Au bonheur des ogres de Daniel Pennac

Au bonheur des ogres de Daniel Pennac

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Suni, le 3 février 2001 (Feluy, Inscrite le 3 février 2001, 38 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 32 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (378ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 9 068  (depuis Novembre 2007)

Malaussène

Ce livre est la première partie de la saga de la famille Malaussène, famille peu ordinaire dont la composition varie au fil du temps, nouveaux venus, décès,...
Benjamin, frère aîné qui tient le rôle du père, est bouc émissaire professionnel. Il arrive toujours à se mettre dans des situations impossibles et quelquefois un peu tirées par les cheveux. Heureusement, ses nombreux frères, sœurs et amis veillent sur lui.
Un peu répétitif (accusé injustement puis innocenté), le récit surprend tout de même plus d'une fois.
Je vous recommande vivement cette série.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  La saga Malaussène

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Profession: Bouc émissaire !

10 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 52 ans) - 11 novembre 2017

Daniel Pennac (1944- ) est un écrivain français. Il a notamment reçu le prix Renaudot en 2007 pour son roman autobiographique "Chagrin d'école".
La Saga Malaussène est -à ce jour- composée de 6 romans.
"Au bonheur des ogres" ouvre la série (1985)

Mon Dieu ! Quel pur moment de bonheur....
Si vous avez aimé "L’Affreux Pastis de la rue des Merles" (Carlo Emilio Gadda), vous adorerez "Au bonheur des ogres". Le même humour décalé, le même rythme.
Benjamin Malaussène exerce l'incroyable profession de bouc émissaire au service après-vente d'un Grand Magasin parisien. De ceux magistralement décrit par Emile Zola dans "Au Bonheur des Dames".
Un temple de la consommation où des explosions meurtrières viennent troubler le quotidien bien huilé de cette noble institution.
Malaussène en est le témoin malheureux.
Une vie professionnelle terne contrebalancée par un quotidien familial chaleureux. Adulé par une horde de demi-frères/soeurs et de son fidèles Julius; Benjamin évolue sur ce petit monde comme un Saint sur ses disciples.

Un ouvrage singulier, à l'humour corrosif, mené tambour battant par l'auteur.
On se fiche rapidement de savoir qui est le poseur de bombes.
Seul le quotidien de Malaussène nous obsède.
Quand un personnage de fiction parvient à devenir Culte en une trentaine de pages...
Chapeau bas Monsieur Pennac !

Ah!... La famille Malaussène!

8 étoiles

Critique de Henri Cachia (LILLE, Inscrit le 22 octobre 2008, 55 ans) - 18 janvier 2017

La mère généreuse offre régulièrement un enfant – issu à chaque fois d'un père différent qu'on ne voit jamais – à son fils aîné Benjamin, avant de s'éclipser vers un nouvel amant prometteur, qui lui donnera certainement encore un petit dernier.
Benjamin a donc en charge cette famille nombreuse, riche en personnalités différentes (que vivent les mélanges, car on ne sait pas bien si les pères sont noir, rouge, jaune, rouquin, schizophrène, de la haute bourgeoisie ou prolos).
J'ai un petit faible pour Clara, tout comme Ben, qui entretient une relation incestueuse non consommée, avec celle qui doit passer son bac. Elle semble si douce.
Louna qui voudrait avorter à nouveau, qui pleure et qui rit, en cours de séparation avec un compagnon, qu'elle aime celui-là.
Thérèse, mineure, qui retranscrit inlassablement sur sa machine à écrire les histoires que Ben Malaussène raconte à ses petits frères chéris, chaque soir pour les endormir.
Jérémy l'espiègle, prêt à taquiner sa sœur Thérèse chaque fois qu'elle cause d'astrologie.
Et le Petit dernier de cinq ans, qui pose toujours la bonne question qui ne manque pas d'exciter l'imagination de Ben, lorsque celle-ci hésite.
Sans oublier Julius, le chien, partie intégrante de la famille.

Il fait bon vivre chez les Malaussène !

