Lumière morte
de Michael Connelly

critiqué par Tophiv, le 28 octobre 2003
(Reignier (Fr) - 44 ans)


La note:  étoiles
Un nouveau souffle dans la série des Harry Bosch
Environ un an après son départ à la retraite, Harry Bosch, ayant obtenu sa licence de privé, répond à l'appel d'un ex-flic tétraplégique. Celui-ci, hanté par une vieille affaire non résolue, lui demande de reprendre l'enquête, vieille de 4 ans : un vol de 2 millions de dollars sur un plateau de cinéma et surtout quelques jours plus tôt, le meurtre d'une assistante de production. Après quelques recherches, Harry ne tarde pas à éveiller l’intérêt du FBI qui soupçonne cette affaire d'avoir des liens avec le terrorisme internationale. Harry n’a plus de plaque de police et le FBI le menace pour qu’il cesse son enquête. Il est donc encore plus seul qu’à l’habitude dans cette histoire où il croise Roy Lindell, une vieille connaissance du FBI et Eleanor Wish, son ex-femme.
Je n’en dis pas plus sur l’intrigue pour ne rien dévoiler mais celle-ci s'oriente plus vers le roman noir classique que le roman d’espionnage international « hi tech ».
A l'inverse de « Wonderland Avenue », ce dernier Harry Bosch apporte beaucoup de nouveautés dans la série. Pour la première fois, le narrateur est Harry Bosch lui même. Connelly se rapproche sciemment du style de son « modèle », Chandler, avec ce récit à la première personne d'une histoire de détective puisque Harry n'est plus inspecteur mais bel et bien un privé.
Il renouvelle ainsi l’intérêt du lecteur et il semble qu'il retrouve par la même occasion l’inspiration et la solidité de ses meilleurs romans, nous ménageant un ultime rebondissement final pour le moins inattendu.
Mais comme je le répète à chaque livre de la série, il faut commencer par le début de celle-ci et continuer dans l’ordre .
Excellent 9 étoiles

Michael Connelly demeure mon auteur policier américain préféré et ma lecture récente de "Lumière morte" ne me fera en aucun cas remettre en cause cette préférence.
Les enquêtes de Hyeronimus Bosch, son enquêteur que nous suivons années après années se révèlent à chaque fois passionnantes.
Rien de machiavélique, pas de scénarios d'une complexité sans nom, non, de simples enquêtes criminelles où l'inspecteur Bosch, anti héros notoire, dénué de super pouvoir, n'a, pour les élucider que son expérience de flic, ses méthodes apprises sur le tas tout au long de sa carrière, une intuition certaine et une volonté imparable.
Simple et excellent!
je cautionne.

Vertigineux - - 58 ans - 14 décembre 2012


Lumière morte 10 étoiles

C'est le premier livre où Bosch n'est plus policier. Il est maintenant à son compte et il veut résoudre une vieille enquête. Dans ce livre, Bosch est pour le première fois le narrateur et j'ai vraiment apprécié ça. C'est son point de vue, sa vison des choses. Un autre excellent roman de Connelly.

Exarkun1979 - Montréal - 39 ans - 6 août 2011


pas mal sauf la fin 7 étoiles

Le polar est sympa mais écrit très simplement et un peu longuet tout de même.

L'intrigue est bien menée. Harry, flic à la retraite, reprend du service. Une histoire irrésolue, un poids sur la conscience, un ami qui fait pitié ... le bon flic a besoin de mettre tout ça au clair et de rendre justice aux morts. Policiers véreux, cupides et violents, policiers honnêtes et justiciers, on trouve tous les profils ...

On se doute du dénouement mais j'aime bien (faut dire que ce n'est pas souvent que j'arrive à trouver ...)

Par contre, la fin gâche tout, pour tout dire je l'ai trouvée même risible. Dommage!

Bishop - - 47 ans - 14 avril 2008


Harry à la retraite 9 étoiles

Fidèle à son habitude, Bosch fourre son nez où il ne devrait pas. Cette fois, devenu un « outsider » en tant que détective privé, il n’a plus les mêmes ressources pour effectuer son enquête et se doit d’être plus ingénieux et diplomate afin de trouver des pistes jalousement protégées par la LAPD et le FBI. C’est aussi un roman de l’après 11 septembre et des impacts de la lutte au terrorisme sur le travail de policier.

J’aimais mieux quand Bosch n’était pas le narrateur. La distance obtenue grâce à l’utilisation de la troisième personne rendait le héros plus mystérieux. Néanmoins, il s’agit encore une fois d’un polar très fort de Connelly, brillamment construit et marqué par le souci du détail.

Aaro-Benjamin G. - Montréal - 50 ans - 16 décembre 2005


BOSCH A LA RETRAITE? PAS VRAIMENT... 9 étoiles

Ayant mis fin à sa carrière au LAPD, Harry Bosch prend une licence de détective privé, et ressort une affaire non élucidée vieille de quatre années.
Celle-ci concerne le meurtre d'une assistante de production afro-américaine prénommée Angela Benton. Tout porte à croire qu'il s'agit de l'oeuvre d'un assassin pervers, mais un hold-up perpétré quatre jours plus tard sur les lieux même d'un tournage à Hollywood remet en cause cette hypothèse. Peut-être les deux affaires sont-elles liées? Seul Harry Bosch peut répondre à cette question, à condition bien sûr de ne pas empiéter sur une enquête fédérale visant à protéger la sécurité nationale.

