Souvenirs du futur
de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Provisette1, le 8 mars 2015
( - 5 ans)


La note:  étoiles
Ah vous dirai-je encore combien il me fascine, ce magicien des mots et de folles pensées diablement intelligentes?
Oui, bien sûr!

Puisqu'il demeure si inconnu et si peu lu visiblement, je vous dirai alors, tel l'ami écrivain (et ses rares amis fiables) de Sterer, le "héros" de ce récit, qu'avec Sigismund, "en remettant en ordre (les feuillets palis)" - et, pour nous, un peu de calme dans nos neurones swinguant en mode rock'n'roll!- "ils se réjouissaient de trouver, parmi les signes hyéroglyfiquement incompréhensibles agencés en formules plus incompréhensibles encore, des mots clairs -comme des clairières dans la foret.".

Tout Sigismund est dans cette unique phrase.

Vous pourrez ainsi à travers ce récit y retrouver toute cette exubérance de sa pensée se déployant dans un univers fantastique, poétique, ses extrapolations philosophico-scientifiques en suivant le parcours de Sterer, jeune homme qui, dès son plus jeune âge, va se lancer ce fol défi de créer un "coupe-temps" qu'il réussira, malgré nombre d’aléas, à matérialiser et qui le conduira dans un futur aussi affolant que sa création.

Cependant et beaucoup plus directement dans ce livre terminé en 1929, S.Krzyzanowski dénonce et avec virulence, en particulier dans les 20 dernières pages, cette sombre période de l'Histoire, entre 1928 et 1957, des grandes purges staliniennes, des "disparitions subites" et "inexpliquées" d'hommes anonymes ou "poètes" ou "savants".

"...IE": mot non écrit, non dévoilé et qui nous mène, pourtant, jusqu’à cette Sibérie où ils-elles- furent des millions à être déporté(e)s.

Un livre sans doute beaucoup plus puissant encore que tous les autres.

L'art d'un véritable génie.