Les ogres de Noël

9 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 42 ans) - 8 décembre 2015

Dans la famille Malaussène, je demande Benjamin, le grand-frère ! Celui qui, pendant que leur mère est partie en faire un petit dernier avec son nouvel amant, s'occupe de sa nombreuse fratrie : Louna, enceinte, qui se demande si elle gardera le bébé, Clara, qui passe le bac, Thérèse, qui regarde les astres en jouant les Cassandre, Jérémie, qui a toujours plein d'idées, et le Petit, qui louche en dessinant des ogres Noël ! Benjamin, c'est également le maître de Julius, le chien épileptique qui ne prend jamais de bain. Et enfin, c'est le bouc émissaire du grand Magasin, qui fait s’apitoyer sur son sort les clients mécontents. Et en bon connaisseur de la nature humaine, Benjamin est un bouc très efficace. Le problème, ce sont ces bombes qui explosent dans le Magasin partout où il passe. Ce n'est pas tellement lui qui est visé par les bombes, ce n'est pas tellement qu'on croit qu'il les pose (bien qu'étant un bouc émissaire, on aurait tendance à tout lui coller sur le dos), il n'empêche que des bombes explosent et que des petits vieux pas tellement recommandables meurent...

Au bonheur des ogres est le premier tome de la fameuse saga Malaussène. C'est drôle, émouvant, loufoque, irrésistible. Ce n'est pas de la grande littérature, il n'empêche qu'on se retrouve emporté dans la gouaille des grandes envolées de Pennac, qui nous trimbale dans Paris en compagnie d'une famille déjantée mais unie. L'intrigue n'est pas dénuée de suspense, et le texte est truffé de jeux de mots ou d'associations inattendues qui font mouche et font sourire. L'ensemble prône les valeurs de la morale, de l'amour (de la famille mais celui du couple également, l'amitié...) en tant que valeurs primordiales, et Benjamin se pose en champion de l'auto-dérision à la poisse tenace.
Bref, je prends toujours beaucoup de plaisir à redécouvrir les aventures de la "tribu" Malaussène et de leur écosystème. C'est sur que ça ne changera pas le monde, mais ces lectures permettent de passer des moments agréables et amusants !

Voyez-vous, le Bouc Emissaire n'est pas seulement celui qui, le cas échéant, paye pour les autres. Il est surtout, et avant tout, un principe d'explication, monsieur Malaussène.

Boum ...et le magasin fait boum.

6 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 41 ans) - 30 avril 2015

Du loufoque , ce n'est que de la loufoquerie...Dans la famille Mallausène , personne n'est vraiment d'équerre , la mère de famille est absente , un jeune enfant est fan des ogres , une fille passe son temps à faire des thèmes astraux et au milieu de tout ça Benjamin tient le rôle de "souffre douleur"" dans un grand magasin.
Ca se lit bien , ça se lit vite , ça donne envie de continuer la saga ...mais certainement pas tout de suite.
Je reste toutefois sur ma faim , peut-être en attendais-je trop.

Déçu

3 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 52 ans) - 12 février 2013

A la sortie de "Le Journal d'un Corps", je voulais découvrir ce que d'aucuns estiment être un des ouvrages marquants de Pennac. Dans un style "je te la joue sympa", mais qui ne rend pas la lecture aisée, le récit reste chaotique. L'histoire qui se veut absurde et drôle devient de plus en plus indigeste au point que j'ai lâché prise à mi-chemin. Dommage car le scénario semblait séduisant.

Là où tout a commencé !

9 étoiles

Critique de Robusualsuspect (, Inscrit le 11 mars 2012, 24 ans) - 11 mars 2012

Premier des livres de la saga Malaussène, on ne peut que féliciter l'auteur d'avoir su mettre en place cet univers indémodable

La saga malaussène

9 étoiles

Critique de Vernon (, Inscrite le 27 février 2012, 44 ans) - 27 février 2012

Découverte de cet auteur par la saga Malaussène, intriguée par les premières pages, amusée puis happée...ces livres sont d'un humour pur, une bulle d'oxygène dès les premières lignes. La découverte de Belleville à travers cette famille déjantée mais unie est un pur bonheur...et quels personnages ! Ne parlons pas de Benjamin Malaussène qui porte l'histoire avec brio, du "petit" avec ses lunettes roses, de la soeur voyante et des voisins ou amis présents tout au long des livres..
Mr PENNAC, s'il vous plait, faites nous encore rire et rêver avec cette famille si attachante ! Nous avons grand besoin de ce type d'ouvrage où seuls la légèreté et l'humour nous portent !