Voici un polar bien ficelé, même si parfois quelques incohérences s'y sont glissées, ce qui est un fait que je n'ai jamais relevé jusqu'à présent dans aucun des roman de Michael Connelly. Peut-être est-ce à cause de la traduction?
Cela dit il faut bien avouer que cette oeuvre est très agréable à lire, et que dans l'ensemble c'est plutôt réussi.

Ayor - - 47 ans - 18 septembre 2005


Schéma Classique 7 étoiles

Le premier tiers du bouquin est assez lent. C'est un plantage de décor et de l'action. Les ambiances sont bien rendues par des descriptions pléthoriques à la limite de l'inutile.
Par la suite, on sent bien une montée de la tension. Le déroulement de l'histoire prend un autre aspect, inquiétant et prenant.
Finalement, l'intrigue ne se dévoile qu'à la fin avec la découverte d'une pièce maîtresse. C'est dommage. J'aime bien quand le dénouement n'est pas précipité à la fin, quand la pelote se déroule au fil du texte.

Coté style, c'est bien écrit et assez simplement. Facile à lire.

J'ai passé un bon moment, sans plus.

Olivier Michael Kim - Nantes - 43 ans - 24 janvier 2005


Sous les sunlight d'Hollywood 8 étoiles

Bosch a pris sa retraite, mais les enquêtes non élucidées continuent à lui trotter dans la tête. Notamment celle concernant le meurtre d'Angella Benton, jeune assistante de production retrouvée morte quelques jours avant un gros holp-up à Hollywood, sur le tournage d'un film. La position de ses mains, en supplique, le taraude. Lorsqu'un ancien collège, complètement paralysé à la suite d'une fusillade, l'appelle pour lui en parler, il se lance dans l’enquête en solo. On fait pression sur lui pour qu'il arrête, cela touchant à la sécurité nationale. Sa curiosité alors n'aura plus de limites....

Encore un très bon thriller de Michaël Connely. Le suspense est parfait, nous permettant de supputer en même temps que Harry et d'arriver seuls aux mêmes conclusions. Un final de toute beauté pour ne rien gâcher, avec une merveilleuse surprise !

A lire !

Cuné - - 52 ans - 10 janvier 2005


Chacun ses goûts 9 étoiles

Juste quelques petites choses pour défendre un peu le livre :

Tout d'abord, Harry est certes à la retraite mais il n'a que 52 ans et donc il peut encore avoir la forme !

Ensuite concernant le vietnam, Connelly ne s'étend pas sur le sujet car il l'a déjà fait plus en détails dès son 1er roman, les égouts de Los Angeles.

De plus, je maintiens qu'à la lecture dans l'ordre de la série des HB, "Wonderland avenue", s'il est certes un bon livre pris indépendamment, fait tout de même figure de "répétition" dans cette série dans le mesure où chaque autre livre de celle-ci apporte des nouveautés sur le personnage d'Harry. Chez Connelly, l'intrigue est vraiment secondaire (c'est aussi pour cela que je lui pardonne parfois quelques invraisemblances) et la qualité de ces livres se situe dans la contruction progressive de ce personnage et dans ses interactions avec les autres.

Quant à la fin du livre, elle prend vraisemblablement plus de relief si l'on a connaissance du passé d'Harry (nottament son enfance) et des antécédents entre lui et Eleanor.

Et enfin, l'appréciation d'une lecture étant par essence subjective, Darius a peut être également été plus intéressée par Wonderland Avenue car la toile de fond du livre, l'enfance maltraité, l'a plus touchée.

Tophiv - Reignier (Fr) - 44 ans - 18 décembre 2003


Une retraite mouvementée 7 étoiles

Voilà un livre que j’ai payé de mes deniers – pour offrir à ma nièce, une fervente de romans policiers– sous les conseils de Tophiv.
Comme lui, j’aime bien les polars quand je suis flemmarde ou avant de m’endormir. C’est d’ailleurs autour de ce thème qu’on s’est rencontrés virtuellement et qu’on échange nos impressions hors antenne sur nos écritures respectives.
Après avoir l’un et l’autre découvert Henning Mankell, le maître-ès polars, qui nous vient de Suède et que personne n’égalera jamais, et sûrement pas les Américains.

Harry Bosch, l’inspecteur fétiche de Michael Connelly a pris sa retraite. Mais pour un policier qui a consacré toute sa vie à résoudre des énigmes, quitte à sacrifier femme et enfants pour mener à bien sa carrière, il est inconcevable de s’adonner à la pêche.
Il prend sa licence de « privé » et se replonge dans une ancienne affaire non élucidée.

Au passage, il égratigne le FBI, encense les rapports de police, souvent extrêmement révélateurs pour qui veut bien prendre la peine de les examiner sous toutes leurs facettes, mais ne se pose aucune question sur son implication dans la guerre du Vietnam.
Le titre de son livre « Lumière morte » est d’ailleurs le nom donné aux lueurs que disaient voir les soldats américains dans les tunnels du Vietnam lorsqu’un combattant venait à y mourir.
C’est dans un tunnel que Harry Bosch après avoir intuitivement perçu la lumière morte, retrouvera l’agent du FBI assassiné lâchement par deux policiers enquêteurs.

Contrairement aux autres critiqueurs, j’ai mieux apprécié "Wonderland Avenue", son roman précédent.

Les quelques incohérences que j’ai relevées : des portes qui s’ouvrent trop facilement devant un ex-policier glanant des infos pour une enquête dont il n’est même pas en charge, une fin tirée par les cheveux qui n’a pas vraiment sa raison d’être, une forme trop olympique pour un policier à la retraite qui ressuscite aussi précipitamment que dans les dessins animés.

Darius - Bruxelles - - ans - 18 décembre 2003