Une putain d'histoire de Bernard Minier

Une putain d'histoire de Bernard Minier

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Ndeprez, le 30 avril 2015 (Inscrit le 22 décembre 2011, 43 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 497ème position).
Visites : 5 916 

Un putain de livre

Dans l'état de Washington , à la frontière Canadienne vit Henry , un adolescent sans histoire , fan des films d'horreur et de Nirvana. Il a toutefois une particularité Henry , il a été adopté par un couple de lesbiennes.
Et pourtant, il a une ""putain d'histoire" à raconter , tellement incroyable qu'il comprendrait si on mettait en doute sa version.
Tout commence quand sa petite amie souhaite le larguer sur le ferry le ramenant de l'école...
Minier est un auteur de polar d'atmosphère" , ne comptez pas sur lui pour déverser des litres d'hémoglobine , Minier fait dans l'ambiance , dans les sons , dans les paysages et dans un huis clos angoissant.
Belle réussite que cette putain d'histoire , certainement le roman le plus maîtrisé de cet auteur habitué aux intrigues compliquées.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Une putain d'histoire [Texte imprimé]
    de Minier, Bernard
    XO éd.
    ISBN : 9782845637566 ; EUR 21,90 ; 23/04/2015 ; 1 vol. (528 p.) p. ; Broché
  • Une putain d'histoire [Texte imprimé] Bernard Minier
    de Minier, Bernard
    Pocket / Thrillers (Paris. 1998)
    ISBN : 9782266267779 ; EUR 8,20 ; 12/05/2016 ; 600 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Génial !!!!

10 étoiles

Critique de Annick13 (, Inscrite le 6 août 2019, 46 ans) - 6 août 2019

Je retrouve le Bernard Minier de "N’éteins pas la lumière" que j'avais adoré. Du coup j'avais enchaîné avec glacé, nuit... Et franchement si ces derniers sont efficaces, Une putain d'histoire est vraiment excellent. C'est haletant, éprouvant et on le dévore plus qu'on ne le lit. Les personnages ont tous de l'épaisseur. On s'attache à chacun. Je suis complètement bluffée. J'adore ce Bernard Minier là. Ça va faire un très, très bon film !!!

Ca oui, une putain d'histoire !!!!

10 étoiles

Critique de DODODLB (, Inscrite le 12 janvier 2017, 65 ans) - 16 juin 2017

Terriblement difficile de résumer ce livre de Bernard Minier. Cette putain d’histoire se vit, elle se dévore. Au fil des pages, on entre peu à peu dans la vie de son personnage principal qui parle à la première personne. Henry, on le trouve sympathique, attachant et on le suit dans son quotidien presque ordinaire. Mais très vite, la disparition de sa petite amie et un cadavre retrouvé sur une plage vont nous conduire au cœur d’un lourd secret de famille. Comme dans tous les romans de cet auteur, le lecteur est un peu perdu au début, ne comprenant pas le lien qui rattache tous les protagonistes. Une galerie de personnages parfois hauts en couleur tisse la trame de ce thriller, dont l’intrigue monte crescendo et se termine par un dénouement totalement imprévisible.
Un thriller terrible, implacable qui pourrait un jour se transformer en un scénario à faire trembler les salles obscures…..

Excellent

8 étoiles

Critique de Delph85 (, Inscrite le 14 juin 2017, 39 ans) - 14 juin 2017

Histoire bien ficelée. Fin surprenante. Il est vrai que l'écriture est parfois un peu lourde (beaucoup de descriptions mais cela permet de se projeter).


Atmosphérique américaine

9 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 45 ans) - 17 avril 2017

Bernard Minier nous emmène dans ce roman sur le continent nord américain.
Excellent thriller, cette fois-ci sans le héros de ses trois premiers romans, Martin Servaz.
J'ai adoré l'atmosphère du roman, de ses îles imaginaires.

Efficace

9 étoiles

Critique de Albator76 (, Inscrit le 4 août 2012, 42 ans) - 31 octobre 2016

Ayant lu les trois premiers livres de cet auteur, j'ai été surpris du contexte de départ et des personnages.
L'auteur a carrément modifié sa base de départ.
Mais, même si les descriptions sont trop nombreuses à mon goût, l'histoire devient intéressante au fur et à mesure.
Le dénouement est assez surprenant ce qui, pour un thriller, est agréable.
Je continuerai à lire cet écrivain avec plaisir.

