Une saison de nuits de Joan Didion

Une saison de nuits de Joan Didion
(Run river)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Bluewitch, le 17 avril 2014 (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 052ème position).
Visites : 1 508 

Run, River

Joan Didion est connue chez nous notamment grâce à son livre "L’année de la pensée magique" où elle relatait la mort brutale en 2003 de son mari, le scénariste John Gregory Dunne, œuvre qui lui valut le National Book Award.

En publiant et traduisant son premier roman, "Une saison de nuits" (titre original "Run, River"), paru initialement en 1963, Grasset offre un regard sur les prémices d’une écriture résolument tournée vers l’âme de la société, vers ses recoins et replis, analysant et scrutant les forces et faiblesses de personnages intimement liés à leur époque.

Le récit démarre sur un coup de feu, se termine sur un coup de feu. Et entre ces deux épisodes, l’auteur entre dans l’intimité d’un couple, celui de Lily et Everett, tous deux descendants des pionniers américains, ces propriétaires terriens ambitieux, constructeurs de ranchs et d’un avenir prometteur. Mais les temps ont changé, le monde évolue et c’est avec ça que doivent vivre Lily et Everett, perdus et maladroits. Californie de la fin des années trente jusqu’à la fin des années cinquante, pas loin de Sacramento. La guerre est une réalité pour certains, une pensée virtuelle pour d’autres et chacun en fait ce qu’il peut dans sa vie de tous les jours.

Long flash back sur l’anatomie du couple, sur les trahisons, les égarements, l’adultère, les désillusions, dans un langage parfois confus qui reflète en tous points l’état d’esprit de ses personnages. Lily et ses amants, Everett et son sens de la fuite, Martha, sa sœur, et son art de la névrose. Adaptés et désadaptés, tous en souffrance. C’est une Amérique aux rêves essoufflés qui se révèle à travers leurs histoires, à travers la trame sociale désemparée qui les relie.

Un premier roman qui n’est certes pas parfait, équilibrant mal certaines longueurs par rapport aux ellipses, suggérant les événements et sentiments avec parfois un indéniable manque de clarté. Mais malgré cela, Joan Didion parvient à transmettre cette atmosphère si particulière du Sud américain, à installer ce contraste entre gravité et nonchalance, pesanteur et légèreté. Sensible aux vibrations d’une société, elle l’était déjà, à moins de trente ans.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Une saison de nuits [Texte imprimé], roman Joan Didion traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Garnier
    de Didion, Joan Garnier, Philippe (Traducteur)
    B. Grasset
    ISBN : 9782246800682 ; EUR 20,00 ; 12/03/2014 ; 336 p. ; Relié
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Vague ennui de vivre

6 étoiles

Critique de Isad (Occitanie, Inscrite le 3 avril 2011, 59 ans) - 4 octobre 2014

La vie d’une femme dans les années 50, fille unique et femme de riche cultivateur. Elle cultive son image d’être fragile à protéger, indécise face à des hommes dominants. Elle participe aux fêtes, boit trop, a des amants. Le livre commence par le meurtre de son dernier amant par son mari. Il se termine sur les conséquences de cette scène. Entre temps, ses études, son mariage, ses enfants.

C’est une époque qui est décrite, avec la chaleur poisseuse que l’on sent présente. L’amour qu’on ne sait exprimer, la recherche de sécurité et de certitude, la fuite dans l’alcool et la sensation d’un autre corps pour se sentir exister.

IF-0914-4286

Forums: Une saison de nuits

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une saison de nuits".