Le Paradis, un peu plus loin de Mario Vargas Llosa

Le Paradis, un peu plus loin de Mario Vargas Llosa
( El paraíso en la otra esquina)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances , Littérature => Sud-américaine

Critiqué par CCRIDER, le 19 janvier 2004 (OTHIS, Inscrit le 10 janvier 2004, 71 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 598ème position).
Visites : 5 965  (depuis Novembre 2007)

Des destins hors du commun

Un beau livre sur les destins entrecroisés de Flora Tristan et de Paul Gauguin . Le second étant le petit-fils de la première . Vargas Llosa raconte ces deux vies en alternant les chapitres . Ainsi le destin de la féministe , de la passionaria qui va de ville en ville prêcher la Révolution aux ouvriers s'entrecroise avec celui du peintre employé à la Bourse ,marin , aventurier et enfin peintre à la recherche de l'inspiration et dans une sorte de quête éperdue du bon sauvage qui le mènera à Tahiti puis aux Marquises . Dommage que le style soit assez lourd et surtout que Llosa abuse des interpellations du genre :"Florita ! L'Andalouse ! L'Espagnole ! Un peu comme s'il s'adressait à elle directement . La vie extraordinaire de ces deux écorchés vifs reste passionnante par elle-même . On dévore quand même le livre , mais on reste sur sa faim en se demandant ce qu'il est advenu d'Aline , la mère de Gauguin . On sait juste qu'elle fut violée par son père alcoolique et que Flora passa son temps à le fuir , tout en essayant de récupérer ses enfants . On regrette que ce soit un roman-biographie , on aurait préféré la démarche plus modeste et plus honnête d'une simple biographie .
Passionnant néanmoins , les prémices du socialisme , du communisme et de l'anarchisme où l'on découvre qu'ils furent basés sur des utopies comme "Le voyage en Icarie" d'Etiene Cabet publié en 1840 où il explique que grâce aux impôts progressifs sur le revenu et sur l'héritage , on pouvait parvenir à l'égalité économique par la répartition et même établir la propriété collective .
Passionnants également les rapports entre Gauguin et Van Gogh car il est montré que le plus fou des deux était certainement le Hollandais mais que Gauguin , loin d'être son persécuteur en fut plutôt la victime .
Des destins hors du commun qui permettent à l'auteur de maintenir l'intérêt du lecteur .

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Etonnantes destinées, somptueuse écriture

9 étoiles

Critique de Poet75 (Paris, Inscrit le 13 janvier 2006, 63 ans) - 21 juillet 2015

Le grand écrivain péruvien raconte ici les destinées de Flora Tristan et de son illustre petit-fils Paul Gauguin. Hormis ce lien de parenté, il y a, me semble-t-il, entre l'un et l'autre, deux points communs. Tous deux sont des êtres blessés, marqués par de dures épreuves. Et tous deux, à cause précisément de ces blessures, sont à la recherche d'un hypothétique paradis. Mais, semblables à ces enfants jouant et demandant où est le Paradis et à qui l'on répond "il n'est pas là, il est un peu plus loin", ni la grand-mère ni le petit-fils ne trouveront jamais ce qu'ils cherchent. Non seulement ils ne le trouveront pas, ce Paradis, mais leur vie, par bien des aspects, ressemble davantage à un enfer. Cela étant dit, la quête du Paradis s'opère de manière fort différente chez l'un et chez l'autre. Flora Tristan n'est habitée que par l'altruisme et son "paradis" ce serait, à force de voyages et de harangues, de révolutionner le monde en donnant aux femmes les mêmes droits qu'aux hommes et en améliorant les conditions de vie des ouvriers. Mais elle est en avance sur son temps, semblable à une prophétesse, et se heurte à bien des incompréhensions, y compris chez ceux-là même qu'elle veut défendre, les femmes et les ouvriers. Quant à Paul Gauguin, sa quête de paradis apparaît bien plus égoïste: pour lui, le paradis, c'est le retour à l'état sauvage, primitif, et à un art débarrassé des conventions sociales et bourgeoises. D'où ses voyages le conduisant jusqu'à Tahiti et aux Marquises. Mais, même là, il lui faut déchanter: les "sauvages" ne sont plus si sauvages que ça et, quand il essaie d'expliquer son projet et son art à quelque Marquisien, il se heurte, lui aussi, à une bonne part d'incompréhension. La recherche d'un paradis sur terre se révèle assez illusoire. Mario Vargas Llosa relate ces deux destinées avec grand talent, alternant les chapitres consacrés à l'un et à l'autre des deux protagonistes, recourant sans cesse à des sautes de temps et usant tour à tour du "tu" et du "il". Une manière d'écrire et de raconter qui surprend quelque peu au début, mais à laquelle on finit vite par s'habituer et par apprécier.

Deux destins...

7 étoiles

Critique de Justine J (, Inscrite le 19 mars 2013, 33 ans) - 26 mars 2013

... certes fascinants, mais j'ai une nette préférence pour l'histoire de Gauguin dont j'aurais pu me suffire. Je trouve même que le récit de ce parcours est mieux écrit et j'avoue que, du fait de l'alternance des deux vies, j'avais tendance à m'ennuyer un peu un chapitre sur deux.

