Nouvelles (Un jour rêvé pour le poisson banane) de Jerome David Salinger

Nouvelles (Un jour rêvé pour le poisson banane) de Jerome David Salinger
( Nine stories)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Béatrice, le 7 décembre 2003 (Paris, Inscrite le 7 décembre 2002, - ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 632ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 6 158  (depuis Novembre 2007)

Il peut faire mieux

La première nouvelle « Un jour rêvé pour le poisson banane » convainc par le suspense et la chute. Mais sur l’ensemble de neuf nouvelles de ce recueil, je n’ai aimé que deux. Maigre bilan.
Par exemple « Juste avant la guerre avec les Esquimaux » : d’accord, le titre est une trouvaille. Et après ? Quatre adolescents, des dialogues ; je ne vois pas où l’auteur veut en venir, ça sent le meublage.

Le thème de l’enfance est de nouveau présent. Le héros est parfois un gamin narquois qui mène son interlocuteur par le bout du nez.
« -- Je serais extrêmement flattée si vous vouliez écrire, un jour, une histoire rien que pour moi. Je dévore les livres. [ dit Esmé, une fille de treize ans] Ca n’a pas besoin d’être terriblement long ! Du moment que ce n’est ni bête, ni puéril.
Elle réfléchit. Ce que je préfère, c’est les histoires sur l’abjection.
-- Sur quoi ?
-- L’abjection. Je suis extrêmement intéressée par l’abjection. »

Avec le souvenir du livre culte « L’attrape-cœurs », j’attendais mieux.
C’est peut-être comme la lecture du « K » de Buzzatti, après avoir découvert « Le désert des Tartares ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Neuf histoires

9 étoiles

Critique de ARL (Montréal, Inscrit le 6 septembre 2014, 31 ans) - 25 avril 2016

Même si son succès repose majoritairement sur son unique roman "L'Attrape-coeurs", J.D. Salinger est d'abord un auteur de nouvelles. Entre 1940 et 1965, il publie pas moins de 38 nouvelles dans une multitude de magazines américains comme Colliers's, le Saturday Evening Post et l'illustre New Yorker. Il n'acceptera de publier sous forme de livres que 13 de ces textes, condamnant une vaste partie de son oeuvre à l'obscurité quasi-complète.

Des neufs nouvelles regroupées dans ce recueil, 7 sont parues dans le New-Yorker, magazine que Salinger en est venu à considérer comme le seul étant digne de publier son travail. Neuf textes, publiés sur cinq ans, qui ne représentent qu'une petite partie de la production de l'auteur. Les seuls, à l'exception de quatre histoires sur la famille Glass, qu'il jugeât dignes de passer à postérité.

Malheureusement, la traduction française de ces histoires, qui date de 1961, laisse fortement à désirer. Salinger est un maître du dialogue qui arrive à rendre parfaitement le rythme de la langue orale. Le passage en français est parfois maladroit et la traduction est datée et truffée de glissements de sens. Rien d'aussi pitoyable que le travail d'Annie Saumont sur "L'Attrape-coeurs", mais tout de même un peu décevant. Salinger aurait grandement besoin d'être retraduit d'un bout à l'autre.

Dans l'ensemble, "Nine Stories" (titre original anglais) est un excellent recueil qui contient certains sommets de ce genre littéraire: "Un jour rêvé pour le poisson-banane", "Pour Esmé - avec amour et abjection" et "Teddy" figurent parmi les meilleurs textes de Salinger et se retrouvent encore sur les cursus scolaires plus de 60 ans après leur parution originale. D'autres nouvelles comme "L'homme hilare" sont un peu moins intéressantes, mais aucune n'est totalement dénuée d'intérêt. Un livre à avoir absolument dans sa bibliothèque.

Pas très simple tout cela....

4 étoiles

Critique de Clubber14 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 37 ans) - 14 février 2013

Je me suis plongé avidement dans ces "Nouvelles" de Salinger, cet auteur qui s'est illustré par "l'attrape-coeur" et dont la vie elle-même est d'une méconnaissance absolue. En effet, reclus dans sa maison au fin fond des Etats-Unis, il n'a donné que très très peu d'interviews dans sa vie et ne fut pas ce qu'on l'on pourrait qualifier de "prolifique" dans son art. En effet, à part l'attrape-coeur et ce condensé de 9 nouvelles, il n'a quasiment rien écrit d'autre.