Début d'une série prometteuse

8 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 29 juillet 2008

Ce tome est un excellent début, même si je n’ai pas trouvé que c’était le meilleur de la série. C’est ici qu’on fait la connaissance de nos sympathiques personnages : la peu banale « tribu » Malaussène, le commissaire Coudrier (mon personnage préféré avec Berthold), Julie, Théo, ... J’ai adoré la fluidité de l’écriture et le ton décontracté. C’est le même qu’on retrouve dans toute la série, ça ne manque pas d’humour ! De plus, le suspense est prenant, j’ai lu ce livre en une journée. Ça a été un bon moment de lecture. Je crois que pour aimer la série, il faut être attaché dès le départ aux personnages et aimer l’écriture de Pennac.

beaucoup d'humour

8 étoiles

Critique de Bibou379 (, Inscrite le 26 mai 2005, 33 ans) - 2 octobre 2006

Un style simple et familier avec de l'ironie et de l'autodérision qui font sourire plus d'une fois! Original, drôle, avec du suspense: un bon roman sympa et sans prétentions! Le plus: le chien vraiment jullius est un animal qui donne un je ne sais quoi au livre!

Humour explosif

8 étoiles

Critique de Ketchupy (Bourges, Inscrit le 29 avril 2006, 37 ans) - 8 juillet 2006

Merci de m’avoir fait découvrir cet auteur. Les couvertures de ces différents romans, aux dessins humoristiques et colorés, m’avaient à plusieurs reprises attiré l’œil mais je ne m’étais jamais lancé. Maintenant c’est fait et je ne le regrette pas ! DP a le sens des tournures humoristiques et son style est fluide.
Je pense que les romans de DP sont un filon sûr que je ne vais pas me priver d’exploiter !

famille Malaussène

8 étoiles

Critique de Martin eden (, Inscrit le 11 octobre 2005, 37 ans) - 2 février 2006

1er roman d'une longue série de la tribu Malaussène...
Non seulement ce roman fait aimer Belleville et donne envie d'y aller, mais en plus il rassure sur notre propre famille.

Quand on voit une telle famille, on ne peut que se dire que la nôtre est on ne peut plus normale

et si vous avez apprécié ce roman, c’est le moins intéressant de la série Malaussène, bonne lecture

Entrainant !

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 3 janvier 2006

Je me suis laissé entrainer dans le sillage de Benjamin Malaussène et de son entourage aussi improbable que sympathique. Pennac c'est comme un mélange de Léo Malet et de San-Antonio !!
Vraiment très bon...

quel bonheur

10 étoiles

Critique de Celinette (Lidköping, Inscrite le 6 juin 2005, 35 ans) - 11 septembre 2005

Ce livre est terriblement bien écrit! M. Pennac a réussi à allier comédie, livre policier, personnages attachants, bref il a réalisé des livres talentueux.
Une fois dans l'univers des Malaussène, on ne peut en sortir.
j'ai lu tous les livres de la tribu avec beaucoup de plaisir et je fus bien triste lorsque tout se termina.
un vrai chef d'oeuvre!

bien

8 étoiles

Critique de Ricici123 (, Inscrit le 3 août 2005, 25 ans) - 3 août 2005

je ne trouve pas qu'il soit le meilleur mais très bon quand même ( mon préféré Monsieur malaussène ) je les ai tous et bien sûr je les ai tous lus sauf monsieur malaussène au théâtre qui doit être un résumé de monsieur malaussène

Mon premier livre de Pennac

7 étoiles

Critique de Kreen78 (Massy, Inscrite le 11 septembre 2004, 39 ans) - 2 mai 2005

J'avoue que l'histoire, bien qu'un peu tirée par les cheveux, est bien drôle. J'ai passé de bons moments en la compagnie de Malaussène, ce Ben bouc émissaire qui doit s'occuper de ses frères et soeurs.
C'est pas mal, je vais me mettre à lire la suite de la saga.
Par contre, j'avoue que je ne garderai pas un souvenir impérissable de ce volet.

