La fiancée était à dos d'âne de Vénus Khoury-Ghata

La fiancée était à dos d'âne de Vénus Khoury-Ghata

Catégorie(s) : Littérature => Voyages et aventures

Critiqué par Pierraf, le 16 août 2014 (Lyon, Inscrit le 14 août 2012, 61 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 361ème position).
Visites : 1 460 

Elle avance !

4ième de couverture:
"Yudah est une jeune fille juive du désert algérien. Le jour où le rabbin Haïm la choisit pour être la nouvelle épouse de l'Émir Abdelkader, sa vie bascule. Yudah rêvait de palais mais se retrouve dans un campement de tentes balayé par le vent. L'Émir, lui, demeure invisible. Bientôt il rend les armes : il est débarqué avec ses généraux à Toulon. C'est donc en France que Yudah poursuivra sa quête d'un futur époux qu'elle n'a toujours pas vu…... Le destin merveilleux de la jeune fille du désert se réalisera-t-il ?"
Ce livre est à la fois un roman poétique, avec un fond historique bien documenté, un côté "road movie" à travers l'Algérie et la France et une galerie de portraits.
L'écriture est agréable, original, avec des métaphores et des images, il est bien rythmé, ce petit livre se lit vite avec l'envie permanente de connaitre l'étape suivante.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

un cœur simple

10 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 71 ans) - 12 octobre 2019

Un roman-conte par la grande poétesse Vénus Khoury-Ghata, qui remonte un pan peu glorieux de l’histoire de France au travers du destin tourmenté d’une jeune fille juive algérienne. Yudah, qui deviendra Judith au fil de ses pérégrinations, va traverser une France louis-philipparde, coloniale et catholique, à la poursuite de l’émir Abdelkader, à laquelle elle a été promise par sa famille à l’insu de l’impétrant, fort de ses quatre épouses selon la règle coranique. N’hésitant pas à enfourcher l’absurde, ou mieux le "drolatique", l’auteure sait néanmoins rendre crédible, et d’autant plus émouvante, la tragédie de cette fillette au cœur simple, qui réussit à franchir toutes les barrières pour tenter d’accomplir la promesse vouée à protéger son peuple. On pense bien sûr à Jeanne, la "pucelle d’Orléans", et à ces fillettes qui ont bravé tous les dangers et souvent donné leur vie pour défendre une cause ou une foi qui dépassait largement leur propre destinée. Derrière le conte, au-delà des mots d’une langue pure et pleine de poésie, se profile une attaque en règle contre l‘injustice et l’intolérance.

Forums: La fiancée était à dos d'âne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La fiancée était à dos d'âne".