Le réel n'a pas eu lieu
de Michel Onfray

critiqué par Fredericpaul, le 28 juin 2014
(Chereng - 58 ans)


La note:  étoiles
La dénégation : pourquoi et comment
L'interprétation du Quichotte comme chef d'oeuvre de l'anticléricalisme et de la dénégation peut surprendre.
Nous avons tous l'image d'un Don Quichotte idéaliste et admirable; la "faute" à Jacques Brel sans doute (son fameux "rêver à l'impossible rêve").
Or Michel Onfray démonte ici la duperie qui consiste à refuser par idéal et confort intellectuel la réalité. La mise en opposition du chevalier à la triste figure avec Sancho Pança trouve ainsi ce dernier l'emporter très largement tant sur le plan philosophique que sur celui de l'intelligence (même si Sancho ne se reconnait pas cette qualité).
Cet essai se lit assez facilement, ce qui n'est pas le cas de tous les ouvrages du philosophe écrivain. La thèse de l'auteur est fortement argumentée et m'a convaincu. Je sais qu'il est d'usage de ratiociner son adhésion à une thèse en mettant quelque bémols à la pensée de l'auteur mais ici tout se tient tant dans le raisonnement que par les nombreuses références au texte initial.
Reste à (re)lire Don Quichotte avec ces lunettes là…..beau mais vaste programme….