutable. Certes les anciennes éditions sont moins politiquement correctes avec quelques relents sexistes, malgré le personnage de Claude qui est une fille avec un fort caractère, mais elles sont le reflet d'une époque et je pense que les enfants sont tout de même capable de prendre de la distance. Le Club des Cinq reste donc, pour moi, une valeur sûre de la littérature jeunesse et je suis certain que les aventures de Claude, Annie, François, Mick et Dagobert peuvent encore plaire aux jeunes générations.