Mat
de Edmond Baudoin

critiqué par Pucksimberg, le 9 octobre 2014
(Toulon - 37 ans)


La note:  étoiles
Une jolie histoire, simple et touchante comme d'habitude
Mat est un garçon qui fuit le carcan familial. Plus de maman. Mais un père raciste qui ne cesse de lui raconter des horreurs sur la guerre d'Algérie. Trop jeune pour assumer l'âpreté de la vie, il vit essentiellement à l'extérieur, joue au foot avec les garçons du quartier et s'occupe d'une buse blessée. Il se réfugie aussi dans ses pensées qui lui permettent de vivre des aventures extraordinaires. Un jour, il rencontre Elodie qui va humaniser sa solitude.

Comme d'habitude, Baudoin touche son lecteur par des histoires simples, avec des personnages comme on en voit tous les jours, ce qui permet au lecteur de mieux se projeter dans l'histoire. De plus, l'humanité de l'auteur transparaît dans sa bande dessinée. En grattant un petit peu le vernis, on découvre des êtres avec des failles, blessés par la solitude.
Le dessin de Baudoin est énergique, il peut aller dans le détail, comme ébaucher des silhouettes lorsqu'il veut donner du mouvement à ce qu'il décrit. Il use du noir et du blanc, ce qui permet de mieux se concentrer sur les personnages et sur les émotions que Baudoin cherche à véhiculer.

A la fin du livre, on a vraiment le sentiment de quitter un univers auquel on s'était familiarisé. La ville et ses usines, la mer assez proche avec ses pins qui rappellent les paysages du sud de la France, ces personnages et leurs occupations ont été suffisamment décrits pour que le lecteur soit imprégné. Encore une fois, Baudoin parvient à intéresser le lecteur avec des histoires simples qui en disent long sur l'être humain.