N'oublier jamais
de Michel Bussi

critiqué par Ellane92, le 23 avril 2014
(Boulogne-Billancourt - 44 ans)


La note:  étoiles
Machiavélique !
Jamal est en vacances à Yport, en Normandie, près des fameuses falaises d'Etretat. Il profite de ses vacances pour courir tous les matins, afin de réaliser son rêve : participer à l'ultra-Trail du Mont Blanc, catégorie paralympique.
Le matin où commence l'histoire, Jamal part comme d'habitude faire sa course quotidienne, quand il voit, dans un endroit escarpé et isolé, une écharpe rouge de grande qualité, une Burberry, accrochée là comme un phare. Il s'en empare et continue sa course, et tombe un peu plus loin sur la plus belle fille qu'il a jamais rencontrée. Elle est en larmes, sa robe moulante est déchirée, et elle est franchement trop près de la falaise. Jamal essaie d'échanger avec elle, lui lance même l'écharpe trouvée un peu plus tôt, pour créer un lien avec cette inconnue si désespérée, mais elle lui arrache l'écharpe des mains avant de faire le grand saut. Jamal fonce au plus vite de sa jambe de chair et de sa jambe d'acier au pied de la falaise. Le corps de la jeune femme est sans vie, et l'écharpe rouge est enroulée autour de son cou. L'un des deux promeneurs qui ont vu la chute de la suicidée prévient la gendarmerie.
Seulement, l'expertise légale montre que la jeune femme a été violée avant d'être étranglée. Rien à voir avec l'histoire que raconte Jamal, avec un suicide. Et puis, le capitaine de gendarmerie s'occupait il y a dix ans de ça d'une histoire qui avait défrayé la chronique : un double meurtre, à quelques mois d'écart. Les victimes, deux femmes très belles, avaient été violées avant d'être étranglées avec une écharpe rouge, de grand prix. Une Burberry.
Jamal ? "Jamal Salaoui. Arabe. Infirme. Bosse chez les fous… Un profil idéal de violeur". Laissons-le nous raconter son histoire.

Ah la la, c'est qu'il est fort, ce Michel Bussi, pour nous proposer des histoires machiavéliques dans lesquelles on ne sait même plus quoi croire ! Encore une fois, le lecteur est manipulé avec doigté, contraint d'attendre que Jamal déroule le contenu de cette histoire qui, dès les premières lignes, parait tenir de l'impossible ! Le lecteur, enfin, la lectrice, est donc tenue de faire confiance à Jamal, personnage il faut le dire très sympathique, un gentil, un gosse qui a grandi dans la cité des 3000, travaille dans un ITEP, n'a plus qu'une jambe et se retrouve perdu dans un palais des glaces semble-t-il sans issue. Et donc Jamal raconte à son rythme, prenant même le temps de rassurer son lecteur, lui demandant de lui faire confiance, que tout ira bien, "je vous le promets". Les promesses, on le sait, n'engagent que ceux qui y croient !
"N'oublier jamais", c'est une histoire de fous. C'est ce que je me suis répétée pendant la lecture de ce livre : que Jamal était fou. Ca expliquait tout. Mais bien sûr, c'est un peu plus compliqué que ça. Et il y a une explication qui tient la route à tout cet incroyable enchevêtrement d'évènements.
Véritable thriller, avec beaucoup de tensions, sans temps mort, une écriture accessible qui dispense l'air de rien les "vraies clés" de la résolution de cette intrigue à tiroirs, M. Bussi nous offre, avec N'oublier jamais, un livre difficile à lâcher après l'avoir commencé, et dont les personnages tiennent encore compagnie au lecteur après l'avoir terminé.

J'ai jeté un dernier regard à la jolie musaraigne écrasée sur le goudron, puis j'ai appuyé de tout le poids de ma douleur sur la pédale d'accélérateur.

