Le lecteur de cadavres de Antonio Garrido

Le lecteur de cadavres de Antonio Garrido
(El lector de cadáveres)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Romans historiques , Littérature => Voyages et aventures

Critiqué par Sentinelle, le 17 septembre 2014 (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 47 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (43 535ème position).
Visites : 1 494 

Les aventures du premier médecin légiste de l’histoire

Le Chinois Song Cí, issu du Moyen-âge asiatique, est considéré comme le premier médecin légiste de l’histoire. Si la vie de cet homme est à peu près inconnue, il nous a laissé une œuvre abondante et féconde de son art.

L’auteur Antonio Garrido va s’inspirer de ce personnage réel pour plonger le tout jeune Song Cí, à qui il arrive plein de malheurs, dans une Chine Impériale haute en couleur, dans laquelle nous assisterons à une course de grillons truquée, au défi du dragon ou encore à une séance peu ragoûtante de castration qui transformait – pour une somme modique – des petits indigents pleins de vie en de futurs eunuques de l’empereur, à moins de faire grossir les fosses des cimetières, tant la pratique était incertaine.

Nous y côtoierons également des fleurs ondulant leurs hanches pour attirer les manants, un devin qui travaille comme fossoyeur dans les Champs de la Mort, des joueurs de couteau le long des murailles et bien d’autres personnages tout aussi truculents que fourbes, rusés, séduisants ou vaniteux. Si la première partie est riche en rebondissements et aventures, la deuxième partie se concentre essentiellement sur la résolution d’une enquête portant sur une série d’assassinats qui menacent la paix impériale.

Un récit sans temps mort, qui se lit d’une traite et qui nous surprend au détour de quelques révélations sur l’époque, comme la pratique chirurgicale qui heurtait les commandements confucianistes, l’interdiction de la présence d’avocats lors de procès ou l’expulsion de la carrière judiciaire d’un juge en cas d’erreur de jugement. Plus surprenant fut la fermeture de la Faculté de Médecine parce que les traditionalistes du rectorat prônaient avant tout l’étude de la littérature et de la poésie.

Un roman distrayant, alerte et instructif à la fois. Ne boudons pas notre plaisir !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les malheurs de Ci

3 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 42 ans) - 18 novembre 2016

Ci a tous les malheurs du monde, depuis qu'il est revenu dans son village natal suite au décès de son grand-père. Il n'étudie plus à l'université, il n'est plus sous la protection du juge Feng avec qui il travaillait sur les cadavres pour trouver les causes de leur mort et le coupable, il travaille comme un bœuf sous les ordres de son frère ainé dont il se prend des coups. Mais l'escalade du désastre commence vraiment quand il trouve un corps dans le champ. L'investigation, menée par le juge Feng, montre que le meurtrier n'est autre que son propre frère. Sans compter que la foudre tombe sur sa maison, provoquant un incendie dans lequel ses parents meurent. La seule rescapée est sa petite sœur Troisième, dont il va lui falloir s'occuper puisqu'elle est malade et que ses remèdes coûtent très cher. Retenez vos larmes, car les malheurs de Ci ne sont pas finis !! Notre héros malchanceux se retrouve pourchassé par les gendarmes. Fuyant son village, il arrive à Linan, où il s'aperçoit que son père n'était pas l'honnête comptable qu'il croyait. Il ne peut donc enseigner aux étudiants pour gagner sa vie. Il se fait battre, tromper, mettre à la porte, etc... et passe son temps à essayer d'acheter des médicaments à sa petite sœur.

Bon, ceux qui me connaissent l'auront compris, je suis (et pas qu'un peu !) déçue de cette lecture. Je pense que c'est en partie de ma faute : je m'attendais à lire l'histoire romancée de l'anatomopathologie en Chine, et je me retrouve avec 600 pages des malheurs de Ci !! Ce Ci donc à qui tous les malheurs (j'en ai évoqué quelques-uns dans le résumé, mais il y en a un tas d'autres. Ce type est le plus poissard de sa génération !!) arrivent tandis qu'il essaie de se comporter en juste dans un monde qui ne l'est pas. Du coup, les 200 premières pages m'ont paru longues. Les 400 dernières aussi. Je reconnais que c'est plutôt bien écrit, le glossaire en fin de livre est une bonne idée, mais j'aurais quand même préféré des notes en bas de page (plus pratique à manipuler quand on est serrés comme des sardines dans le métro !). La reconstitution de la vie en Chine à cette époque est également bien réussie.
Mais franchement, l'histoire de Ci m'a laissée de marbre, on se croirait dans un roman sentimental où le héros a toutes les calamités du monde sur la tête et s'en sort quand même. Crénom, c'est quand même de la folie, dans un pays si peuplé, de tomber toujours sur les mêmes gens, des gens à la rancune tenace puisque, quand vous leur avez apporté de l'argent ou un poste, ils vous en veulent encore ! Les personnages sont stéréotypés et sans nuances, du vieil homo amoureux de son élève au le fourbe cruel ou à l'avare rancunier, etc...
Bof, bof, bof

Assez décevant.

5 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 57 ans) - 25 mai 2016

Il s'agit effectivement d'une lecture assez simpliste. L'auteur aurait pu profiter de rendre son histoire un peu plus crédible en donnant une image plus riche de cette incroyable Chine du VIIIème siècle.
Ceci étant dit, il faut reconnaître que le livre se laisse lire, même si certains passages sont agaçants,

Trop, c'est trop !

2 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 61 ans) - 20 décembre 2015

Désolée, Sentinelle !
Mais le cumul de catastrophes, envers toujours le même personnage, compétent, novateur, intelligent, ça me saoule !
Ce jeune homme qui au début de sa vie, rencontre ceux qui peuvent faire de lui un vrai professionnel, puis qui se retrouve, de malheurs en malheurs, toujours au fil du rasoir, à n'être que vigilance et survie : il y a un moment où ça devient insupportable !
Je n'arrive pas à finir le livre : ce qui est rare, dans mes habitudes !
Je suis excédée par le fait que ce personnage hors pair, est un jouet du négatif chinois. A ce point ?
Bien sûr, on voit apparaître les prémices du respect du médecin légiste et ça, ce devrait être le cœur de l'ouvrage.....Las !
Franchement, je n'ai pas eu dans ce livre, le plus souvent, de découverte de la chine, sinon de la connerie humaine ! Et à ce point tombant sur un même individu : ça devient du grotesque qui empêche justement d'avoir une vraie approche de la culture et de l’évolution chinoise.
Une grosse déception !

Forums: Le lecteur de cadavres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le lecteur de cadavres".