Très bon quatrième roman

10 étoiles

Critique de Warrel62 (, Inscrit le 30 mars 2013, 49 ans) - 17 août 2016

Je suis particulièrement stupéfait de la critique de la personne "qui ne lit jamais de Thriller" (pas de bol vraiment, que ça tombe ici même sur "Une putain d'histoire"! qui est carrément au mauvais endroit au mauvais moment!), de la suivante encore plus pathétique, sorte d'autodafé assumé et effectué, eh oui, au tiers du bouquin (scandaleux, Critiques Libres devrait prendre des mesures d'exclusion illico, si je fais pareil plusieurs Musso vont se taper zéro) et celle de la troisième enfin digne d'intérêt mais qui va ôter malheureusement celui du bouquin à ses semblables amateurs de Thrillers qui passeraient par ici à la recherche de lectures, car l'ouvrage est comparé - à juste titre - à un thriller très connu (si c'est dévoilé, c'est même plus la peine de le lire).

Ce polar n'est pas une copie, mais plutôt une revisite plausible d'une méthode déjà employée (de manière moins plausible d'ailleurs); et surtout même en connaissant le roman "inspirateur" on ne voit rien venir, en cela il faut féliciter Bernard Minier qui a par ailleurs su s'affranchir avec talent du commandant Servaz.

Que le livre ait reçu le prix Cognac du meilleur roman francophone paraît déjà la première des réponses aux deux premiers illuminés cités au dessus, même si personnellement je garde une préférence pour son roman précédent "N'éteint pas la lumière".

La disproportion actes / mobile est peut-être limite (mais c'est souvent comme ça dans les thrillers) et certains pourraient taxer le scénario d'un peu invraisemblable, quoi qu'on soit à des années lumières des Grangé les plus "improbables" par exemple.

Franchement, quand on voit dans la réalité certaines affaires (par exemple, Dupont de Ligones), on se dit que ce scénario de Bernard Minier pourrait être (à la limite) plausible. Donc la note maximale, même si c'est légèrement surcoté, c'est juste histoire de réhabiliter cette oeuvre sur ce site compte tenu du handicap dont elle a été affublée en amont.

L’amour du risque… C’est Nanar, le dit Minier.

5 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 67 ans) - 9 août 2016

Bien que n’étant pas un fan de thrillers, (Ceux que j’ai lus se comptent sur les doigts d’une main) mais après avoir vu plusieurs critiques élogieuses et parcouru le résumé de ce bouquin j’ai pris le parti de le lire. Donc après un départ…
Angélique, Angélique
Mon bonheur c’est toi.
Jour après jour et pour toujours. Angélique.
Mon bonheur c’est toi.
(1966)

Cette putain d’histoire, nous entraine au pays du nouveau monde, pour ensuite prendre de la vitesse au point déraper, comme dans bon nombre de ses films, dans l’invraisemblable pour choir enfin dans le grotesque. Le tout visant à rendre le lecteur à son tour, complètement « Dingo » Ouais …ouais !

Mais pourquoi aller chez les autres quand chez nous il y a beaucoup mieux ? Comme par exemple Total Khéops – Chourmo- Solea qui eux, ne glissent pas sur un savon de Marseille !

Profonde déception.

1 étoiles

Critique de Usdyc (Bruxelles, Inscrit le 27 août 2004, 63 ans) - 4 août 2016

Où est Bernard Minier ?
Je suis page 186 sur 595 donc au tiers du livre et on vient de retrouver le cadavre de la petite amie. 186 pages à rallonge pour en arriver là. J'ai fermé le livre et 0 pointé dans le genre. C'est sévère, mais je n'arrive pas à digérer la manière dont c'est écrit (1ière personne) et encore moins des phrases d'un quart de page pour décrire quoi, une mauvaise route de campagne ?...exemple:
"Elle était à peine carrossable et hautes herbes et fétuques poussaient en une étroite bande au milieu, chuintant d'une voix quelque peu mystérieuse et inquiétante contre le bas de caisse, tandis que, dans la lueur des phares, nous roulions dans un paysage de plus en plus estompé par la brume et bondissions sur nos sièges en nous cramponnant." ..........Pfffff, 1 phrase de ce genre ça passe, 2 aussi, à la limite 3 mais à longueur de chapitre, c'est casse c....
En plus, ce style littéraire est en totale contradiction avec les acteurs du thriller (oui oui, c'est un thriller), un groupe d'adolescents, sur une petite île loin de tout et tous férus d'internet et autres technologies.
Cristina21 indique dans sa critique " Pour moi, les dernières pages sont inutiles, j’aurai terminé le roman après que l’assassin, carrément machiavélique, ait été démasqué…". Alors si les premières pages sont aussi inutiles que les dernières, reste quoi !!
Je déconseille vivement ce livre aux fans de Minier et du commandant Servaz.
Quelle déception.

