Maman a tort de Michel Bussi

Maman a tort de Michel Bussi

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par CC.RIDER, le 4 avril 2015 (Inscrit le 31 octobre 2005, 60 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (33 672ème position).
Visites : 11 630 

Astucieux et bien tourné

Quand Vasile, psychologue scolaire dans le secteur du Havre, découvre que Malone, écolier de 3 ans et demi, considère que sa mère n'est pas sa véritable mère et que Gouti, son doudou en peluche, lui raconte chaque soir une nouvelle histoire, il alerte la commandante Marianne Augresse qui peine à croire à cette histoire. Il faut dire qu'elle a d'autres chats à fouetter et des affaires bien plus importantes à régler comme un hold-up à Deauville qui a mal tourné avec deux morts et deux ou trois malfaiteurs en cavale qu'elle n'arrive pas à coincer. Mais le psychologue est si charmant et si convaincant que la commandante accepte quand même de l'aider. Ainsi s'enclenche un engrenage bizarre qui n'en finira pas de surprendre tout le monde.
« Maman a tort » est un thriller particulièrement astucieux et bien tourné. Bussi part d'un fait banal, presque anodin comme cette histoire de gamin imaginatif qui se raconte des histoires puis, de fil en aiguille et souvent par toutes sortes de chemins détournés, nous entraîne dans une intrigue pleine de suspense et de rebondissements jusqu'à une fin plutôt surprenante. Du grand art. L'auteur sait rester au niveau de l'enfant, voir par ses yeux et tout ressentir comme lui. D'où l'originalité de l'approche qui change des romans habituels, la plupart du temps axés sur les adultes. Ici, c'est l'enfant qui est le pivot central, lui qui est au cœur de l'énigme et qui est lui-même un mystère. En plus d'être un très bon roman de divertissement, ce livre peut faire réfléchir sur les problèmes de la mémoire chez le tout jeune enfant ainsi que sur les rapports avec les adultes, la suggestion, la soumission à l'autorité et quelques autres sujets psychologiques. Original, intelligent et bien écrit, que demander de plus à un ouvrage de ce genre ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Intrigue intéressante et addictive mais...

8 étoiles

Critique de Alapage (, Inscrite le 7 février 2017, 45 ans) - 14 mai 2018

Depuis des mois que je vois et lis des chroniques sur les romans de Michel Bussi et malgré l'enthousiasme qui semble commun à tous, j'hésitais encore. Pourquoi? En fait, aucune raison particulière! Mais là, je me suis laissée porter par son univers et je dois dire que j'en ressors agréablement surprise.

Malone est un petit garçon tout à fait mature pour son âge et bien articulé. Il est vrai qu'il se trimbale un peu partout avec sa peluche Gouti. Il est incapable de s'en départir, car celle-ci lui raconte sa vie d'avant, celle avec sa vraie maman. Pas cette vie avec Maman-da, malgré que celle-ci soit gentille et prenne bien soin de lui. Malone fait des cauchemars, il dort peu la nuit. Toujours les mêmes rêves qui reviennent. Est-ce seulement des cauchemars ou bien des souvenirs de sa vie d'avant?

Vasile Dragonman est le psy du petit Malone et pour lui cela ne fait aucun doute. Malone dit la vérité et il a besoin d'aide pour retrouver sa mère, mais il semblerait que ce ne soit pas aussi simple. Plusieurs personnes semblent couvrir la famille Moulin. C'est sa copine Angie qui lui recommandera de prendre contact avec la commandante Augresse. Est-ce que celle-ci le croira et voudra bien l'aider?

Pour Marianne Augresse, sa priorité est de retrouver Timo Soler, cet individu qui se cache depuis plusieurs mois. Lui et sa bande ont braqué un magasin de luxe. Non seulement Timo leur a échappé, mais le butin n'a jamais été retrouvé. De plus, la commandante soupçonne fortement qu'il aurait pu y avoir un quatrième membre, mais pour l'instant, le plus important est de mettre la main sur ce Timo!