Pour en venir donc à ce recueil de 9 nouvelles, je dois admettre avoir été assez désarçonné par ce que j'ai lu. Et malheureusement pas forcément dans le bon sens du terme. En effet, j'ai trouvé que bon nombre de nouvelles étaient assez incompréhensibles. L'auteur nous plonge dans des dialogues assez incongrus, le lecteur est un peu perdu sur les personnages, qui dit ou qui fait quoi? pourquoi? etc.... le but de ces nouvelles est que la chute ne doit pas être dévoilée mais doit être imaginée en filigrane par le lecteur, comme en image subliminale. Les personnages sont torturés, bon nombre de détails reviennent à chaque nouvelle tels que la présence de cigarettes ou de boissons alcoolisées. Evidemment l'enfance et l'adolescence ont un rôle de première importance dans les textes et l'auteur instaure des relations assez bizarres entre adultes et enfants. Nous sommes à nouveau (comme dans l'attrape-coeur) dans des nouvelles d'apprentissage mais l'histoire n'est pas assez claire (du moins pour mon petit esprit) pour en comprendre tous les tenants et les aboutissants. J'aimerais réellement que l'auteur nous dévoile le fond de sa pensée pour chacune de ses nouvelles. J'ai particulièrement apprécié une nouvelle, intitulée "Teddy", qui va au fond des choses et dont la chute est assez spectaculaire....

Génial

10 étoiles

Critique de Sibylline (Normandie, Inscrite le 31 mai 2004, 67 ans) - 28 juillet 2004

Les nouvelles de J.D Salinger sont parmi mes livres préférés. On ne saurait en aucun cas les qualifier de quantité négligeable ou d’insuffisantes. Chacune de ces nouvelles est une histoire totalement originale, avec un contexte, un imaginaire et des pistes de réflexion multiples et très riches. Il est dommage que Folfaerie ne participe plus au site, car j’aurais voulu lui demander pourquoi elle pense que les personnages de « Oncle déglingué au Connecticut » sont des adolescents, alors que je suis persuadée que non. Par contre, quand elle dit « Je n’ai jamais eu l’occasion de lire des nouvelles d’autres auteurs se rapprochant un tant soit peu de celles de Salinger », je suis absolument de son avis. Ce sont des textes uniques, qui vous hantent pour toujours. J’ai lu cet ouvrage pour la première fois alors que j’avais 16 ans. Il s’est gravé dans ma mémoire sans même que je m’en avise. Souvent en été, au bord de la mer, je regardais les enfants jouer et je me disais « Un jour rêvé pour le poisson banane » Personne, bien sûr, ne comprenais de quoi je parlais. Je ne l’avais pas relu depuis. L’ayant trouvé dans un vide grenier, je l’ai relu il y a peu. Le même envoûtement, la même lumière et un nouveau niveau de compréhension. Génial.

Pas d'accord, un excellent recueil !

9 étoiles

Critique de Folfaerie (, Inscrite le 4 novembre 2002, 48 ans) - 7 décembre 2003

Je ne suis vraiment pas d'accord avec Béatrice sur la qualité des nouvelles de Salinger. Je me souviens les avoir lues bien après l'attrape-coeur et les avoir préférées à celui-ci.
Quant à parler de "meublage" c'est tout de même un peu fort... Salinger a longtemps été hanté par l'enfance, et le thème récurrent de ses nouvelles est de montrer le décalage entre le monde des enfants et la perception de leur monde par les adultes, et par là même, de traiter de leurs relations.
Les deux seuls personnages de ces nouvelles qui parviennent à communiquer avec les enfants sont Seymour, le héros d'un jour rêvé pour le poisson-banane (une de mes préférées) et celui de "l'Homme hilare", car il n'est guère plus âgé que les adolescents dont il s'occupe. Et puis cette histoire qu'il leur raconte au fur et à mesure, cet Homme hilare, est extraordinaire.
Cette incompréhension entre adultes et enfants se retrouve également dans "Teddy" et "en bas sur le canot".
Quant aux autres nouvelles, citées par Béatrice et auxquelles j'ajouterai "oncle déglingué au Connecticut", elles n'évoquent rien d'autre que des adolescents paumés, aux vies un peu triste et vides.
Il y a beaucoup de finesse et de nostalgie dans ces histoires, et un petit quelque chose d'étrange qui fait leur singularité. Je n'ai jamais eu l'occasion de lire des nouvelles d'autres auteurs se rapprochant un tant soit peu de celles de Salinger. Une oeuvre unique et attachante qui ne mérite certainement pas d'être boudée.

Forums: Nouvelles (Un jour rêvé pour le poisson banane)