Quel oxygène

10 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 45 ans) - 30 mars 2005

Je ne connaissais que "Comme un roman" de Pennac et avec ce 1er livre de la saga Malaussène, j'ai vraiment pris un pied terrible. Benjamin alias le bouc qui se trouve partout où il ne faudrait pas être. Les macchabées et les bombes artisanales qui s'enchainent, la smala Malaussène avec maman qui restera toujours la même, Thérèse qui flippe tout le monde avec ses boules, et BELLEVILLE témoin de tout ça mais imperturbable. Du bonheur des ogres mais surtout pour moi.

A mourir de rire !

10 étoiles

Critique de Moon (LYON, Inscrite le 18 janvier 2004, 37 ans) - 24 février 2005

J'ai passé un excellent moment avec le premier tome de la saga Malaussène. J'ai vraiment hurlé de rire, à tel point que des fois ça devenait gênant (dans la salle d'attente d'un médecin, dans le bus et le métro...) mais ça fait un bien fou.

Le personnage de Benjamin Malaussène est l'anti-héros qui n'a vraiment pas de chance et qui est toujours là au mauvais moment. Daniel Pennac s'est amusé à exagérer les personnages et les situations et c'est très drôle.

A lire !

Belle métaphore!

9 étoiles

Critique de Zenith_ (Bruxelles, Inscrite le 28 janvier 2001, 36 ans) - 9 novembre 2004

Je suis ébahie par la métaphore du chocolat que nous donne Fee Carabine... C'est exactement cela! Je n'ai donc pas grand chose à ajouter, si ce n'est de dire moi aussi que j'ai connu un bonheur personnel à lire toute cette saga, à emmener cette famille partout avec moi, à dévorer leurs aventures sans risque d'indigestion...!
Et pour clôturer... Personne n'attaque personne sur ses goûts. Comme on dit... Ca ne se discute pas, un point c'est tout. On aime ou on n'aime pas, mais aucun besoin de reprocher à l'autre son penchant.

Malaussèene

10 étoiles

Critique de Sly (Verona, Inscrite le 9 novembre 2004, 35 ans) - 9 novembre 2004

Moi, je suis une fille italienne et j'ai lu "Au bonheur des ogres" en italien, donc ("Il paradiso degli orchi") . Peut-être dans la traduction le texte a-t-il perdu en quelque mesure son charme mais... de toute façon, je l'ai trouvé un très très beau livre! Tout semblable aux oeuvres de Stefano Benni, que je vous conseille!

A dévorer

8 étoiles

Critique de Fee carabine (, Inscrite le 5 juin 2004, 43 ans) - 6 juillet 2004

...comme une tablette de chocolat, pour ranimer une curiosité vacillante et ravigoter un enthousiasme flemmard. A déguster par petites bouchées pour en savourer toute l'impertinence. A croquer à pleines dents pour en apprécier tout le mordant. Ou bien, à laisser fonder sur le bout de la langue pour se délecter de sa tendresse un peu bourrue.

C'est bon comme du chocolat. Ca peut devenir écoeurant quand on mange trop, oui. Et on a aussi besoin d'autres aliments. Mais c'est bon, alors pourquoi s'en priver? Et c'est vrai qu'il y a des gens qui n'aiment pas le chocolat (enfin, il paraît). C'est leur droit après tout...

Pour ma part, je viens de relire "Au bonheur des ogres", et je m'en lèche encore les babines...

Vive Pennac!!!

7 étoiles

Critique de Scarlett (, Inscrite le 6 mars 2004, 31 ans) - 12 avril 2004

La tribu Malaussène une fois entrée dans votre vie n'en sort plus. Une famille qui vous devient si familière que vous avez l'impression de les connaitre depuis toujours. Quant à la fonction de bouc émissaire l'idée de Pennac est tout simplement formidable! Benjamin est effectivement bouc émissaire jusqu'à la moelle.
Pennac a une écriture formidable, le ton est alerte et drôle mais ce roman n'est pas le meilleur mettant en scène la tribu Malaussène, "La petite marchande de prose" et "La fée carabine" sont bien meilleurs.