Tout de même, il y a quelque chose qui dérange Marianne dans le récit de ce petit Malone. Entre la recherche de Timo et celle de la mère de Malone, les cadavres se multiplient et les gens impliqués également. Et si Malone disait vrai? Et pourquoi a-t-elle l'impression qu'il y a un lien entre tous ces deux enquêtes?

Extrait : Des milliers d'étoiles dans le ciel, Des milliers de fleurs au jardin, Des milliers d'abeilles sur les fleurs, Des milliers de coquillages sur la plage, Et seulement, seulement une maman.

Malgré que l'auteur ait pris la décision de nous dévoiler certains éléments de résolution de l'enquête au cours du premier chapitre, avant de faire un retour en arrière, il n'en reste pas moins que je suis stupéfaite par la fin du récit.

Dès le début, l'intrigue m'a complètement captivée. J'étais un peu dans le flou et je me posais une panoplie de questions. J'avais hâte d'en savoir un peu plus sur les raisons de la présence de Malone au sein de la famille Moulin. Pourquoi était-il là, mais surtout où était sa vraie maman? Et plus l'on avance et plus l'enquête devient addictive. J'ai littéralement dévoré les cent cinquante dernières pages! De plus, les histoires de Gouti sont tout à fait originales et piquent notre curiosité. Nous sentons qu'il y a un lien avec la réalité...

Quant aux personnages de ce thriller, j'ai eu beaucoup de difficultés à adhérer à celui de la commandante Augresse. Il y a un élément principal dans sa personnalité qui m'a profondément contrariée. Elle est à l'aube de la quarantaine et elle cherche un homme pour lui faire un bébé. Tout au long du récit, j'avais l'impression qu'elle regardait les hommes comme s'ils étaient tous du bétail. Ses pensées m'ont dérangée à un point tel que je n'ai pas accroché à son personnage.

Je suis restée accrochée à ce roman en raison de la qualité de l'intrigue, mais aussi en raison du personnage de Malone. Il y a quelque chose d'irrésistible dans ce petit bout de chou. Il y a également le personnage d'Angie qui m'a charmée malgré qu'elle ne soit pas mise de l'avant. En fait, elle m'a surprise par son ingéniosité.

Finalement, je ressors de ce thriller avec une envie de découvrir les œuvres de cet auteur. Je comprends un peu plus l'engouement qui entoure ces récits.

Glauque et psychologie infantile

4 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans) - 1 mai 2018

L'idée d'un enfant tourmenté sur sa véritable parenté via le truchement d'enregistrements émanant de son ours en peluche paraît une bonne idée, d'autant que le psychologique scolaire et la commissaire de police du coin sont intrigués par cette nouvelle mission qui se présente à eux. Il est vite pressenti quelque chose de profond et douloureux dans la psychologie encore très malléable de Malone, enfant de trois ans.
Or, malheureusement, l'intrigue policière est noyée dans le glauque et le sang, presque au sens littéral du terme, et, si la Normandie est une nouvelle fois présentée dans un roman de cet auteur, elle est montrée sous un jour passablement désagréable. Plus on s'avance dans la lecture, plus le développement (me) paraît déplaisant, tant il est bordé d'éléments malsains, de personnages déséquilibrés. Je me suis accroché pour le finir, ce qui m'arrive assez rarement. C'est dommage.

L'enfant et son doudou

7 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 44 ans) - 27 juillet 2017

Comme dit dans plusieurs critiques, sûrement pas le meilleur roman de Michel Bussi.
L'histoire est trop alambiquée, entre le braquage, les trois mamans et l'échange d'enfant on s'y perd un peu.
Je suis en train de lire son dernier roman "Le temps est assassin" et là je retrouve la patte Bussi.

les rouages de la petite enfance

5 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 43 ans) - 12 janvier 2017

