La Liberté des détours de Mathieu Blais

La Liberté des détours de Mathieu Blais

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Libris québécis, le 31 mai 2015 (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 77 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 223 

Jonas dans la baleine

Monsieur Jonas a le mal de voyager. Avec cette chanson que les scouts aiment fredonner, l’auteur tente d’illustrer le sort de son héros dépité par son père récemment inhumé. Le temps n’a pas encore filé qu’il déguerpit de Saint-Michel-des-Saints pour joindre Baie-Trinité, un village tricoté serré sur une Côte-Nord enneigée. C’est entre les sapins et les Indiens que Paul Roberge cherche un chemin pour assumer son destin.

Ce Jonas moderne veut devenir un vrai homme comme lui a commandé son père avant sa mort à l’instar de Rudyard Kipling. On ne peut passer sa vie en sous-chien même si l’on descend d’une race supérieure. L’amont le garantit d’une souche bien enracinée. On ne peut être qu’un ça. À lui de remonter la filiation afin de se connecter aux coureurs des bois et aux pionniers qui se sont laissé emporter par les vents fortifiés de l’ouragan pour construire un pays. Rêver d’une Amérique que l’on s’approprie sous la férule d’un diable qui mène la chasse-galerie, ne jamais être le nègre de personne. Être un homme libre.

Comme le survenant de Germaine Guèvremont, le héros tente de se muer en un dieu des routes au lieu de carburer à la peur de vivre. Les légendes que lui racontait son père l’ont poussé à fuir vers l’avant, tout en traînant les valeurs que les siens lui ont léguées. Mais il est difficile de s’aventurer en pays inconnu. On apparaît comme un étranger aux yeux des villageois, un homme suspect, un blanc-bec qui veut subjuguer les autres. Le contexte ne favorise pas les relations. C’est à coups de poing et à coups de pied que l’on tranche les différends que l’on s’invente pour assouvir sa crainte de l’inconnu. La Côte-Nord est une région dure avec ses mœurs et sa nature primitives. Même le curé Bouchard est un homme qui rappelle le coureur des bois en chassant l’ours. C’est un prêtre, mais aussi un pionnier comme Mgr Savard qui a fondé le village de Clermont ainsi qu’une papeterie.

Heureusement, il a fait la connaissance de Marie-Jeanne Dubé, qui a transformé, au haut d’une falaise, un autobus en habitation convenable. C’est l’occasion d’échanger et de partager son intimité. La jeune femme, déjà enceinte d’un homme inconnu, cherche avant tout la solidité d’une relation. Est-ce possible de l’atteindre avec un homme se complaisant dans un flou existentiel ? Le héros se tourne de bonne grâce vers l’engagement proposé. Pour sceller cette demande tacite, il offre même à l’être cher un collier supportant un pendentif représentant une tortue, symbole indien de la possession d’un territoire en marche vers un destin qui le transcende.

C’est un roman de plus sur le jeune homme en quête de soi et de sens. Cette œuvre touchante méritait amplement d’être publiée. On sent que Mathieu Blais a mis infiniment de rigueur en l’écrivant. En 190 pages, l’auteur a fait le tour complet de ce que sont les coureurs des bois modernes. Et c'est avec une plume féerique que l'auteur expose l’esprit de ses personnages, incarnés avec finesse dans une région infernale avec ses hivers qui n’en finissent plus.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La Liberté des détours

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Liberté des détours".