Je comprenais maintenant ces innocents qui avouent aux flics un crime qu'ils n'ont pas commis, après des nuits de garde à vue, après des heures d'arguments, d'hypothèses et de preuves assénés par l'accusation. Ces innocents qui finissent par croire à la vérité énoncée par d'autres, qui en viennent à douter de leurs propres certitudes, celles qu'ils possédaient en entrant dans le bureau du juge.

- Et alors ? C'est quoi la formule magique ?
- Selon Axelrod, elle tient en trois mots. Coopération-Réciprocité-Pardon. En clair, tu proposes d'abord la coopération à un autre joueur. S'il te baise en te trahissant, tu réponds le coup d'après en le trahissant aussi. Puis tu proposes à nouveau à la coopération. Selon Axelrod, c'est la règle d'or qui devrait influencer tous les comportements entre les humains.
Un page turner 9 étoiles

Un bon roman, qui emmène le lecteur sur des chemins détournés, les lieux sont bien décrits, on s'y laisse prendre sans trop de résistance. C'est un peu invraisemblable parfois mais agréable à lire.

Flo29 - - 48 ans - 30 janvier 2020


Un rythme haletant 9 étoiles

Excellent roman que celui-ci, le scénario est solide et le rythme haletant, les personnages principaux bénéficient d’une certaine profondeur psychologique, et le suspense, sans aucun doute le point fort de l’œuvre, reste entier jusqu’aux ultimes pages.

Les chapitres courts s’enchaînent avec une belle fluidité, le tout servi par le style limpide de l’écrivain. Les éléments de ce véritable thriller s’emboîtent parfaitement, et même si sur la dernière partie du livre, certains passages, dont je ne peux bien évidemment pas dévoiler la teneur, sont un peu exagérés, il n’en reste pas moins que l’ensemble est très prenant, avec notamment de bons rebondissements, et que l’on finit par tourner frénétiquement les pages, avide de connaître le fin mot de cette histoire.

Ayor - - 47 ans - 29 décembre 2018


Un glauque sophistiqué 6 étoiles

Comme Tistou, je suis resté sur ma faim, à la lecture de ce livre, le deuxième que je découvrais de l'auteur, alors que j'avais commencé par les Nymphéas noirs. Les rebondissements ne manquent pas et l'intrigue est filée de manière sophistiquée, par de savants et nombreux rabattements de cartes. Mais, que de glauque dans lequel baigne cette intrigue ! Certes, le poids des préjugés compte et il est bon de l'exposer, mais la froideur et les détails sordides en abondance dévoient, à mon sens et selon mes goûts, l'attrait de ce livre.

Veneziano - Paris - 42 ans - 27 avril 2018


Suspense jusqu'au bout 8 étoiles

On a l'habitude avec Michel Bussi d'avoir du suspense jusqu'au bout, mais alors là chapeau.
Histoires de meurtres ou de suicides......
........du rebondissement jusqu'aux dernières pages.
Malgré quelques longueurs et quelques invraisemblances (on a l'habitude aussi avec Michel Bussi) j'ai dévoré ce roman.

Free_s4 - Dans le Sud-Ouest - 45 ans - 12 juillet 2017


Passionnant. 8 étoiles

Même si, comme le disent certaines critiques, le roman est parfois invraisemblable, il n'en est pas moins passionnant jusqu'au bout ce que je demande d'abord à un livre, qu'il me fasse passer un bon moment et ce fut le cas!