Avec Maman a tort, Michel Bussi nous emmène une nouvelle fois en Normandie, ses plages, ses villes riches en bord de plage, et la désolation des villages qui étaient miniers dans le temps et qui sont simplement désertés aujourd'hui. Le rendu de la vie dans ces petits village, les relations entre ses habitants, la déprime qui les gagne tous, les regards que l'on jette de derrière ses rideaux, parce qu'il ne s'y passe jamais rien, l'obligation pour les enfants de partir pour tenter de se trouver un avenir, est particulièrement bien rendu.
Maman a tort est un thriller divisé en 3 parties, chacun portant le nom d'une femme qui y jouera un rôle particulièrement crucial, tandis que le récit s'entrecroise sur Malone, un petit bout de chou très sympathique et particulièrement (un peu trop peut-être ?) bien éveillé pour son âge. J'ai trouvé les personnages de Marianne et d'Amanda bien réussis et très réalistes ; je suis un peu plus dubitative quant au personnage interlope d'Angie.
Dans cet opus, Bussi travaille sur l'axe émotif de son lecteur : Malone est un petit garçon auquel on s'attache finalement bien vite et qu'on aimerait savoir à l'abri de tout et de tous. Personnellement, j'ai un peu moins aimé "Maman a tort" que d'autres livres de cet auteur : l'histoire m'a paru s'égarer à un moment donné, à l'occasion d'un nouveau retournement de situation, et comme j'avais deviné une partie de l'intrigue, le récit m'a paru s'étirer en longueur et manquer de ressorts. La dernière partie est menée tambour battant, mais à ce moment-là, il y a, à mon goût, un abus de nouvelles révélations qui nuisent à la qualité de l'intrigue. Enfin, j'ai souvent du mal avec les dernières pages des livres de Bussi (Nymphéas noirs, N'oublier jamais, par exemple), sorte de happy end un peu amer et terriblement sentimental qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe.

Ceci dit, Maman a tort est une lecture agréable, avec du suspense et des personnages bien réussis. On y apprend pas mal de choses sur les mécanismes de la mémoire des petits enfants, explications bien amenées, bien intégrées et récits, et aussi instructives que faciles à comprendre. L'idée de "envie-de-tuer.com" est très séduisante, c'est d'ailleurs bien dommage que ce site n'existe pas... ça permettrait de se défouler sans faire de mal à personne ! Enfin, petite cerise sur le gâteau, j'ai trouvé très addictifs les petits contes de Gouti.


On n'a jamais rien inventé de mieux que des mensonges d'adultes pour avoir la paix avec les gosses.

c'est quoi cette fin?

4 étoiles

Critique de Prouprette (Lyon, Inscrite le 5 février 2006, 34 ans) - 1 décembre 2016

J'ai beaucoup aimé le début du livre..mais ça n'a pas duré! On est vite arrivé sur des trucs énormes, peu cohérents, qui plombent un peu l'histoire et le suspense.
Le suspense n'a d'ailleurs pas été très long, on comprend vite où l'auteur veut en venir.

Mais ce qui m'a le plus déçue, c'est la fin. Déjà, la décision de la commandante à la fin est complètement irréaliste et grotesque. Et puis le fait de dévoiler le pot aux roses m'a "rassasiée", et malgré le livre continuait sur des futilités inintéressantes. Alors je me suis arrêtée avant la fin... pas motivée à connaître la suite, inutile à mon goût.
Et j'ai eu raison de pas aller plus loin, aux dires de mes amis, il ne se passe plus rien du tout dans les dernières pages, et on a des "infos" complètement facultatives.

Grosse déception

3 étoiles

Critique de Marsup (, Inscrit le 22 octobre 2009, 42 ans) - 20 juillet 2016

Je partage les critiques négatives précédentes. Ce roman de Bussi (dont j'avais adoré les Nymphéas noirs) est rempli d'incohérences. L'histoire n'est pas crédible et traine en longueur. Le suspense est vite éventé. Même pour un livre de plage, je ne le conseillerais pas !

Très bon moment de lecture !

8 étoiles

Critique de Cristina21 (, Inscrite le 7 décembre 2014, 44 ans) - 15 mai 2016

J’apprécie Michel Bussi dont j’ai déjà lu trois romans. J’ai adoré "Un avion sans elle" et "Nymphéas noirs" (qui pour l’instant reste mon préféré, et je ne suis pas la seule aux vues des critiques). Quant à "Ne lâche pas ma main", la lecture a été agréable mais il ne m’a pas tenu en haleine comme les deux autres.

