Satan était un ange de Karine Giebel

Satan était un ange de Karine Giebel

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Annelies, le 21 novembre 2014 (Inscrite le 21 mai 2014, 48 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 885ème position).
Visites : 2 634 

Chef-d'oeuvre

Karine Giebel réussit un véritable exploit : à chaque nouveau livre, il est complètement différent des autres, et à chaque fois, elle réussit à me surprendre et j'adore ça.

Celui-ci a une telle profondeur, elle nous emmène loin dans les émotions et les questions existentielles. On se sent en accord avec les idées de François.

Elle traite aussi en parallèle d'un thème d'actualité, que je ne préciserai pas pour en garder à ses futurs lecteurs, la découverte.

Et en même temps, le rythme et le suspense sont toujours omniprésents.

Encore un chef-d’œuvre de Karine Giebel.

En espérant que le prochain soit un peu plus long, pour profiter encore plus de son immense talent.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pas mal

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 46 ans) - 13 février 2018

Comme à son habitude Karine Giebel emploie un style sec, haché et percutant, dans des chapitres courts où le suspense maintient habilement le lecteur sur la brèche. L’envie de tourner la page est omniprésente, et l’œuvre étant assez courte, l’ensemble se lit en quelques heures.

Les deux personnages principaux, aux profils assez forts, sont attachants, et même si leur association se révèle plus qu’improbable, l’on suit avec plaisir et émotion leur parcours chaotique plein de mort et de souffrance.

Sans doute pas le meilleur de cette auteure, ce roman reste malgré tout un bon thriller.

Un ton en dessous

7 étoiles

Critique de Seb (, Inscrit le 24 août 2010, 41 ans) - 27 décembre 2015

Après "juste une ombre" ou "le purgatoire des innocents", énormes dans leurs genres, force est de constater que l'auteur arrive encore à nous surprendre. Le style reste le même : écriture tirée, courte et punchy certes mais les thèmes abordés sont différents. Les traits psychologiques des personnages sont bien travaillés et le côté gore est absent. Ce roman se lit d'une traite en bon page turner et il reste à espérer que le prochain ouvrage soit du même acabit

Captivant... Au bout d'un moment

8 étoiles

Critique de Vigneric (, Inscrit le 26 janvier 2009, 49 ans) - 13 décembre 2015

J'ai d'abord été gêné par deux choses au début de ma lecture. D'une part le style un peu particulier (pas très fluide), et puis par une impression de déjà vu : Un homme mûr, marié et avec une bonne situation se retrouve du jour au lendemain condamné par un cancer qui ne lui laisse que quelques mois à vivre. Il refuse de se soigner et croise et partage la route d'un jeune homme, manifestement pas en très bon terme avec la police... Un petit côté Walter White et Jessie Pinkman évident...
Mais heureusement la ressemblance s'arrête là, et le style particulier se fait oublier.
La deuxième moitié du livre se dévore d'une traite.

A l'arrivée, un "polar" très agréable à lire et qui aborde (superficiellement tout de même) des thèmes profonds : La mort, la culpabilité, l'amitié, la misère sociale, etc....

Course après la mort.

7 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 42 ans) - 3 décembre 2014

François avocat d’affaires à qui tout réussit, apprend suite à une IRM qu’une tumeur cérébrale l’emportera rapidement, ses jours sont comptés. Pris de peur, il décide de fuir la mort en prenant sa grosse cylindrée, et roule sans but précis. Il prend en stop un jeune homme nommé Paul mais ce dernier se révèle au fil des kms être porteur d’un lourd secret. Contre toute attente, une amitié va naitre entre eux et leur chemin commun laissera quelques cadavres dans leur sillage.
Pas facile après le purgatoire des innocents de réitérer un tel niveau. Karine Giebel évite toutefois l’écueil de la répétition en nous proposant un roman noir certes bien punchy mais qui pourra peut-être décevoir ses fans par son côté prévisible.
Un peu en dessous de la moyenne de ses romans, celui-ci se révélera intéressant pour les lecteurs désirant découvrir cette auteure et peu attirés par le côté très très glauque et pessimiste du "purgatoire des innocents"

Forums: Satan était un ange

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Satan était un ange".