Palmyre - - 58 ans - 10 novembre 2016


Rendez-moi mes « Nymphéas noirs » ! 6 étoiles

Oui, rendez-moi mes « Nymphéas noirs » ! Où est-il passé le Michel Bussi sophistiqué, amoureux de Giverny et qui y entremêlait intelligemment une intrigue d’apparence inextricable.
Là j’ai eu l’impression de me trouver dans un Harlan Coben. Bon, ce n’est pas une injure non plus mais … ce n’est pas « Nymphéas noirs ». Rendez-moi …
Soit un « Jamal Salaoui», catégorie « arabe de banlieue », sportif de haut niveau catégorie paralympique (il lui manque une jambe), qui a saisi une occasion pour venir se mettre au vert à Yport, en Normandie, à deux pas des falaises d’Etretat, afin de préparer l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (l’UTMB pour les intimes). Soit un Jamal donc à qui il arrive une aventure peu banale : alors qu’il arrive au sommet d’une falaise dans le cadre de son entrainement matinal, il est sur le point de sauver une jeune femme manifestement suicidaire qui s’apprête à sauter de la falaise. Il est sur le point de … il lui a lancé une écharpe rouge pour qu’elle la saisisse et s’éloigne du bord, elle l’a saisie … et puis a sauté, l’écharpe rouge flottant derrière elle.
Déstabilisant pour un sportif préparant une compétition. Surtout quand, redescendu sur la plage pour constater les dégâts, un point ne laisse pas d’intriguer ; l’écharpe rouge est enroulée autour de son cou.
Rassurez-vous, ce ne sera pas le seul point intrigant. Michel Bussi fait tout pour larguer son lecteur, tout comme le ferait Harlan Coben, et il y parvient, mais l’affaire est trop linéaire et manque singulièrement d’épaisseur psychologique ai-je trouvé. (Rendez-moi … !)
C’est que, par exemple, ce qui vient de se dérouler est comme une copie conforme d’un autre crime qui s’est déroulé à Yport aussi il y a bien des années. Et puis ça ressemble aussi à d’autres choses. Et puis Jamal croira, et nous avec, qu’il est devenu fou …
Bon, au final non. C’est juste que Michel Bussi a voulu nous paumer. Il y est parvenu. Mais moi je préfère les « Nymphéas noirs ». Rendez-moi les « Nymphéas noirs » !

Tistou - - 64 ans - 30 août 2016


Bussi dans l'excès 6 étoiles

On retrouve la patte de l'auteur avec sa mécanique éprouvée : une intrigue reliée au passé, un mystère qui s'épaissit au fil des pages, un ancrage géographique marqué.
Mais le cœur du roman est un peu tiré par les cheveux. Je parle du mobile et des méthodes des protagonistes. Et puis certaines scènes frisent le grotesque, notamment celle de la ferme des Carrières.
A vouloir en faire trop on perd en crédibilité.

Elko - Niort - 44 ans - 23 août 2016


Bussi ne perd pas la main 8 étoiles

C'est mon quatrième Bussi après les nymphéas, l'avion et la main. Les personnages dans la m... très rapidement, c'est une recette classique pour faire tenir le lecteur en haleine (ça me rappelle "n'éteins pas la lumière" de Minier).

Il faut admettre que Michel Bussi fait ça très bien, pas question de lâcher le livre, et toujours ce grand plaisir de lecture.

Après, je ne mettrai pas la note maxi parce qu'à un moment, il faut un peu de CREDIBILITE fait du bien et là, même s'il retombe sur ses pattes "techniquement" à la fin, il pousse pour moi le bouchon un peu loin.

Warrel62 - - 50 ans - 16 août 2016


Saisissant 10 étoiles

Ayant choisi ce livre étant donné que l'histoire se déroule aux alentours d'Étretat, et que j'ai vécu par là-bas, je n'ai pas été déçu
Dès que j'ai ouvert le bouquin, je n'ai plus eu envie de le lâcher
L'intrigue est saisissante et le final surprenant et non prévisible
C'est tout ce que j'attends d'un bouquin
Je ne connaissais pas cet auteur mais je n'ai qu'une seule hâte de lire tous ses autres romans

Albator76 - - 43 ans - 26 septembre 2015


Quelle déception ! 5 étoiles

Oh ! la ! la ! mais que ce livre m'a paru compliqué, embrouillé, que le style m'a semblé terne ! On est loin de la qualité des "nymphéas" et de "Ne lâche pas ma main"... c'est bien dommage.

