Les réprouvés de Ernst von Salomon

Les réprouvés de Ernst von Salomon
(Die Geächteten)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Vince92, le 22 octobre 2016 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 43 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 178ème position).
Visites : 1 593 

Un conservateur révolutionnaire

Ernst von Salomon avait 16 ans lorsque le Premier Conflit Mondial s'achève. Cadet de la Reichwehr, et comme de nombreux adolescent élevés dans l'amour de la Patrie; il se trouve désoeuvré lorsque la révolte spartakiste éclate partout en Allemagne et que les troupes de l'Armée Rouge lancent des pointes offensives dans les Etats Baltes. Dès lors, des centaines de volontaires se regroupent en Corps Francs pour conjurer cette menace mortelle pour le Reich et la nation allemande.
Au coeur des motivations de ces volontaires, non pas une idéologie conservatrice (dans le sens où l'ordre ancien serait la valeur cardinale à préserver) mais au contraire, une volonté de rebattre les cartes des rapports de forces, abattre la propriété et remettre la Nation au premier plan pour le bien du Peuple.
C'est dans ce roman autobiographique, véritable bréviaire de la Révolution Conservatrice allemande que von Salomon retrace son expérience au combat. Camaraderie du Front, violence entre groupes politiques opposés, les Corps Francs de la Baltique sont au centre du jeu diplomatique de la région et c'est une des forces du livre que de mettre en lumière un épisode historique largement méconnu du public.
Démobilisé, Ernst von Salomon rejoint l'une des nombreuses organisations secrètes qui portent l'opposition au régime de Weimar. Il sera impliqué dans l'attentat qui conduira à l'assassinat de Walther Rathenau. Capturé, il fera cinq années d'emprisonnement... ces événements sont relatés dans les deuxième et troisième parties du livre.
Michel Tournier, dans la préface du roman s'étonne que von Salomon n'ait pas rejoint le mouvement nazi à la même époque... c'est mal connaître la famille de pensée de Jünger et von Salomon qui ne rejoindront jamais le mouvement nazi. Nationalistes, certes; mais retors aux dogmes matérialistes qui sous tendent le national-socialisme tout comme le communisme. L'idéal national-conservateur vise beaucoup plus haut: non pas le bonheur du peuple mais son accomplissement en tant que peuple.
Un ouvrage éclairant pour comprendre ces exaltés d'une autre époque qui souvent auront porté leur idéal jusqu'au sacrifice suprême... pour leur honneur; une valeur désormais obsolète.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une douloureuse après-guerre

7 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 62 ans) - 16 octobre 2020

À la fin de la première guerre mondiale, le très jeune Ernst est encore un cadet de l’armée. Il ne pourra donc pas s’illustrer dans les tranchées. L’Allemagne vaincue est en proie à des troubles importants. L’auteur assiste à des exactions de la part de groupes révolutionnaires bolcheviques qui veulent déclencher une véritable guerre civile. Très vite, il s’engage dans l’armée qui a bien du mal à rétablir l’ordre dans le pays. Il se retrouve d’abord à Berlin, puis à Weimar et enfin du côté de Riga avec les Baltes pour faire face aux Lettons communistes et autres spartakistes qu’il faut débusquer à la mitrailleuse. Mais quand le gouvernement ordonne le cessez le feu et le retrait des troupes, il fait partie d’un groupe de soldats qui entre en rébellion et finit par se retrouver sous le feu croisé de l’armée régulière et des Rouges. 9 dixièmes des insurgés périssent dans un baroud d’honneur désespéré. Salomon réussit à ne pas se faire assassiner en cachant sa qualité d’officier, puis à s’enfuir de son lieu de rétention en troquant ses vêtements. Mais la lutte pour l’Allemagne ne fait que commencer. Avec quelques compagnons, ils cachent des armes, s’organisent en groupes d’auto-défense et tentent même d’aller récupérer la Haute Silésie attribuée à la Pologne !
« Les réprouvés » est un témoignage de première main sur une période fort troublée de l’histoire allemande. La guerre est finie et pourtant c’est très loin d’être la paix en Allemagne. Le traité de Versailles est considéré comme cruel et injuste. Les Français sont vus comme des occupants sales et peu respectueux des populations. Le territoire est amputé à l’est. Salomon va de tribulations en tribulations. Cet apprenti conspirateur plutôt naïf finit par ramasser cinq années de prison pour complicité dans l'assassinat de Walther Rathenau. La description des souffrances endurées lors de ses années de détention est assez hallucinante. À sa sortie, le livre s’achève avec l’apparition d’un certain Adolf Hitler. Le lecteur comprend mieux comment un pays humilié, ravagé par une guerre civile larvée et ruiné par une inflation démentielle (on compte par millions et par milliards de marks) a pu produire un tel personnage et une telle doctrine. Au total, un livre plus intéressant du point de vue document historique que littérature à proprement parler. Le style de Salomon assez peu léger amène une lecture un tantinet laborieuse, mais le propos mérite l’effort vu que la période pré-nazie est assez méconnue de ce côté du Rhin.

Forums: Les réprouvés

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les réprouvés".