A la rencontre des femmes afars : Voyage ethno-photographique en terre d'infibulation
de Marion Lavabre

critiqué par Ida Moreau, le 13 juillet 2014
( - 41 ans)


La note:  étoiles
Voyage beau et terrible en intimité féminine
Sitôt ouvert, j'ai plongé dans ce livre beau et terrible. Beau ce livre l'est d'abord par les photos, des portraits de femmes Afars magnifiques dont les regards si fiers semblent plantés dans les nôtres ; beaux aussi ces témoignages sur une vie si différente de la nôtre faite d'élevage et de recherche d'une eau précieuse liée à la survie. Terrible aussi parce que les femmes Afars avec qui on dialogue sont infibulées, ce qui signifie qu'elles sont excisées et que leur sexe est fermé. Marion Lavabre, surnommée sur place « celle qui fait parler les vagins », nous emmène dans son sillage vers une rencontre terriblement authentique avec ces femmes si différentes et si semblables à nous. Cet inattendu voyage empreint de délicatesse en intimité féminine est un cadeau à mettre entre les mains de toutes les femmes.