Comptine pour l'enfant-soldat
de Chris Abani

critiqué par Aaro-Benjamin G., le 24 août 2014
(Montréal - 48 ans)


La note:  étoiles
Guerrier muet
Abani est un de ces rares écrivains courageux qui ose braver son gouvernement en dépit des menaces et des emprisonnements. Dans ce roman il retrace le parcours d’un adolescent entraîné dans une guerre civile sans nom au Nigeria. Ce dernier s’est fait trancher les cordes vocales afin de faciliter le travail de sa troupe : déminer le terrain. À la tête d'un peloton d'enfants soldats (choisis parce qu'ils sont légers et moins susceptibles de déclencher les mines qu’ils doivent désamorcer), le garçon est soudainement séparé de sa troupe. Comme il part à la recherche de ses camarades, ses pensées sont assombries avec des souvenirs de sa vie de famille avant la guerre et des atrocités auxquelles il a été témoin depuis.

Contrairement aux autres romans sur le même thème qui se consacrent à livrer la brutalité insensée des conflits africains de manière crue, Abani emploie un certain lyrisme pour raconter son histoire. Une sorte d’irréalité accentuée par le fait que l’ambiguïté plane à savoir si le narrateur est un fantôme. Ceci lui permet de s’aventurer dans des territoires plus philosophiques sur la nature humaine et l’apprentissage du mal.

Il s’agit d’un mélange audacieux d'horreur et de beauté, quelque chose de riche et étrange. Mais, l’intensité de la violence décrite en rebutera certainement plusieurs.
l'horreur de la réalité 8 étoiles

Résumé de l'éditeur:
My Luck a quinze ans. Enrôlé à la tête d'une unité d'enfants-soldats, il tue pour survivre et parfois pour le plaisir, comme le lui ont appris les adultes. Il ne crie plus, car on lui a coupé les cordes vocales, mais il entend toujours les hurlements de sa mère assassinée devant lui, les légendes qui lui racontait son grand-père, et la voix d'Ijeoma, une gamine de son unité qui a sauté sur une mine.
Dans cet enfer où les fleuves ne charrient que des cadavres, où le mal et le bien n'ont plus de sens, et où victimes et bourreaux mènent un même combat, la déroute infernale de My Luck sonne comme une terrible prophétie......

Un livre qui raconte en peu de pages (194) toute l'histoire actuelle de l'Afrique de l'Ouest . Ecrit avec une certaine poésie, certes, mais l"entre les lignes" de l'histoire d'un garçon de 15 ans est bien plus que terrible.

Joanna80 - Amiens - 61 ans - 1 août 2015