La part des nuages
de Thomas Vinau

critiqué par Christian Palvadeau, le 10 novembre 2014
( - 55 ans)


La note:  étoiles
Moment de blues
Joseph est assistant de conservation dans une bibliothèque et il n’en peut plus d’exercer ce métier. Il est divorcé et quand il doit laisser son fils Noé à sa mère, il n’a plus personne pour lutter contre le déluge. Pour compagnie, il se contente alors d’Odile, sa tortue, et de Robin, un clochard. Il a besoin de prendre un peu de recul, un peu d’altitude, fusse celle d’une cabane en bois dans un cerisier. Il dérive doucement, boit, ne se lave plus…

« Puisque nous ne sommes pratiquement que de l’eau, il semble cohérent d’affirmer que chaque être humain porte en lui une dose considérable de buée. Vivre consisterait ainsi à s’évaporer. » Thomas Vinau, écrivain minimaliste, un peu à la façon de Pierre Autin-Grenier dont il semble être un ami, décrit admirablement la rêverie, la vacuité, l’ennui…, tellement bien d’ailleurs que le lecteur commence parfois lui-même à s’ennuyer un peu. Le style est intéressant, assez beau, colle indéniablement à son propos.
Plus près de toi mon Dieu ! 10 étoiles

Alors que son fils Noé vient de partir une semaine chez sa mère, Joseph -37 ans- sombre dans une douce mélancolie. Dans la cabane qu'il a construit pour son fils au sommet du cerisier du jardin, il laisse couler sa vie entre nostalgie et philosophie.
Une cabane près des nuages; endroit idéal pour contempler le monde.
Joseph à la recherche des réponses à LA question que ne manquera pas de lui poser son fils un jour :
"Qu'est ce qu'on fout là ? "
Odile, la tortue sans âge, Rahan, fils de Craô qui le ramène à l'enfance et Robin, clochard céleste,ancien charpentier qui squatte les toits de l'église.
Autant de "pitons" qui vont l'aider dans son ascension.
Un vibrant hommage au Livre :
"Les livres sont des magiciens qui peuvent faire disparaître les monstres".
"J'aime disparaître entre les pages usées d'un rêve".
Et de citer ses références: Pessoa, Pirotte, Emily Dickinson, ...

Aux dires de l'auteur; "Ce livre est une fenêtre qui pousse dans les terrains vagues".
Une courte et superbe sucrerie poético-romanesque. Une réflexion sur la vie et ses petits moments de bonheur simple ou la Nature joue un rôle clé.
Encore une pépite signée Vinau !

Frunny - PARIS - 53 ans - 13 mars 2018


A fleur de peau 10 étoiles

J'avais découvert Thomas Vinau avec "Ici, ça va", et poursuivi par "Nos cheveux blanchiront avec nos yeux". J'ai voulu continuer avec son troisième roman, "La part des nuages", avant d'entamer les oeuvres poétiques, à proprement parler, de cet auteur.

Joseph est un papa divorcé, et vit avec son petit garçon, Noë. Il travaille dans une bibliothèque, sans plus de passion, et se consacre entièrement à son petit bonhomme. La vie est belle et simple, jusqu'au jour où Noë part pour les vacances chez sa mère...
Cette fois, Joseph supporte mal l'absence de son fils, et sombre dans des pensées profondes et un état second, lesquels font resurgir de vieux démons.

Thomas Vinau est un poète, cela se sent aussi dans ses romans. Il a le don d'ajouter le petit rien qui rendra la phrase plus belle, le sentiment plus fort, la douleur plus vive. Les tourments de Joseph sont relatés avec beaucoup d'émotion, le lecteur est appelé à les partager. La séparation du père et du fils devient hautement dramatique. Ce n'est plus l'enfant qui a besoin de son père, c'est tout à fait l'inverse, Joseph manque d'oxygène, cherche à maintenir la tête hors de l'eau, attendant comme il peut le retour de Noë, plus rien ne compte que lui.

Un livre à fleur de peau, certainement celui que je préfère jusqu'à présent, de cet auteur.

Nathafi - SAINT-SOUPLET - 52 ans - 11 mai 2017