Journal d'Adam et journal d'Eve de Mark Twain, Sarah d' Haeyer (Dessin)

Journal d'Adam et journal d'Eve de Mark Twain, Sarah d' Haeyer (Dessin)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Yotoga, le 3 avril 2014 (Inscrite le 14 mai 2012, - ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 532ème position).
Visites : 1 569 

L'amouuuur primaire

Voilà le livre parfait comme cadeau de mariage : il est drôle, il est sensible...

Dans la première partie (extraits du journal d’Adam), il se plaint de la nouvelle venue de cet être humain qui lui parle toute la journée alors qu'il préfèrerait découvrir la nature du jardin d'Eden. Son texte est court, précis, direct.

Dans la deuxième partie, Eve découvre ces pommes et essaie de les faire tomber pour en offrir à cet homme qui l’intéresse... Son dialogue est long, elle parle sans arrêt vraiment mais réfléchi, sensible.

Ils tournent autour du pot et l'auteur partage vraiment la vision masculine et féminine de la vie et de l'autre sexe. Adam et Eve ne tombent pas amoureux du premier regard, ils apprennent à se connaitre et à s’apprécier et à s'aimer avec tendresse.

Quand je pense que ce livre a été écrit en 1893 ! La nature humaine, masculine ou féminine, de l’acquis ou de l’inné ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Nonsense & Co

8 étoiles

Critique de Radetsky (Massieu, Inscrit le 13 août 2009, 76 ans) - 8 septembre 2014

Sans doute Mark Twain a-t-il réussi à rendre la vérité intime de ce mythe, encore considéré par certains comme "fondateur" : deux ahuris débarqués sans décodeur dans un monde dépourvu de justification, finissent par se rendre compte de leur affinités. Chaque découverte, savant mélange d'anachronismes savoureux, est l'occasion de s'attendrir devant les bévues successives de nos "ancêtres", qui n'avaient rien demandé et accueillent tantôt leurs enfants comme de nouveaux animaux inconnus jusque là, tantôt un brontosaure promu animal de compagnie. L'absurdité de leur situation provoque chez nos deux pauvres bougres des raisonnements aboutissant à des conclusions ou des actes tout aussi absurdes, jusqu'à ce que l'expérience la leur fasse supporter à défaut de la comprendre vraiment. Ils découvrent alors le fatalisme, seul remède à la mauvaise fortune, avec quelques compensations tout de même, relevant plus de la débrouille que du génie : on fait avec ce qu'on a et ce qu'on ressent, au premier degré.
Sous l'ironie perce la tendresse certaine de Twain pour les deux malheureux passant peu à peu de l'émerveillement à la désillusion.... "Il" nous a bien eus (quoique jamais nommé, le Responsable de la situation se garde bien de se montrer ou d'intervenir...) !

Forums: Journal d'Adam et journal d'Eve

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Journal d'Adam et journal d'Eve".