Ce n'est pas toi que j'attendais
de Fabien Toulmé

critiqué par Shelton, le 30 octobre 2014
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
Un petit bijou...
Fabien Toulmé est un papa, je dirais même un papa comme tous les autres, avec ses élans positifs comme avec ses réticences, ses a priori, ses angoisses… Un jour, Fabien Toulmé attend un second enfant, c’est une petite fille et le jour de la naissance, la première fois qu’il la voit, il comprend instantanément que cette enfant est atteinte de trisomie. Il pense instantanément : «Ce n’est pas toi que j’attendais ! ». Le mystère de l’enfant handicapé arrive chez lui et comme de nombreux parents avant lui, il ne se sent pas prêt à supporter cela…

Attention, l’ouvrage que je veux vous inviter à lire aujourd’hui ne sombre pas dans le pathos, dans le tragique, dans le désespoir… Fabien Toulmé va passer par plusieurs étapes, de la révolte à l’incompréhension, de la peur de l’inconnu à l’acceptation stoïque avant d’arriver à une sorte de plénitude que l’on peut résumer par ce dernier dialogue de la bande dessinée :
- Vous ne méritiez pas cela !
- Bien sûr que l’on mérite notre fille… D’ailleurs on a de la chance qu’elle nous ait choisis !

Pour en arriver là il y a un chemin difficile avec des doutes, des hésitations, des marches arrière, des silences… Le couple Fabien-Patricia va connaitre des moments difficiles et de grandes solitudes avant de relever la tête et de regarder Julia comme une petite fille, comme celle qui arrive dans cette famille et qui heureuse d’être là !

Fabien Toulmé n’a pas transformé cet évènement de sa vie pour faire pleurer dans les chaumières durant l’hiver ni pour être plaint. Il s’est dit, une fois la tempête intérieure passée, que ce qu’il vivait avait certainement des aspects universels et que cela valait la peine de le raconter pour tous les parents, pas seulement les parents d’enfants trisomiques, non pour tous les parents d’enfants différents, tous les parents en général pour qu’ils se reposent les bonnes questions au moment d’accueillir un enfant…

Aucune envie de donner des leçons ni aucune volonté de porter un jugement sur les autres parents. La vie est complexe, chaque parent fait comme il peut, avec son histoire, sa culture, sa famille, ses proches… Comment annoncer aux autres que l’enfant que l’on attendait avec plaisir est une petite fille trisomique ? Comment dire à Louise, la grande sœur, que sa petite sœur sera différente ? Comment s’organiser dans son travail pour avoir le temps de conduire Julia chez les différents spécialistes qui vont l’aider pour acquérir ce que les autres enfants acquièrent à la crèche sans effort ?

Cette bande dessinée peut être lue, d’abord, comme un témoignage. C’est touchant, bouleversant, profond, humain, et chaque lecteur ne peut pas s’empêcher de penser qu’à la place de Fabien il aurait eu, sans doute, les mêmes réflexes ! Qu’il aurait connu les mêmes étapes dont certaines tristes et désagréables, d’autres plus douces et paisibles…

Cette bande dessinée est aussi une aventure humaine et elle montre que la vie quotidienne peut servir de support à de très belles œuvres. Cela prouve aussi, si besoin était, que la bande dessinée peut raconter toutes sortes d’histoires y compris des autobiographies, des témoignages, des introspections… Oui, la bédé est vraiment une forme incroyable de littérature – j’ose utiliser ce mot même si certains sauteront au plafond en hurlant – et je suis heureux de la voir grandir de parutions en parutions. Ce qui n’était qu’une forme de livres pour enfants est en train de faire la preuve qu’elle peut tout raconter pour tous les publics !

Fabien Toulmé prouve aussi qu’il est devenu, très vite puisque c’est là son premier album, un auteur avec qui il va falloir compter maintenant. Ils sont peu à avoir atteint du premier coup une telle maitrise de la narration graphique. Ne vous laissez pas prendre en croyant que son dessin est moyen : lisez et vous constaterez que son « petit » dessin dit tout ce qu’il faut pour comprendre, qu’il transmet les émotions qui bouleverseront le lecteur, qu’il porte une réflexion anthropologique et philosophique, qu’il marquera, j’en suis sûr, l’histoire de la bande dessinée du début du vingt-et-unième siècle car en plus de tout, il dégage une poésie de la vie quotidienne et j’adore cela !

Voilà donc un très beau roman graphique, puisque tel est le nom que l’on donne généralement à ce type d’ouvrage même s’il est grandement inspiré de la réalité et très légèrement romancé aux marges. On trouve en fin d’album quelques belles photos de Julia qui a aujourd’hui 5 ans et que son papa adore…

D’ailleurs, à quel moment le changement de perception s’est-il fait ressentir vis à vis de Julia ? Fabien explique que Julia avait un problème cardiaque et que c’est lors de l’opération à cœur ouvert, vers l’âge de 5/6 mois, qu’il a réalisé qu’il aimait sa fille : « La date de l’opération arriva rapidement, et on renoua avec notre nouvelle habitude de verser quelques larmes. Mais cette fois, c’était tout à fait différent. C’était les larmes de deux parents inquiets pour leur enfant. Oui parce qu’on s’aperçut à cet instant précis qu’on considérait désormais Julia comme notre fille. »

Donc, voici bien un livre magnifique à lire et faire lire, un nom d’auteur à retenir et un plaisir à partager avec vos proches…
Etre parent, c’est préparer les enfants à devenir des adultes indépendants 10 étoiles