Monocle - tournai - 60 ans - 20 août 2015


Too much 8 étoiles

Les critiques dithyrambiques m'ont donné envie de lire ce livre. Le côté "inexplicable" m'a un peu tenu à distance surtout quand c'est devenu carrément "too much".
Cela dit la fin est une réussite donnant un éclairage rationnel sur l'histoire.

Eoliah - - 69 ans - 10 avril 2015


Confirmation d'un auteur doué 10 étoiles

Le jeune Jamal Salaoui, unijambiste mais sportif, séjourne à Yport. Il nous conte ses mésaventures: au cours d'un entraînement à la course au sommet d'une falaise,il ne peut empêcher le suicide d'une jeune fille, et de témoin fortuit, il se retrouve brutalement suspect unique de meurtre doublé de viol. Deux meurtres similaires sont intervenus 10 ans auparavant.

L'intrigue nous est dévoilée par la bouche du héros principal. Elle ne suit cependant pas fidèlement la ligne du temps, ni n'est développée en mono-récit grâce à une construction subtile.
La relation principale repose sur les perceptions du héros, ses réminiscences, ses découvertes, ses réactions viscérales. La narration est entrecoupée d'articles de journaux sur les meurtres antérieurs, qui développent deux pistes 10 ans auparavant. Des rapports de police postérieurs de 6 mois évoquent par intermittence une tierce enquête sans lien apparent avec notre affaire.

L'ambiance est glauque, le comportement des personnages est exacerbé jusqu'à l'irrationnel, voire la folie; l'auteur joue admirablement le va-et-vient entre machination et paranoïa.

Le style un peu ampoulé dans les descriptions initiales acquiert rapidement une sobriété efficace tout au long du récit.

Une lecture prenante, un auteur normand qui confirme !

Chakili - Floreffe - 71 ans - 8 mars 2015


Déroutant. 9 étoiles

L'écriture de ce livre est fluide, agréable à lire. C'est le ''genre de livre'' que l'on dévore littéralement.
Tout au long de ma lecture, je n'ai cessé de m'imaginer la fin, de trouver un dénouement à peu près logique (tout en passant par les plus fous) pour résoudre les différentes questions. Et à la fin, quand la réponse finale est offerte, on tombe sur le cul. L'explication est presque irréelle.
Tout repose sur la confiance du lecteur envers Jamal. On oserait croire un homme que tout accuse ? C'est difficile et l'auteur fait tout pour que l'on se trompe soi même.
C'est mon deuxième Bussi, et je dois dire qu'il est à la hauteur du premier. Cet auteur tourne l'histoire dans tous les sens, de tel façon que sa manière de penser, d'inventer n'est plus humaine. Alors impossible pour le lecteur de découvrir la fin avant qu'il l'ai décidé.
Je le recommande fortement.

Dévoreusedelivre - - 29 ans - 18 janvier 2015


Jouissif 10 étoiles

c'est mon troisième livre de Michel Bussi et comme d'habitude je suis resté scotché.

Sans trop en dire nous suivons l'histoire d'un jeune beur infirme, Jamal Salaoui, accusé du meurtre d'une jeune femme dans la ville d'Yport, mais voila entre la version de jamal, voulant la sauver, et celle des policiers, viol et meurtre, il y a des lieues.


Michel Bussi a cette qualité de nous raconter les histoires, simplement, au bout d'une centaine de pages le problème est posé puis ensuite il déroule l'histoire sans oublier de nous faire perdre la tête pour ensuite à la fin du roman, inexorablement, nous faire relire le début du livre.
Jouissif

Guillaume35 - Argentre Du Plessis - 48 ans - 4 septembre 2014


Mon premier Bussi 10 étoiles

Je conseille vivement cet ouvrage, une fois ouvert il vous sera difficile de vous arrêter de tourner les pages...
J'ai découvert Michel Bussi avec "N'oublier jamais" et j'ai désormais hâte de découvrir ses autres livres.

Ben1990 - Forchies-la-Marche - 30 ans - 4 juin 2014