Flash Gordon/Guy L'Eclair, tome 4: Le monde sous-marin
de Don Moore (Scénario), Alex Raymond (Dessin)

critiqué par Antihuman, le 13 mars 2015
(Paris - 34 ans)


La note:  étoiles
A propos
Toujours le même danger omniprésent et un univers entier sous la domination totale de malades mentaux malsains, malgré une apparence normale: que diable, les comics de Flash Gordon sont tout à fait d'actualité sinon tendance, c'est le moins qu'on puisse dire...

Ces récits ont conservé leur souffle en dépit des ans, et de notre monde inversé nous y trouverons à peu près tout ce qui fait le nôtre. Oh, ne croyez pas que Flash Gordon c'est pour ces grabataires adolescents qui ont mal vieillis ou pour ces vieilles rombières azimutées qui rêvent d'une autre époque ou tout s'achète - au contraire Alex Raymond fait en sorte qu'il n'y ait aucun espace de repos parmi ses bandes, à part peut-être la toute dernière case mais ce n'est pas un exemple; puisque Flash est partout chez lui.

On ne trouvera pas plus opportun, et dans cette histoire le dictateur est un petit chauve lâche et taré qui se croit très important ainsi que sa fille gâtée-pourrie (et pas très sagace non plus.) Que demander de plus séant ? Pourquoi en préférer d'autres ?

Non, il n'y aucune raison et également, si dans Flash Gordon les rituels sont sévères (ce comic a été en effet publié avant le code très puritain sinon très sournois "Comic Code Authority", qui prétendait faire de l'ordre chez Superman and co et ceci explique donc cela) les vilains sont toujours punis un jour et ces vrais rebelles solitaires qui luttent dans l'ombre, décorés ainsi que grandis. Oeil pour oeil, etc.

Bref, vous n'avez encore rien vu...