La naissance d’un enfant handicapé dans la vie d’une famille affecte différemment chacun de ses membres. Et si la grande sœur de cinq ans s’acquitte de son rôle d’aînée avec une certaine aisance, il n’en est pas de même des parents, pas du tout préparés à accueillir cette enfant « pas comme les autres », porteuse d'une trisomie non dépistée avant sa naissance. Mais c’est aucun doute le père, Fabien Toulmé, l’auteur et le narrateur de ce récit, qui éprouve les plus grandes difficultés à affronter ce cataclysme. D’autant plus qu’il a acquis depuis son plus jeune âge une certaine conception de la vie, transmise par sa propre mère : être parent, c’est préparer les enfants à devenir des adultes indépendants en les apprenant à se débrouiller seuls. Comment arriver à un tel résultat lorsqu’on est parent d’un enfant trisomique ? Fabien a juste l’impression que son monde s’écroule et que tous ses repères s’effondrent avec cette nouvelle naissance. Il passera des pleurs au rejet, de la tristesse à l’incompréhension, de la peur à la colère, de sa nouvelle condition de père d’handicapé à sa culpabilité de ne plus avoir envie d’avoir cet enfant et de l'échanger contre un autre. Des parents qui seront bien malgré eux embarqués à destination du "monde merveilleux d’Handicap Land", avec sa panoplie de spécialistes pour les aider à prendre soin de leur enfant.

Un récit fort et intime, d’une absolue sincérité et d'une grande justesse.

Sentinelle - Bruxelles - 47 ans - 1 octobre 2017


Beau témoignage 10 étoiles

Dommage d’avoir attendu si longtemps pour écrire mon avis sur cette bande dessinée mais difficile de mettre des mots sur les émotions, sur ce que j’ai ressenti à cette lecture. Fabien Toulmé apporte son témoignage sur un épisode de sa vie qui fut douloureux : la naissance de son enfant avec la trisomie 21 dépistée à la naissance. Il raconte le choc qu’il a ressenti, son refus d’approcher son enfant mais aussi les rendez-vous avec les médecins et le regard des autres.
J’ai lu ce livre avec mon cœur de maman, j’ai compris ce qu’on peut ressentir un père, une mère dans cette situation. Et c’est courageux d’avoir réussi à en parler à travers cette bande dessinée, de parler de ses réactions et émotions, de se mettre complètement à nu. Je me suis attachée à cette petite fille, à cette famille. J’ai eu les larmes aux yeux tout au long de la BD mais surtout aux dernières pages… Merci Fabien Toulmé d’avoir partagé ce bouleversement avec nous, j’espère que vous êtes heureux avec votre petite famille, je vous souhaite beaucoup de bonheur.

Shan_Ze - Lyon - 34 ans - 13 février 2017


"mais je suis content que tu sois venue" 10 étoiles

Toulmé Fabien, ce n’est pas toi que j’attendais, éditions Delcourt.

Une excellente Bd, d’une lecture facile, avec des vignettes et un graphisme qui rappellent Guy Delisle ( « chroniques de Jérusalem » « chroniques birmanes » etc.) et un thème prenant que le récit privilégie dans les moindres détails.

Ce thème, celui d’un père attendant son deuxième enfant, (sans oublier la compagne, évidemment, même si ses réactions ne sont pas au premier plan), concerne tout le monde : l’accueil comme la perception d’un enfant « différent ». Le récit comporte différentes phases, depuis les expériences enfantines du futur père, les craintes d’un « bourlingueur » au Brésil décidé à revenir en France, les examens prénataux, la naissance, la prise de conscience et l’épreuve qui en résulte, l’accueil enfin.

La base autobiographique ne fait aucun doute avec la mention du nom du protagoniste - il renvoie à l’auteur, et une sincérité, parfois brutale mais qui sonne authentique. En plus du drame personnel, le lecteur est sensibilisé aux réactions de l’entourage, aux réflexions d’autrui, bref au problème sous ses différentes facettes. L’exactitude de l’analyse, pudique et sensible, n’exclut ni les peurs ni l’affection, ni l’humour capable à des moments cruciaux de sauver du désespoir. Sur ce terrain, « où on va Papa ? » de Jean-Louis Fournier était aussi salutaire.

Chacun peut en tirer profit comme d’une expérience vécue par procuration, et en saisir toutes les données, y compris médico-sociales. Cette BD prenante se révèle donc utile et bénéfique.

Rotko - Avrillé - 43 ans - 31 janvier 2016


La résilience d'un père 7 étoiles

Une BD/témoignage traitant de la trisomie 21, voilà bien un sujet qui en temps normal n'aurait pas attiré mon attention. Mais le dessin et la critique enthousiaste de Shelton m'ont convaincu.
Et la magie du récit a opéré. Je me suis intéressé à cette histoire et parfois même projeté. Fabien Toulmé se livre sans concession et n'esquive pas les réflexions et les doutes qui pourraient heurter tout parent. Et je me suis rendu compte que j'aurais probablement eu les mêmes réactions, aussi difficiles à assumer qu'elles puissent être. Ça ne l'a pas empêché d'avancer et de se construire.
La mise en route traîne un peu en longueur et j'aurais aimé suivre un peu plus longtemps l'histoire de Julia. Probablement parce que moi aussi je m'y suis attaché.

Elko - Niort - 41 ans - 25 juin 2015