Niourk de Stefan Wul

Niourk de Stefan Wul

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Sucre, le 29 décembre 2003 (Bruxelles, Inscrit le 12 novembre 2002, 50 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 10 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 053ème position).
Visites : 3 916  (depuis Novembre 2007)

Délire

Mon premier Stefan Wul, ma première critique...
Wul est un auteur de science-fiction qui a écrit la plupart de ses livres pendant les années 50. C'est un auteur "culte" pour les amateurs de scifi.
Ca se déroule dans un monde post-apocalyptique, dans un monde où les mers se sont retirées, peuplé de créatures monstrueuses, fruit de la radioactivité. Seules quelques hordes sauvages peuplent la terre. Parmi une de celles-ci, un jeune enfant va vivre une aventure extraordinaire qui va le mener jusqu'à Niourk (ancienne New York).

L'écriture est très simple, le livre se lit très vite. Les bases scientifiques sont plutôt vagues. Néanmoins Wul fait preuve d'une imagination débordante, le rythme est soutenu et le livre se termine dans un véritable délire scientifique. Ca va même un peu trop loin à mon goût.

Au final, un très bon livre pour les amateurs de science-fiction, surtout que ça se lit très vite.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un bon petit classique de SF

7 étoiles

Critique de Nabu (Paris, Inscrit le 26 février 2005, 33 ans) - 14 juin 2015

Niourk est un roman de science-fiction écrit par Stefan Wul en 1957. Il est considéré comme étant l’un des classiques de la SF par plusieurs journalistes et a été adapté en bande dessinée.

Niourk est l’histoire d’un enfant noir élevé dans une tribu de blancs qui le méprisent dans un monde post-apocalyptique. Proche d’être sacrifié par la tribu, l’enfant noir préfère fuir. Cette quête va alors l’emporter dans une aventure où il va se révéler en tant que héros de cette histoire.

Ce livre, bien qu’assez banal de par son scénario, est très agréable à lire. Ne faisant que 200 pages, il se lit très vite grâce à une écriture fluide et une très bonne maîtrise du rythme narratif. On ne s’ennuie pas une seule seconde et les évènements s’enchaînent avec brio pour maintenir notre attention en éveil.

Stefan Wul aborde les points classiques d’une œuvre post-apocalyptique avec les décalages technologiques, des créatures fantastiques et la dégénération de l’être humain qui revient à un stade primitif.
Ce romain manquera certainement de complexité pour certaines personnes mais j’ai personnellement réussi à l’apprécier grâce à ce rythme élevé. C’est d’ailleurs cette simplicité qui rendra ce roman accessible aux plus jeunes.

En conclusion, un roman post-apocalyptique sympathique et sans prétention qui remplit son office.


Chronique par ChocolatCannelle

7 étoiles

Critique de Prose-Cafe (, Inscrit le 30 décembre 2014, 44 ans) - 30 décembre 2014

Grâce au forum de lecture « au cœur de l'imaginarium », j'ai gagné un roman de SF qui me semblait prometteur. La SF et moi, c'est une histoire d'amour et de désamour : j'avais adoré Les Chroniques martiennes de Ray Bradbury (lecture faite pour le cours de français, quand j'étais collégienne), mais tous les livres de science-fiction qui m'étaient passé entre les mains depuis m'ont déplu. Je ne m'en rappelle ni les titres ni les noms d'auteur. Je n'ai plus touché à un livre de science-fiction. Jusqu'à Niourk. Et Niourk, je l'ai aimé, autant que j'avais aimé en son temps Les Chroniques martiennes.

Le roman débute sur les vicissitudes d'une tribu qui semble vivre à une époque préhistorique. Un chef guerrier mène la chasse. Un homme sage, nommé « le vieux » est le véritable guide de la communauté. Un enfant noir, tout simplement nommé « l'enfant noir », attise les haines du fait de sa différence. Cet enfant est particulier, il comprend dans son cerveau embrouillé que le vieux n'est pas aussi sage, pas aussi intelligent qu'il veut le faire croire. Lorsque le vieux décide d'aller implorer les dieux, l'enfant noir le suit. Il parvient au domaine des dieux, ville abandonnée par des hommes d'une civilisation qui pourrait être la nôtre.

Le roman suit le cheminement de cet enfant, le développement de sa conscience, de son intelligence fulgurante. En parallèle, les errances de la tribu privée du vieux, en quête de terres fertiles pour survivre. En parallèle encore, la ville de « Niourk » avec sa statue de la liberté, sa robotisation à l'extrême, vaine puisqu'il n'y a plus âme qui vive, à l'exception des rats…

Au final, la seule vie qui vaille la peine d'être vécue serait…

Un roman captivant, bien construit, qui permet au lecteur d'aller de découverte en découverte. Une fin surprenante.

