Rammstein, les crasheurs de feu
de Antoine Barde, Pierre Jauniaux, Patrice Verry

critiqué par Antihuman, le 3 avril 2014
(Paris - 34 ans)


La note:  étoiles
"You've Got a Pussy"
Quelle joie de présenter un groupe tellement majeur aux origines européennes (et donc échappant aux critères d'une pop insipide dissimulée derrière tel ou tel artiste) et sans parler de cette pyrotechnie qu'ils utilisent sur scène - peut-être un peu excessive... - je ne saurais que conseiller ce black-metal gothique aux hits nombreux et limpides. Il n'y a qu'à voir le scandale médiatique qu'à déclenché "Pussy", ainsi que son clip aux frontières de l'interdiction ! Au moins et à la différence de beaucoup d'autres, on ne pourra jamais clamer que la démesure fait peur à Rammstein.

Depuis 1994 les six membres qui entourent le chanteur et parolier Til Lindemann (lui-même aidé dans sa tâche principalement de Chris "Doom" Scheider ainsi que du "doktor" Christian Lorenz) dans cette formation germanique ont réussi la prouesse de concurrencer des piliers du hard tels que Metallica, ou en tout cas de leur voler une immense partie de leur public. Leur premier album, "Herzeiled" est un tour de force d'estime tandis que leur second, "Sehnsucht" une simple tuerie.

Pas la peine d'énoncer l'évidence que Rammstein vaut mieux que ses divers effets on stage, pas besoin de descente en flammes de destrier pour chauffer, pas besoin de screen 2 screen pour être connecté(e), pas besoin d'expert en marketing pour consulter le line-up, pas besoin de ces dégénérés qui comprennent l'inverses de ce qu'on dit de Rammstein, pas la peine de harpies ou de centaures sur la cover ...

Depuis "Du Hast", un hit aux riffs souverains mêlé d'instruments électroniques ayant la haine comme sujet et repère jusqu'à "Ich Will" (une satire de la société de consommation et de ses besoins) en passant par ""Amerika" (critiquant l'hégémonie américaine, qui va bien souvent par se travestir en doux agneau... angélique pour parvenir à ses fins) et aussi leur dernier LP "Liebe ist fur alle da", c'est un choix tout bonnement aussi varié que celui des Beatles que nous offre Rammstein. Inutile de mentionner le fait qu'ils ont dépassé depuis longtemps leurs modèles de base Die Krupps. Et puis loin d'être cantonnés dans un style ainsi que les Scorpions et autres Korn, ce n'est pas dans un simple slow langoureux que va martèler Rammstein afin d'engranger encore de ces quelconques teens sinon un auditoire de plus en plus WASP, mais alors pas du tout. Il n'y a qu'à voir le succès déclenché depuis "Engel" puis dernièrement avec leur live "Völkerball"; comme chacun sait on peut tout dire la plupart du temps... hormis la vérité.

Bien sûr il y a les détracteurs, ceux qui accusent un chanteur qui chante le plus souvent en allemand, de rouler étrangement les rrr-rr, la religion du corps du groupe, ceux qui préfèrent qu'on chante en anglais, ces autres qui dénoncent un groupe d'"extrême-droite", et aussi ces coquetteries et autres agressions dont s'amusent parfois les membres, mais il n'en reste pas moins qu'un lambda fan de rock faisant l'impasse sur Rammstein n'aura rien compris à cette musique !



Quelques paroles...



"We're all living in America
Coca-Cola, sometimes WAR
We're all living in America
Amerika, Amerika."


"Too big, too small
Size does matter after all
Zu gross, zu klein
Er könnte etwas größer sein
(...)

Just a little bit, just a little bitch

"You’ve got a pussy
I have a dick ahhh
So, what’s the problem

Let’s do it quick
So take me now before it’s too late
Life’s too short so I can’t wait
Take me now, oh, don’t you see"



Jouissive, ambigue, terrible, dramatique je vous dis...



résumé

Comment six allemands originaires de Schwerin petite ville de l'Allemagne de l'Est ont révolutionné la musique métal et donné un souffle nouveau à une scène germanique qu'on croyait moribonde. Rammstein a réussi le pari audacieux dès ses débuts grâce à une musique ciselée dans le marbre, de traverser les frontières pour récolter la reconnaissance et la gloire. A travers des interviews et des analyses nous tenterons de relater la formidable odyssée de ce groupe hors du commun.