François 1er de Max Gallo

François 1er de Max Gallo

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Ddh, le 1 juin 2015 (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 78 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 852ème position).
Visites : 1 668 

Pour tout savoir sur François 1er

Tout le titre éclaire le lecteur sur ce qu’il va découvrir à la lecture de ce récit : François 1er, roi de France, roi-chevalier, prince de la Renaissance française.
De nombreux ouvrages historiques étoffent sa bibliographie. A noter Louis XIV et Napoléon.
François 1er a eu toute sa vie une profonde complicité avec sa mère, Louise de Savoie, et sa sœur aînée Marguerite de Navarre. Le début de son règne est brillant avec sa victoire à la bataille de Marignan (1515) qui lui permet d’acquérir le Milanais. Pas pour longtemps car en 1521, c’est le désastre de la bataille de Pavie où il est fait prisonnier ! Il y a échange de prisonnier : François 1er contre ses 2 enfants ! Finalement, tout rentre dans l’ordre. C’est la paix entre le roi de France François 1er et Charles-Quint, souverain du Saint Empire germanique.
François 1er et Henri VIII, roi d’Angleterre rivalisent dans le clinquant au Camp du Drap d’Or à Guînes et à Ardres. Au gré de tournois et chasses qui émailleront toute la vie de François 1er.
François 1er, roi très chrétien, combattra cruellement les hérétiques calvinistes, luthériens, vaudois… mais il s’alliera à Soliman le magnifique, sultan musulman ! Tout doit être possible pour affaiblir Charles-Quint, empereur tout aussi chrétien.
C’est aussi le prince de la Renaissance car il reçoit Léonard de Vinci au clos Lucé et le tient comme ami très proche. Un roi aussi aimant et amant : son épouse Eléonore, sœur de Charles-Quint, ses nombreuses maîtresses et favorites comme Diane de Poitiers.
Un livre imposant mais à la lecture agréable : de courts chapitres au gré des dates, des citations parfois « crues » en français d’époque. Vraiment, en fait de tortures, de cruautés, nos ancêtres n’étaient pas en manque d’imagination !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une biographie peut-être trop élogieuse

7 étoiles

Critique de Incertitudes (, Inscrit le 4 décembre 2008, 35 ans) - 10 janvier 2017

J'ai eu du mal à cerner François 1er.

On découvre un roi aimant profondément sa famille. Sa mère Louise de Savoie, sa sœur Marguerite et surtout ses enfants.

C'était aussi un amoureux des arts vouant une profonde admiration à Léonard de Vinci qu'il fera venir en France (lui ou sa mère en réalité selon d'autres sources) avec dans ses bagages : La Joconde.

On lui doit également la construction de grands châteaux : Amboise, Chambord, Fontainebleau. Ce qui est peut-être sa plus grande réussite.

J'ai pu remarquer également qu'il aura passé sa vie à chevaucher la France de long en large et en travers. Là où on reproche à nos politiques actuels d'être enfermé dans leur tour d'ivoire, il y a cinq cents ans, ce roi était loin de rester enfermé dans son château. D'autant plus qu'il était un grand amateur de chasse.

Militairement, si on se souvient de nos cours d'histoire à l'école primaire, on se souvient donc de cette date-clé : 1515. Victoire de François 1er à Marignan.

A côté de ça, il y a le désastre de Pavie qui aboutira à son incarcération en Italie puis en Espagne avant d'être libéré en échange de ses deux fils.

En France, il luttera férocement contre les hérétiques, adeptes des théories de Luther et Calvin. Ces derniers seront souvent exécutés sur la place publique.

C'était aussi un roi qui m'a semblé obnubilé par son rival Charles Quint, roi d'Espagne. Capable de le faire venir en France pour proposer la paix avant de lui faire la guerre dans la foulée. En allant même jusqu'à demander l'aide de Soliman le Magnifique, le Grand Turc, ennemi de la foi chrétienne. Tout en se demandant constamment si c'était une bonne idée.

Amateur de chasses, de festins homériques, de tournois, de femmes, plus fidèle en amitié qu'en amour d'ailleurs, tout l'art de Gallo consiste à nous le rendre attachant et c'est réussi.

Forums: François 1er

Il n'y a pas encore de discussion autour de "François 1er".