A quelques secondes près
de Harlan Coben

critiqué par Chris, le 21 février 2014
(Bruxelles - 45 ans)


La note:  étoiles
La relève de Myron est assurée!
Myron Bolitar vit désormais avec son neveu pendant que sa mère se soigne en centre de désintox. Ce livre est l'épisode suivant de "A découvert" donc on retrouve Mickey Bolitar. Et le neveu de Myron a beaucoup de similitudes avec son oncle : excellent joueur de basket, il se présentera aux sélections de son école; et déjà un enquêteur en herbe. Et malheureusement son envie d'aider son prochain va lui attirer bien des ennuis dans ce volume. Rachel, une de ses amies, se fait tirer dessus mais par qui et pourquoi? Qui est la femme chauve-souris? Et Abenoa, quel genre d'organisation est-ce? Mickey, aidé d'Ema et Spoon, va dénouer le fil et faire éclater la vérité au grand jour.

J'ai tout de suite accroché au nouveau personnage, Mickey, et je pense que Harlan va nous faire découvrir ses talents dans de prochains livres. J'ai vraiment envie de voir comment il va faire évoluer son personnage. Un nouveau soufflé, une innovation, Harlan sait décidemment comment nous faire trépigner d'impatience!
Je ne sais pas trop 4 étoiles

L'histoire ne m'a pas très emballé dès le début, d'ailleurs je ne connaissais pas le neveu Mickey, et le petit groupe de jeunes est bien sympa mais je n'ai pas trouvé le fil conducteur de l'intrigue et plusieurs actions m'ont semblé sans lien avec le fameux sosie du bourreau de Lodz des camps de la mort.

Et la vérité douloureuse que Mickey se prépare à dire à la pauvre Rachel et bien moi, ça m'a laissé sur ma faim.

Martell - - 66 ans - 21 novembre 2014


Un peu déçu. 5 étoiles

Nouveau personnage pour Harlan Coben, avec Mickey Bolitar, le neveu de Myron, personnage phare de l'auteur. Le fait d'utiliser un héros adolescent est une bonne idée mais malheureusement on a affaire à une intrigue assez décousue, on se retrouve dès le début avec une partie de l'intrigue qui nous est dévoilée sans que l'on comprenne vraiment ce qu'il s'est passé. L'efficacité propre à l'auteur est toujours là, et c'est d'ailleurs ce qui sauve le livre, mais même la fin, souvent le point fort de l'auteur, m'a paru assez décevante et manquant d'intensité. Bref, un héros intéressant mais un livre manquant de maîtrise, chose assez inhabituelle chez l'écrivain.

Sotelo - Sèvres - 36 ans - 17 juin 2014