Le retour de Christophe Colomb de Jean-Jacques Greif

Le retour de Christophe Colomb de Jean-Jacques Greif

Catégorie(s) : Enfants => 10-12 ans , Enfants => 12-15 ans , Littérature => Romans historiques

Critiqué par JulesRomans, le 23 mars 2014 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 61 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 2 103 

À Novgorod, onze mois l’hiver et un mois les moustiques

"Le retour de Christophe Colomb" est un roman uchronique, ici l’idée est de faire voyager Christophe Colomb, non en bateau vers d’Ouest mais vers l’est à pied. Christophe Colomb a rencontré le roi de France en 1485 mais le jeune roi a été mal conseillé par Jeanne la Pucelle qui avait été rachetée aux Anglais avant d’être jugée (page 40).

Certes en 1492 dans ce roman, le héros a bien pris une caravelle mais il s’est arrêté, à la demande de son équipage, aux Canaries.

« J’ai échoué dans mon entreprise. Sept ans d’effort, sept ans de ma vie pour rien. » (page 17)

Dans les premiers temps de son retour, il devient charpentier à Séville réinvestissant ses connaissances dans la construction des bateaux vers l’édification de maisons en bois. En 1497 il apprend que Vasco de Gamma est arrivé aux Indes en contournant l’Afrique. Peu de mois ou d’années après (l’action qui suit se passe vraisemblablement entre 1498 et 1500), Christophe Colomb décide de revoir sa terre natale et c’est à Gênes qu’il fait la connaissance de Noémi Kollomb une fille d’un cousin à lui.

Elle revient de Pologne où son père s’était installé comme commerçant et elle lui révèle ses ascendances juives. Du point de vue historique, une part de sang juif chez le héros n’est pas exclue, même si elle doit être minoritaire. La motivation pour raccompagner Noémi Kollomb en Pologne est d’ailleurs pour Christophe Colomb que :

« À défaut de convertir les idolâtres de Cipango, je peux tenter de montrer le droit chemin aux juifs de Pologne ». (page 47)

Certes les données historiques véritables sont dites en des mots contemporains qui les caricaturent, mais l’idée globale est respectée. Ainsi page 56, la conversation démarre sur l’empereur Maximilien de Habsbourg :

« Eh bien, lui habite justement Innsbruck en ce moment. Je crois qu’il n’a pas eu le temps de s’occuper de l’Italie. Les Suisse se moquent si bien de lui qu’ils viennent de se déclarer indépendants. Il tente d’empêcher ses provinces des Pays-Bas et de Franche-Comté de faire comme la Suisse ».

Parfois l’expression devient très maladroite, comme au sujet de la "Lettonie, cette province qui appartient à l’ordre des chevaliers Teutoniques", on parle en effet alors de Livonie. Une note sur le nom actuel des lieux n’aurait pas été inutile de temps en temps pour à la fois pour que l’auteur se force à mieux connaître les espaces qu’il fait parcourir à son héros et aider le lecteur à comprendre le trajet effectué.

Une carte de géographie physique (ce qui évite le problème de reconstituer les royaumes de l’époque) avec l’itinéraire était nécessaire ans à côté de la postface. Le narrateur du récit est Christophe Colomb car dans un ancien totem de Cabotie-Britannique (sic), l’auteur dit, dans la postface, avoir trouvé un manuscrit en italien de Christophe Colomb.

Les aventures liées à ce grand voyage ne commencent vraiment qu’en Pologne où le héros rencontre Kopernik, elles se poursuivent vers la Sibérie et l’actuel détroit de Behring. En bref l'idée était bonne, à savoir d'un côté permettre de découvrir les liens entre certaines communautés juives de l'époque et rappeler les persécutions qu'elles subissent à un moment ou l'autre dans l'espace européen de l'époque et sensibiliser aux modes de vie fort différents des populations européennes et sibériennes autour de 1500. Tout ce qui touche l'histoire des communautés juives de l'époque est bien maîtrisé par l'auteur, par contre le reste ne suit pas.

On remarque qu'en matière de fictions historiques ou uchroniques pour la jeunesse, les éditeurs à part au moins Gallimard, Nouveau monde et Oskar sont devenus très laxistes. Le travail minimum de recherche documentaire ou d'intérêt réel pour la période est souvent absent chez les auteurs. Si ici le flou artistique parvient à cacher la plupart des insuffisances de connaissances de l'auteur, on peut par contre se poser la question de la légèreté de l'apport culturel donné au jeune lecteur du livre "Le retour de Christophe Colomb".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le retour de Christophe Colomb

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le retour de Christophe Colomb".