Pension de famille
de Margaret Durrell

critiqué par Shan_Ze, le 22 octobre 2014
(Lyon - 36 ans)


La note:  étoiles
Joyeuse communauté
En 1947, après son récent divorce et divers voyages, Margeret Durrell se demande comment sortir la tête de l’eau. Que peut-elle faire pour gagner sa vie ? Sa tante lui suggère d’ouvrir une pension. Ce n’est pas une mauvaise idée dans la petite ville balnéaire de Bournemouth, …
Un roman avec de forts relents autobiographiques qui commence doucement mais avec un humour très acéré (le fameux humour anglais ?). Margaret nous raconte des petits moments forts de cette pension, la cohabitation entre les différents membres de cette joyeuse communauté. Il vous faut apprécier l’humour de répétition si vous voulez apprécier ce livre. J’ai trouvé ces scènes délicieusement drôles, avec des personnages qui s’affirment au fil des pages, même s’il est parfois un peu dur de s’y retrouver dans cette multitude. Entre un garçon obèse, des belles infirmières, une folle… le ton est donné ! Laissez-vous séduire par cette pension !
Très envie aussi de lire le livre de son frère Ma famille et autres animaux.