Passionnant

10 étoiles

Critique de OC- (, Inscrit le 4 mars 2011, 22 ans) - 4 mars 2011

Après son prix Nobel, j'ai décidé de m'y attaquer.

On accroche très facilement. On suit les prémisses du socialisme et du féminisme avec Flora Tristan qui fait le tour de la France en même temps que les pérégrinations de Paul Gauguin. Pour les deux personnages, l'auteur nous décrit leur rapport très spécial à la sexualité : la première est très puritaine et ne veut pas perdre son temps qu'elle doit entièrement consacrer à la révolution, le deuxième est quant à lui pour une sexualité libertaire et pour la libération des moeurs (il repense amèrement à sa première femme frigide qui restait vêtue lors de leurs rapports). On en apprend beaucoup sur la société du XIX siècle et sur l'amitié Gauguin-Van Gogh ( surement un des passages les plus intéressants).

Je n'ai pour ma part pas trouvé le style lourd du tout et j'ai même beaucoup apprécié les "tu" pour parler de Paul et de Flora. J'ai plus vu ça comme le discours intérieur des personnages qui s'interrogeaient sur leur passé que des interpellations de l'auteur.

Lecture passionnante..., peu agréable!

6 étoiles

Critique de FranBlan (Montréal, Québec, Inscrite le 28 août 2004, 77 ans) - 20 septembre 2010

J'entretiens un rapport fascination/déception avec les auteurs originaires d'Amérique du Sud, je ne sais trop pourquoi et j'en ai aussi peu lus ...
L'auteur nous fait le récit dans ce roman biographique de deux destins définitivement hors du commun qui maintiennent notre intérêt et fascinent tout au long de ces cinq cents pages et plus, et il y fait aussi l'étalage d'une immense érudition sur tous les points concernant les deux personnages, ce qui en alourdit le style...
Le narrateur de ce long discours didactique, nul autre que l'auteur, s'interpose tout au long entre le lecteur et ses héros, aussi passionnants soient-ils, interdisant tout rapprochement et appréciation personnelle...
Aussi nobles et réelles aient été les motivations qui ont nourri les utopies qui ont animé les deux écorchés vifs dont nous suivons le parcours, je n'ai jamais réussi à m'attacher ni même sympathiser réellement avec l'un ou l'autre de ces grands égoïstes voués sans compromis aucun à leur quête utopique..., jusqu'à leur mort!
Une lecture passionnante, ardue, aride, somme toute peu agréable!

Oui, mais...

6 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 75 ans) - 8 octobre 2007

J'aime beaucoup Vargas Llosa mais cette oeuvre ne me semble certainement pas une de ses meilleures.

D'abord, avec le recul, l'utopie du "paradis ouvrier", de l'argent disparu, du partage de tout devant amener tout le monde vers le bonheur, est telle que cela devient un peu énervant ! Le sommet arrive quand Florita dit que ce sera l'état qui distribuera ce que chacun aura besoin et cela de façon juste... On a pu voir sur pièce !... Bien sûr elle a raison quand elle parle de l'exploitation des ouvriers et de la façon scandaleuse dont ils sont traités. Mais le plus terrible c'est quand elle nous montre que les pires patrons sont les anciens ouvriers eux-mêmes !...

Par contre, elle a tout à fait raison quand elle parle du sort des femmes et de la nécessité de faire évoluer leur condition.

J'ai préféré les parties de cette histoire touchant à Gauguin et à son oeuvre. Mais lui aussi est un inconscient en continuant à coucher avec de jeunes femmes alors qu'un médecin lui a dit qu'il transmettait sa maladie à celles-ci !...

Un livre qui n'est vraiment pas sans intérêt mais qui m'a bien souvent semblé trop long...

Récits "alourdis" de destins exceptionnels

5 étoiles

Critique de Saperlipop (, Inscrite le 8 mars 2006, 37 ans) - 20 juin 2006

L'histoire de Flora Tristan et celle de son petit-fils, Paul Gauguin (au moins j'aurai appris quelques chose !) est très intéressante.
Dommage qu'elle soit racontée dans ce style si lourd. De mon côté, je n'ai pas vraiment apprécié la familiarité de l'auteur avec ses personnages, les interpellant constamment en les appelant : Florita, Koké (pour Paul Gauguin).
Enfin, il est vrai que c'est très instructif sur la société du 19ème siècle pour Flora Tristan et sur l'œuvre de Paul Gauguin (je vous conseille d'ailleurs d'avoir à portée de main un livre sur ses œuvres pour mieux comprendre les tableaux qui sont décrits au fil de l'histoire).
Je comprends mieux désormais pourquoi certaines rues portent le nom de celle qui fut pionnière de la révolution sociale et de la défense du statut de la femme et les sujets des œuvres de Gauguin qui valent bien quelques explications.

Forums: Le Paradis, un peu plus loin

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Paradis, un peu plus loin".