Stefan Wul, auteur de SF réputé, a publié Niourk en 1957. Les éditions French Pulp ont réédité cet excellent roman en format numérique (dommage cependant qu'il y ait tant de coquilles dans cette version). À retrouver sur des librairies numériques au prix de 4,99€.

pour débuter la S.F.

7 étoiles

Critique de Micheleff (, Inscrit le 19 août 2010, 76 ans) - 4 février 2012

Pas cérébral ? Pas révolutionnaire ?
C'est vrai... Juste un bon ouvrage pour initier le lecteur à la S.F. en toute douceur.

Sans intérêt

1 étoiles

Critique de Kalie (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 49 ans) - 22 novembre 2010

Je n'ai pas du tout aimé ce roman. Le vocabulaire est trop basique. L'histoire est sans surprise et sans intérêt. La fin du livre, pour moi, est du grand n'importe quoi. Je n'ai pas trouvé ce roman poétique mais au contraire sans style ni saveur.

A lire pour la fin

7 étoiles

Critique de Shayne (Sambreville, Inscrit le 2 octobre 2005, 36 ans) - 22 octobre 2006

Un récit décrivant un monde post-acalyptique assez linéaire et peu captivant, mais les 20 dernières pages sur l'évolution spectaculaire du héros sauvent l'ensemble, certes un peu invraisemblables mais originales et bien écrites.

Totalement fou

6 étoiles

Critique de Elyria (, Inscrite le 25 mars 2006, 28 ans) - 29 mars 2006

En général, la science fiction me gave un peu, mais là, si en plus il y a un message de tolérance, alors on peu faire un effort. Un amitié avec un animal, une tribu, un futur où les hommes régressent; peut-être pas de quoi fonder un "classique" mais en tout cas de très bonnes base pour de bons moment de plaisir et de suspens!

Qui vivra...verra !

7 étoiles

Critique de Léonce_laplanche (Périgueux, Inscrit le 22 octobre 2004, 83 ans) - 23 octobre 2004

L'auteur est présenté comme un météore de la science fiction française: les 12 romans qui composent l'essentiel de son oeuvre ont été publiés entre 1956 et 1959.
Ils sont depuis constamment réédités.
La Terre n'est plus qu'un vaste désert. Des monstres engendrés par des technologies radioactives et disparues hantent ce qu'il reste des océans -quelques lacs d'eau saumâtre- et rien de plus.
Dans ce monde âpre, un enfant noir, rejeté par tous les membres de sa tribu, se met en route vers Niourk, la ville mythique peuplée de fantômes.
Au bout de cette quête se trouve peut être de quoi redonner vie à notre Terre assassinée?
Une histoire simple, mais pleine de rebondissements!
L'auteur propose une fin un peu surprenante, mais le plus difficile dans ce genre de spéculation... est d'en sortir!
Ce n'est pas de la grande littérature, mais un petit livre idéal pour qui a un voyage de deux heures en train.

Fou!

6 étoiles

Critique de Brassoad (, Inscrit le 7 août 2004, 35 ans) - 31 août 2004

Le délire scientifique à la fin du livre va effectivement très loin! Personnellement, je n'ai pas trop aimé la façon trop imaginaire et pas assez réaliste dont est traité le sujet, cela manque d'explications logiques;
toutefois, en le lisant comme étant une fable fantastique(et non un roman d'anticipation), il est vrai que l'auteur a réussi son coup.

Une fable moderne

9 étoiles

Critique de ArzaK (, Inscrit le 19 janvier 2004, 41 ans) - 19 janvier 2004

Ce livre justement célèbre est un véritable enchantement. Le style de Wul est simple, limpide, accessible aux plus jeunes. L’univers post-apocalyptique qui y est décrit est très typé mais crédible. Les personnages ont juste ce qu’il faut pour être attachants, malgré leurs réactions d’hommes simples.

Mais ce qui fait avant tout la qualité de ce roman, c’est sa narration, tout bonnement captivante. Une fois commencé, difficile de lâcher ce roman, et il est fort probable, qu’étant donné sa minceur, vous le dévorerez d’une seule traite, comme je l’ai fait.

Sans vouloir en dire trop, la fin réserve bien des surprises. Elle est étrange, presque invraisemblable, volontairement naïve, mais donne au roman l’allure d’une très belle fable moderne.

Forums: Niourk

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Niourk".