Paroles
de Jacques Prévert

critiqué par Jules, le 3 février 2001
(Bruxelles - 76 ans)


La note:  étoiles
Du rêve et de la fantaisie
Lors de la découverte de ce recueil, une bonne partie de notre génération est devenue poète.
Il était possible de faire de la poésie sans rimes et longueur de vers plus ou moins imposées ?. Fissa !…Tous à nos plumes !… Et tous les Rimbaud en puissance de se mettre à remplir des feuilles. Nous pensions que les états d'âme, la mélancolie chronique de l'adolescence, les déceptions amoureuses, suffiraient à faire de nous de grands poètes… Mais il faut bien plus que cela et je n'ai pas vu apparaître de nouveaux Rimbaud autour de moi. Ce qui après tout ne me dérangea que fort peu, sauf que je fus bien forcé de reconnaître que je n'en étais pas un non plus !… Dur !. Très dur !.
Prévert est un poète, lui, et un vrai. Sa capacité de jouer avec les mots, de créer des images, d'inverser les expressions toutes faites, de bousculer l’ordre établi et la bourgeoisie ne pouvaient que plaire à nos coeurs révoltés contre tout. Ceci ne veut d’ailleurs pas dire qu'on ne l'apprécie pas bien plus tard encore. C'est " Paroles " qui est le recueil que je préfère, mais il est loin d'être le seul. Il y a " Histoires ", " Spectacles ", " la Pluie et le beau temps ", etc.
Poésie, fantaisie, engagement et provocation. 10 étoiles

"Paroles" est un véritable enchantement. C'est d'abord la gouaille de titi parisien de Prévert. La langue est populaire et vivante. Elle parle au plus grand nombre et n'enlève aucunement de la poésie à ces textes. C'est aussi une imagination débordante et des associations d'idées surréalistes et amusantes parfois. Il faut se laisser porter par la fantaisie de l'auteur et partir dans des univers décalés. Prévert, c'est surtout une humanité incroyable. Un homme qui regarde les démunis avec tendresse. Il évoque aussi bien les mendiants, que les chômeurs. L'ouvrier a la sympathie du poète qui tire la sonnette d'alarme quand il le faut afin d'éveiller les consciences. N'est-il pas le veilleur du long poème de trente pages "La crosse en l'air" ? Celui qui ose parler avec insolence aux hommes d'église en blasphémant et en parodiant un discours qui se voulait sacré. Il veille et surveille afin d'inviter à l'opposition et à la désobéissance. Que dire des guerres ? De ces hommes qui décident et envoient sur le champ de bataille des personnes qui n'ont rien demandé et qui connaîtront la mort bêtement. Il y a un côté anarchique sympathique chez ce poète qui dénonce les injustices et les personnes qui détiennent le pouvoir. Il n'hésite pas à se moquer du pape, des dirigeants, des célèbres rois de France, des figures religieuses les plus emblématiques. Il use aussi de la parodie afin de faire sourire le lecteur. La métamorphose de célèbres prières a un côté cabotin et rappelle l'insouciance des enfants et cette capacité à se moquer sans s'assujettir à la morale.

Ce recueil de poèmes est très moderne. Prévert alterne les vers et la prose, voire même mêle les deux. Certains poèmes sont très brefs et ne comportent que quelques vers, un autre atteint les trente pages. Il aborde aussi des thèmes contemporains et certains textes ont un ancrage historique. Il crée des associations de termes surprenantes qui permettent de s'évader et de construire une réalité plus amusante, voire absurde. Il n'hésite pas à inventer aussi des mots et à tordre le cou aux règles de versification et de métrique classiques afin que ses phrases soient en accord avec ce qu'il décrit. A la manière d'Apollinaire, la ville et le quotidien font leur entrée en poésie. Il y a même des données chiffrées dans certains textes. L'humour est aussi très présent et permet un ton irrévérencieux comme dans "L'éclipse" où Louis XIV est éclipsé par son postérieur, la lune couvrant le soleil ... Il pratique beaucoup l'anaphore et les accumulations qui ont un côté enfantin et permettent de faire des listes d'expressions parfois insensées, mais tellement drôles et poétiques. Il fait aussi des clins d'oeil à des artistes qui incarnent la modernité comme Picasso ou Blake ou n'hésite pas à se moquer gentiment de Pascal.

