Un homme : Klaus Klump ; La machine de Joseph Walser de Gonçalo M. Tavares

Un homme : Klaus Klump ; La machine de Joseph Walser de Gonçalo M. Tavares
(A Máquina de Joseph Walser)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Lectio, le 14 janvier 2015 (Inscrit le 16 juin 2011, 71 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 1 760 

Mathématiquement sombre.

Deux titres, deux récits, le même univers, les mêmes lieux. Deux angles différents pour appréhender une même réalité. La guerre. Une guerre civile. Peu importe l'endroit, peu importent les dates. Dans une guerre on tue, on viole, on trahit. "Il n'y a que deux types d'endroits dans le monde : ceux qui peuvent être incendiés et ceux qui peuvent être inondés. Nous on est dans un endroit du premier type" dit Klaus Klump, éditeur, bientôt emprisonné pour résistance. Dans cet univers gris et fumant où le bruit des armes et des avions couvre les crépitements de la vie, Klaus aurait pu choisir un autre chemin, un autre camp. Ou bien ne rallier rien ni personne, rester en dehors du tumulte, comme Joseph Walser. C'est un ouvrier, Walser. Consciencieux, méticuleux. Depuis des années, à l'usine il fait corps avec sa machine... jusqu'au jour où elle lui confisque son index (celui qui presse la gâchette d'un revolver !) Peu importe. Secret, introverti, cocu, on ne connait à Joseph Walser que sa partie de dés hebdomadaire avec des copains d'usine. Plus secrète est sa collection de pièces métalliques de moins de 10 cm, son bastion fermé à double tour. La vie, comme la guerre coulent sur lui comme l'eau sur les plumes d'un canard. G.M Tavarès conduit une fine analyse psychologique et sociale des personnages dans un monde qui oscille entre le grotesque et le terrifiant. C'est ainsi que l'on bute plusieurs fois sur le cadavre d'un cheval qui pourrit dans la rue, ou que l'on trouve Walser retournant un homme mort dans la rue avec l'aide d'un passant afin de récupérer la boucle de sa ceinture pour sa collection de pièces métalliques. Situations décalées montrant avec des mots tels des projectiles la disparition des notions de bien et de mal dans une société en état de perdition. La guerre se termine, heureusement, bien sur. Mais...! Belle réflexion en ces temps troublés.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Un homme : Klaus Klump ; La machine de Joseph Walser

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un homme : Klaus Klump ; La machine de Joseph Walser".