Etrange... :oD

8 étoiles

Critique de Moka (Bruxelles, Inscrite le 29 mars 2001, 27 ans) - 7 avril 2004

Benjamin Malaussène, bouc émissaire d'un grand magasin, nous raconte son histoire , à la première personne, histoire qui se passe, on aurait pu le deviner, dans un grand magasin ( mais pas tout le temps! ;oD ). Donc dans ce magasin, éclatent des bombes... Pourquoi? Comment? A vous de le découvrir, si vous lisez ce livre ;o)

J'ai été obligée de lire ce livre pour l'école et, avec notre prof. de Français, nous avons beaucoup travaillé dessus. On en a retiré toute sorte de conclusions intéressantes mais malheureusement, j'ai "égaré" ces conclusions, hum, dans ma mémoire... :oD

le succès du livre lui nuit-il?

8 étoiles

Critique de Ada (, Inscrite le 9 mars 2004, 40 ans) - 9 mars 2004

J'ai beaucoup aimé la saga Malaussène. J'ai lu Au bonheur des Ogres en 94, à l'époque où Pennac n'était pas tellement connu.
Lorsque Pennac a commencé à être médiatisé (émission sur l'alphabétisation, sortie en poche de comme un roman etc.) il a été récupéré par le milieu intellectuel et n'a eu que de bonnes critiques.
Peut-être que les personnes qui ont été déçues attendaient trop de cette saga à cause des critiques trop unanimement positives.

les critiques sont sévères...

7 étoiles

Critique de Fane (Nancy, Inscrite le 28 mai 2003, 39 ans) - 3 octobre 2003

Je trouve les différentes critiques un peu sévères, il ne faut pas prendre ce livre pour ce qu'il n'est pas et s'en plaindre après ! Je pense que les termes qui décrivent le mieux Pennac sont humanisme et optimisme. Ce livre est plein d'humour malgré l'aspect très sombre de l'intrigue. Avec une écriture très actuelle, et sur fond d'enquête policière, Pennac nous entraine dans un univers surréaliste où les personnages hauts en couleur sont très attachants, et surtout le héros monsieur Malaussène, bouc émissaire de son état, rôle qu'il assume difficilement mais qu'il remplit à merveille au service des réclamations d'un grand magasin. Non, ce n'est pas de la grande littérature, mais l'histoire est à mon avis assez originale et bien menée pour être un excellent divertissement.

fana de la série

9 étoiles

Critique de Anonyme (, Inscrit(e) le ??? (date inconnue), - ans) - 3 décembre 2002

Moi, je suis une grande fan de la saga Malaussène. c'est toujours avec beaucoup de joie et d'émotions que j'aime retrouver cette petite famille et ses personnages si touchants. Mon préféré reste Monsieur Malaussène, mais sans conteste je les aime tous.

Décapant

10 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 39 ans) - 4 juillet 2002

Je n'ai rien grand chose à ajouter si ce n'est que j'adore TOUT dans la saga des Malaussene. Je ne me lasse pas de les relire. Et que je conseille à tout le monde d'au moins essayer. Les quatre premiers tomes sont d'un cru exceptionnel et si c'est vrai que les deux derniers déçoivent un peu, c'est simplement parce que les quatre précédents sont incomparables et qu'un rythme parfait ne peut être éternel. Dommage.

Moi ce qui m'ennuye ce sont les histoires ennuyeuses et les bien-pensants...

4 étoiles

Critique de Virgile (Spy, Inscrit le 12 février 2001, 38 ans) - 27 mars 2002

Est ce qu'il suffit d'une narration au présent, de dialogues, de vocabulaire banlieusard et d'un histoire qui part dans tous les sens sans prendre aucune direction pour faire un roman pas ennuyeux?
La grande littérature pour moi ça n'existe pas. La littérature bien. Et dans cette littérature il y en a une bonne partie qui m'est ennuyeuse personnellement. Apparemment je ne suis pas le seul dans le cas (Creamy). Si d'autres ont des goûts différents et profitent de ce roman tant mieux. Mais qu'ils nous épargnent alors leurs conclusions disant que la joie est ennuyeuse. Il ne faut pas forcément trouver la joie ennuyeuse pour s'ennuyer à la lecture de Pennac. Simplement il faut accepter que chaque personne aie une idée différente de ce qu'est la joie ou de ce qu'est un roman joyeux. C'est amusant que Jules se rallie à l'avis de Lucien alors que sur un point Lucien paraphrase Alexandre Jardin descendu en flèche par ce même Jules. Dans l'île des gauchers il se plaint que les romans de bonheur n'existent pas, que la plupart des chefs-d'oeuvre soient mélancoliques ou tragiques et tristes à mourir. Et il prend le contrepied de tout cela pour écrire une magnifique histoire d'amour et de bonheur! Et à la lecture de celle-ci je ne me suis pas ennuyé une seconde, que du contraire!
Nous en revenons donc au même point: la subjectivité qui entoure la lecture de chaque livre.

