Jean-Michel et Victoria la fée
de Magali Le Huche

critiqué par JulesRomans, le 19 novembre 2014
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
Jean-Michel fait face aux fées brutes
Voici la quatrième aventure du caribou Jean-Michel (il y a en plus un livre de jeux "Jean-Michel le caribou, un super-héros en vacances" déjà critiqué ici), un super-héros qui se trouve mis en concurrence par Victoria la fée. Au début de l'ouvrage sont présentés les objets caractéristiques de super-héros propres à Jean-Michel: costume, masque et lasso. Viennent ensuite quelques exemples d'actions plus ou moins héroïques habituellement menées par notre caribou.

Ce dernier se met à déprimer quand débarque sur son territoire Victoria la fée qui utilise bien des gadgets ultramodernes du point de vue technique. De cette rivalité entre les méthodes qui ont fait leurs preuves et les actions dépendant d'une technologie sophistiquée, qui triomphera ?

Après avoir trouvé deux personnages pour écouter son mal-être, Jean-Michel aura certainement l'occasion de montrer qu'il est irremplaçable à Vlalbonvent. Les missions des personnages correspondent bien à des préoccupations de très jeunes enfants: ouvrir une noisette, se noyer, se faire prendre son doudou, remettre une tortue à l'endroit... Les jeunes lecteurs de 6/8 ans s’en amuseront pour beaucoup d’entre elles.

Le graphisme va à l'essentiel pour les décors, ce qui aide à la compréhension des situations sans que l'apport du texte ne s'avère indispensable; les couleurs sont plutôt dans le kitsch. Les animaux sont pour l'essentiel anthropomorphisés tant en position debout, que par des habits ou dotés du langage. Une idée d'accent espagnol passe dans les mots attribués à la fée Victoria. Le texte est réparti équitablement de façon globale entre les bulles et les commentaires, la proportion évolue en allant vers la fin. Ceci est lié au fait que plus l'action est décrite au plus près du présent et plus elle est dynamique, plus le style direct est utilisé.

Cet ouvrage pourrait permettre de poser la question de la qualité de la vie il y a longtemps par rapport à celle d’aujourd’hui auprès de jeunes pour qui spontanément la vie d’autrefois apparaît "nulle". On peut aussi évoquer le rôle des amis quand on est triste.