La fabrique du mensonge: Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger
de Stéphane Foucart

critiqué par Colen8, le 18 mai 2015
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Tout va pour le mieux…
Il fallait y penser. Les millions de décès prématurés par an liés au tabac (70000 en France), voilà une solution aux coûts de la dépendance des personnes âgées. Ce serait l’un des arguments mis en avant par les cigarettiers, non sans cynisme. Pour ralentir les mesures anti-tabac, les mêmes démontraient les bénéfices de la nicotine en finançant des recherches dont ils retournaient à leur profit les résultats. Ils s’adjoignaient la collaboration de chercheurs de l’Institut Pasteur et du Collège de France en les instrumentalisant de façon subtile (à l’insu de leur plein gré ?). Ces procédés ont déjà été décrits aux Etats-Unis dans « Les marchands de doute », ouvrage cité en références par l’auteur, journaliste scientifique au Monde en charge des sciences de l’environnement et de la Terre, naturellement contesté pour ses prises de position.
La suite est édifiante. En procédant de façon analogue les industriels de l’amiante seraient derrière ce qui a été intitulé l’appel d’Heidelberg, signé par des centaines de scientifiques dont des dizaines de prix Nobel à la veille du sommet de la Terre à Rio en 1992. On insinue le doute sur l’innocuité de l’amiante inhalée à faibles doses. Il aura fallu des décennies pour que l’amiante soit interdite. Les cigarettiers ont vite compris, il leur a suffi d’invoquer la qualité de l’air intérieur pour freiner les mesures contre le tabagisme passif. Ensuite le complexe de l’agrochimie a mené la danse pour détourner les menaces mettant en cause les effets neurotoxiques des insecticides sur la disparition inhabituelle des abeilles. Puis d’autres encore ont pris le relais du Bisphénol A.
Les médias et les agences de santé publique soient noyés entre tout et son contraire, l’espérance de vie augmente, mais plus l’espérance de vie en bonne santé. Alors, tout va pour le mieux...