Bien d'accord avec Lucien

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 27 mars 2002

J'ai toujours pensé la même chose, mais écrit par lui cela en devient encore plus flagrant ! Et pourtant, je ne crois pas qu'on pourrait me qualifier de lecteur le plus attiré par la légèreté sur ce site. Mais qu'est ce que Pennac m'a fait rire avec ses personnages plus en dehors de la norme les uns et les autres... D'accord que de tels spécimens ne doivent pas courir les rues et qu'il a un rien chargé, mais cela m'a fait tant de bien !... Pourquoi aurais-je gâché mon plaisir ?... J'en ai bien profité !... C'est vrai que ces livres nous donnent vraiment la sensation d'une grande joie d'écriture et je suis bien convaincu aussi que Pennac a du bien se marrer en les faisant. Un jour, j'écoutais une de ses interviews et il expliquait à quel point le fait d'être resté en contact avec ces jeunes (il est prof de Français à Belleville) l'avait aidé pour le style, les expressions, le vocabulaire. Et aussi que ce sont bien souvent ses enfants qui lui ont dicté la suite de ses histoires et comment faire rebondir l'intrigue. J'ai vraiment beacoup apprécié ces livres. Le dernier peut-être un peu moins... Oh, horreur ! Etais-je moi aussi devenu blasé, fatigué de tant de joies ?...

Qu'est-ce que ça m'ennuie, la joie!

8 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 62 ans) - 27 mars 2002

Une alerte narration au présent, des phrases courtes et musclées, des dialogues en veux-tu en voilà, un vocabulaire banlieusard, des bombes qui explosent, une famille atypique mais unie, un anti-héros craquant, un zeste de sentiment, une jubilation d'écrire qui éclate à toutes les pages... et certains s'ennuient! Ca me rappelle ce dessin où deux gars traînent leur blues dans une rue quelconque : "Beau temps, hein?", dit l'un. "M'en parle pas, ça me fout le bourdon", répond son riant compère. D'accord, Pennac, ce n'est pas de la grande littérature; d'accord, ses livres, ils ne laissent pas dans les mémoires une trace indélébile; d'accord, il a un peu tiré sur son personnage de Malaussène. Pourtant, il a eu le mérite d'amener un peu de joie à beaucoup de gens, et ça n'est pas du tout négligeable. Mais après tout, je n'ai rien compris. C'est justement ça, le problème : qu'est-ce que c'est ennuyeux, la joie!

Mon soutien à Virgile !!

1 étoiles

Critique de Creamy (Beaumont-sur-Oise, Inscrite le 20 mars 2002, 33 ans) - 20 mars 2002

Désolé M. Pennac, mais moi non plus, je n'ai pas aimé votre livre ! Tout du moins...La première moitié, car je n'ai pas été en mesure de lire la suite tant l'ennui me gagnait (et ce n'est pas faute d'avoir essayé...Trois fois !) !! Il est vrai que, moi aussi, j'ai bien souvent entendu des louanges à propos de cette saga, et c'est d'ailleurs ce qui m'a décidé à lire ce premier tome. Mais, très sincèrement, je crois que, à présent, rien que le nom de "Pennac" me donne une irrésistible envie de dormir...

Pfffffffffffffffff

4 étoiles

Critique de Virgile (Spy, Inscrit le 12 février 2001, 38 ans) - 31 août 2001

Ca faisait un bout de temps que j'entendais Pennac être porté aux nues, j'ai donc décidé un jour de plonger dans ce roman et ce fut une grosse déception. Non seulement je n'ai jamais trouvé ça drôle mais en plus ça m'a ennuyé la plupart du temps, serais-je atteint de sinistrose aiguë???

Forums: Au bonheur des ogres

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  La Saga Malaussène de Daniel Pennac 13 Algo 9 janvier 2007 @ 22:35

Autres discussion autour de Au bonheur des ogres »