La poésie de Prévert est vraiment musicale et l'on comprend pourquoi tant d'artistes ont adapté en chanson ses textes. Les enfants aussi aiment beaucoup certains poèmes que nous avons tous appris à l'école car leur rythme rappelle quasiment les codes des comptines. Prévert est un grand enfant. Et puis il défend une valeur sûre : l'amour qui permet de résister face aux forces politiques, belliqueuses et religieuses qui nous gouvernent. Ce recueil est magnifique et permet de voyager dans un univers si proche de nous et pourtant si éloigné par son côté fantaisiste.

Pucksimberg - Toulon - 41 ans - 16 février 2020


Jeux de mots 10 étoiles

Prévert, un nom qui ne s’oublie pas. Un pré vert, c’est joli, non ? En tout cas, c’est reposant et on laisse volontiers son imagination défiler par monts et par vaux. Chouette !

Prévert, un nom découvert pour ma part à l’école élémentaire. Alors si vous le voulez bien, embarquez dans le retour au passé. Si l’envie ne vous gagne pas, arrêtez votre route ici. Vous serez excusés, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas…

La scène se déroule dans une vieille école à l’image de celle qu’a pu connaître le poète petit. C’est la deuxième classe en partant de la gauche, celle de Mme N. qui encadre les élèves de CE2. C’est jour de poésie et comme à son habitude, l’institutrice lit trois ou quatre poèmes avant que son public choisisse celui qu’il allait apprendre. C’est ainsi que la Chanson des escargots qui vont à l’enterrement décroche le plus de mains levées. Magique. Des escargots qui titubent pour avoir bu de la bière, cela fait rire toute la classe. Puis, L’orgue de barbarie répond à l’invitation des écoliers. Il effraie un peu puisque l’histoire est sans cesse à recommencer. Mais en même temps, ce poème est joyeux avec tous ces inconnus qui jouent différents instruments de musique. Quel enfant n’est pas attiré par la musique ? Puis l’année scolaire touchant à sa fin, le poème Pour faire le portrait d’un oiseau est choisi à l’unanimité. Quelle douceur, quel silence mélodieux… nous nous rêvons à être peintre et nous tâchons de nous appliquer pour illustrer notre cahier de poésie.
CM1, classe d’en face. M. V. impose ses choix. Prévert à nouveau avec Le cancre. Une autre révélation. Tellement réel, tellement touchant, tellement beau. Un nouvel ami s’invite dans la classe. Puis au lycée, M. D. exige une étude littéraire de Barbara. C’est chiant à mourir. Le bac français approche. Ce n’est pas la joie.

Paroles de Prévert, c’est tout cela. Un recueil de sentiments d’évasion, de joie, de découverte mais aussi d’ennui. Mais quel que soit le ressenti, l’œuvre est de grande qualité et a le mérite d’être simple. C’est à dire que tout est fluide. Personne avant Prévert ne l’avait encore fait. La poésie est innovée, dépoussiérée, plus populaire puisque encore plus accessible. Les codes ont changé. Prenons Souvenirs de famille ou l’ange garde-chiourme qui a l’allure d’un court récit. L’accent grave s’apparente à un texte théâtral. Paster Noster à une prière. L’avantage d’un recueil poétique est de piocher à n’importe quel moment et à n’importe quelle page. Avec le temps, les goûts évoluent ou s’affinent. C’est ainsi que Page d’écriture me séduit de plus en plus. Quant à Barbara, elle gagne très lentement mon cœur.

Nomade - - 9 ans - 8 janvier 2012


touchant... 10 étoiles

A lire et à relire.....
tout simplement: MAGNIFIQUE...

Ungrin - - 40 ans - 6 août 2011


La simplicité d'un chef d'oeuvre 10 étoiles

Prévert est un phénomène de la littérature; quelle que soit l'époque où on le lit, il y a toujours ce je ne sais quoi qui fait du poème un monument. Petit j'apprenais les poèmes de Prévert, maintenant je les étudie en cours
Le premier mot me venant à l'esprit quand je lis cette oeuvre est simplicité.
Le Poème semble improvisé, les images coulent, et l'harmonieuse mélodie des mots se met en place doucement.
Certains poèmes peuvent concurrencer les plus grands poètes: Barbara et son pacifisme, l'orgue de barbarie, la grasse matinée sont autant de textes touchant le lecteur dans ce qu'il a de plus cher

Si vous ne le connaissez pas, à lire absolument

Corentin - - 25 ans - 20 février 2011


Et si c'était le plus beau recueil de poésies contemporaines ? 10 étoiles

C'est beau, c'est évocateur, c'est parfois drôle, parfois triste, toujours renversant : c'est du Prévert. Avec des pièces telles que "Barbara", "Familiale", "Chanson des escargots qui vont à l'enterrement" et "Riviera", ce recueil est remarquable.