Avec "Maman a tort", j’ai été accrochée dès le début par l’histoire originale du petit Malone. L’intrigue est très bien ficelée. On suit deux enquêtes menées en parallèle, les affirmations du petit garçon et un braquage qui a eu lieu il y a plusieurs mois. Les personnages sont convaincants et le petit Malone attendrissant (j’ai deviné assez rapidement pour Gouti…).

Au fil des chapitres, on sent qu’elles ont un point commun qui les relie et c’est ce qui nous maintient en haleine. Dans la deuxième partie du livre, le rythme s’accélère et les rebondissements se succèdent au point qu’on a du mal à lâcher le livre. Petit bémol pour moi, la toute fin : le comportement de Marianne qui décide de "juste donner Gouti"… pas concevable pour une commandante.

J’ai hâte de découvrir "le temps est assassin".

Mais qui a raison ?

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 14 décembre 2015

Malone est un petit garçon de trois ans qui inquiète son enseignante et intrigue le psychologue scolaire. Vasile Dragonman est persuadé que le petit garçon ne ment pas quand il dit que Maman-da n'est pas sa maman, et que Gouti, la peluche qui ne le quitte jamais, lui raconte des histoires.
Profitant de son charme, il réussira à convaincre la commandante Marianne Augresse d'ouvrir une enquête alors même qu'elle est sur les traces de deux cambrioleurs.
" ...la question qu'il faut se poser, si on veut comprendre la réaction de Malone à sa peluche, c'est à partir de quand les enfants font-ils semblant ou, plus exactement, ont-ils conscience qu'ils font semblant ? "

S'il est évident que les histoires se rejoindront, difficile de savoir comment avant un paquet de pages. Les ramifications de l'enquête maintiendront le suspense jusqu'aux dernières pages.

Si je trouvais le début du roman un peu mièvre, entre cette enquêtrice quadragénaire recherchant un homme en urgence, la gentille coiffeuse amoureuse d'un beau psy... j'ai été rapidement contrainte de revenir sur mon impression et me suis retrouvée emportée dans un très bon roman policier, bien construit, préservant la découverte de la vérité, entretenant parfaitement le suspense, même si certaines déductions étaient rapidement possibles, avec pour héros principaux une Commandante attachante et un étrange petit garçon de 3 ans.
Et comme à son habitude, Michel Bussi utilise parfaitement villes ou villages normands, en l'occurrence Le Havre et Potigny (ce qui augmente, pour ma part, le plaisir de lecture ).
Seul bémol, les noms de ses personnages, Augresse, Le Maele, Dragonman .
Bien joué, Monsieur Bussi !

n'est pas son meilleur livre

4 étoiles

Critique de Martino (, Inscrit le 28 août 2015, 38 ans) - 29 août 2015

Ouvrage intéressant concernant l'aspect psychologique de l'enfant et plutôt bien écrit à mon goût.
Cependant, à vouloir créer trop de suspens et trop de rebondissements (qui sont en fait souvent prévisibles), l'auteur néglige certaines cohérences, ce qui nuit finalement à la crédibilité de l'histoire.
A lire si on aime ne pas se poser trop de questions.

énorme déception

3 étoiles

Critique de Tars (, Inscrit le 18 mars 2012, 50 ans) - 3 août 2015

j'avais commencé la lecture de Bussi par les nymphéas que j'avais adoré. pourquoi donc ne pas lire un avion sans elle qui l'a lancé , quel ennui, quel manque d'imagination, quelle facilité. Maman a tort, c'est pareil, s'endormant sur ses lauriers , BUSSI conte une histoire qui n'amène rien et le fil rouge, cet enfant d'on ne sait qui, n'est qu'un prétexte à écrire une histoire qui sent la fin d'un auteur ( déjà) en manque d'inspiration

Forums: Maman a tort

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Maman a tort".