Un semblant d'Agatha Christie.

7 étoiles

Critique de Darkvador (Falck, Inscrit le 1 février 2012, 52 ans) - 12 juin 2016

4e roman de Minier. 1er one shot on va dire réussi à moitié.....
Comme pour glacé j'ai eu du mal à accrocher au début certainement dû à la présentation du personnage. Ensuite j'ai lu le livre d'une traite. Malgré le fait que j'avais trouvé l'histoire bien tordue.

Pour une putain d'histoire même constat. Beaucoup de mal au début puis on lit le livre très vite. Mais y a deux gros bémols : les personnages on n'a aucune empathie pour eux.
Beaucoup trop long à les présenter et on ne les apprécie pas.
Le deuxième gros bémol c'est la fin! J'aurais préféré que l'histoire s'arrête avant les fameuses 40 dernières pages.
spoiler Car en voulant encore plus surprendre le 360 degrés que prend l'histoire, Minier a eu une fausse bonne idée en nous balançant un remake complètement loupé du meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie

Donc on a une histoire géniale , un vrai et bon polar mais des personnages qu'on n'aime pas et 40 dernières pages gâchées pour avoir voulu encore plus nous surprendre.

Exit le commandant Servaz...

8 étoiles

Critique de Cristina21 (, Inscrite le 7 décembre 2014, 45 ans) - 20 août 2015

Présentation de l'éditeur
Une île boisée au large de Seattle…
« Au commencement est la peur. La peur de se noyer. La peur des autres, ceux qui me détestent, ceux qui veulent ma peau. Autant vous le dire tout de suite : Ce n’est pas une histoire banale. Ça non. c’est une putain d’histoire. Ouais, une putain d’histoire… »
Un thriller implacable. Délaissant provisoirement le commandant Martin Servaz, Bernard Minier plonge dans un univers où le danger n'est pas celui que l'on croit et où l'intimité est une illusion. Il dresse avec brio et tension une sombre histoire. Une putain d'histoire.
Dès la parution de son premier roman, Glacé, prix du meilleur roman francophone du festival Polar 2011 de Cognac, Bernard Minier rencontre un très grand succès. Ses deux derniers ouvrages, Le Cercle et N’éteins pas la lumière, le confirment comme un auteur incontournable du polar français. Ses romans sont traduits dans quatorze langues.


J’ai découvert Bernard Minier avec Glacé. J’ai lu ensuite, dès leurs sorties, Le cercle et N’éteins pas la lumière. Un peu déçue de ne pas retrouver le commandant Servaz dans ce 4ème roman, je n’ai pas été de suite attirée par cette nouvelle histoire et ce malgré les bons avis le concernant, peut-être parce qu’il s’agissait d’adolescents… Une amie, qui comme moi, apprécie cet auteur me l’a prêté.
Je reconnais que je n’ai pas accroché dès les premières pages. Puis je me suis laissée convaincre par une histoire complexe, avec du suspense, des rebondissements, un personnage principal qu’on a du mal à cerner, et qui en plus de l’enquête policière nous fait découvrir une société accro à internet où la vie privée n’existe pas, où les nouvelles technologies d’espionnage et la surveillance informatique sont omniprésentes. Le décor, un chapelet d’îles hostile faisant office de huis clos et accessible qu’en ferry, noyé sous la pluie et le brouillard, au froid et au vent, la mer remontée, la pénombre, les descriptions réalistes… accentuent l’ambiance sombre, presque oppressante. L’intrigue est prenante et nous tient en haleine jusqu’à une fin vraiment inattendue, déconcertante, scotchante même !
J’ai aimé ce roman, que je vous conseille, malgré quelques bémols : une 1ère de couverture plutôt "angélique", presque pour ados et non représentative de la noirceur de cette histoire, et puis des jeunes de 16 ans qui à un moment donné osent affronter les gros truands du coin, ça me paraît peu crédible. Pour moi, les dernières pages sont inutiles, j’aurai terminé le roman après que l’assassin, carrément machiavélique, ait été démasqué…

Forums: Une putain d'histoire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une putain d'histoire".