Bookivore - MENUCOURT - 38 ans - 28 mars 2008


Magique 10 étoiles

De la poésie contemporaine, émouvante, dure, rêveuse, enfantine, belle.
Du Prévert tout simplement.
Recueil de poèmes d’un artiste qui sait trouver les mots et toucher là où il faut.
A apprécier à tout instant.

Maga9769 - - 30 ans - 24 juillet 2007


Parolons 9 étoiles

Au secours... c'est beau c'est beau c'est beau. Et intelligent, pas juste des mots lancés comme ca pour faire joli. Je l'ai lu lentement, en savourant chaque mot.

Andrea87 - Montréal - 33 ans - 21 avril 2006


sublime 9 étoiles

"rappelle toi Barbara" ... c'est mon préféré, mais tous (ou presque) m'ont soit ému, soit fait rire, ou sourire...
J'ai passé des bons moments auprès de l'illustre Prévert en lisant ces poèmes.
Beau, tout simplement.

Azerty61 - normandie - 33 ans - 5 août 2005


humour, émotion, dénonciation, amour, tristesse, espoir et délicatesse 9 étoiles

Quand j'ai lu Paroles pour la première fois, j'ai plutôt apprécié mais c'est tout. Et puis j'ai relu, et j'ai redécouvert à chaque lecture des sens cachés, de nouveaux traits d'esprit et des poèmes plus beaux les uns que les autres. En fait, Paroles est une oeuvre à double sens. Il ya l'oeuvre délicate, pleine d'humour, de jeux de mots, d'optimisme et surtout pleine d'amour. Et il y a aussi le Prévert provocateur, qui dénonce la guerre, la religion, le système scolaire et qui défend les enfants et les prolétaires. C'est en fait la voix des plus faibles qui parle mais d'une manière très délicate et pleine d'humour.

Prévert est pour moi un génie, d'avoir su créer des poèmes plus beaux, novateurs et pétillants les uns que les autres aussi bien sur les grands sujets de son époque (et encore d'actualité) que sur des moments les plus banals du quotidien.
En tout cas, Prévert fait sourire à chaque page.

Elmejeco - - 33 ans - 24 juillet 2005


Longtemps, longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu... 8 étoiles

Disparu depuis 25 ans ou à peu près, le bon Jacques avec sa casquette de Parigot et sa sibiche, et ses yeux étonnés et sa gouaille faubourienne et son pacifisme bêlant, son communisme voyant, son anticléricalisme primaire, son surréalisme naïf... tous ces défauts qui font que nous l'aimons tant, que nous l'avons tant aimé à l'âge où nous étions pacifistes bêlants, communistes voyants, anticléricaux primaires, surréalistes naïfs... Un recueil où pleuvent les "Je me souviens" :
Je me souviens du terrible petit bruit de l'oeuf dur que l'on casse sur un comptoir d'étain.
Je me souviens de "bandit, voyou, voleur, chenapan !"
Je me souviens de "Je suis allé au marché à la ferraille Et j'ai acheté des chaînes De lourdes chaînes Pour toi mon amour".
Je me souviens de "La pipe au papa du pape Pie pue".
Je me souviens de "La grande dolichocéphale sur son sofa s'affale et fait la folle".
Je me souviens de Barbara.
Je me souviens du cancre.
Je me souviens de ceux qui fabriquent dans des caves des plumes avec lesquelles d'autres écriront en plein jour que tout va pour le mieux.
Je me souviens de trois allumettes allumées...
Je me souviens de Jacques Prévert.

Lucien - - 65 ans - 10 avril 2003


De l'émotion 10 étoiles

Quand j'étais petite, j'ai appris les poèmes de Prévert, et ils me faisaient marrer...Aujourd'hui, lorsque j'ouvre à nouveau ce receuil, mes souvenirs d'enfance ressurgissent -pourtant ils ne sont pas si loin ! - et je me revois sur l'estrade réciter la "Page d'Ecriture", "Le cancre" ou la "Chanson des escargots qui se rendent à l'enterrement"... Maintenant, lire un poème de Prévert est un véritable plaisir, un rayon de soleil accompagné de la mélodie que crée la lecture... Il y a des poèmes longs, des courts, des poèmes qui font rire et sourire, d'autres plus émouvants et vrais... Et il y a la joie de lire Prévert :-)

Sandy - Bretagne - 43 ans - 8 août 2001