A quelques secondes près de Harlan Coben

A quelques secondes près de Harlan Coben
(Seconds away)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Chris, le 21 février 2014 (Bruxelles, Inscrite le 30 décembre 2003, 46 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (43 796ème position).
Visites : 2 438 

La relève de Myron est assurée!

Myron Bolitar vit désormais avec son neveu pendant que sa mère se soigne en centre de désintox. Ce livre est l'épisode suivant de "A découvert" donc on retrouve Mickey Bolitar. Et le neveu de Myron a beaucoup de similitudes avec son oncle : excellent joueur de basket, il se présentera aux sélections de son école; et déjà un enquêteur en herbe. Et malheureusement son envie d'aider son prochain va lui attirer bien des ennuis dans ce volume. Rachel, une de ses amies, se fait tirer dessus mais par qui et pourquoi? Qui est la femme chauve-souris? Et Abenoa, quel genre d'organisation est-ce? Mickey, aidé d'Ema et Spoon, va dénouer le fil et faire éclater la vérité au grand jour.

J'ai tout de suite accroché au nouveau personnage, Mickey, et je pense que Harlan va nous faire découvrir ses talents dans de prochains livres. J'ai vraiment envie de voir comment il va faire évoluer son personnage. Un nouveau soufflé, une innovation, Harlan sait décidemment comment nous faire trépigner d'impatience!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • À quelques secondes près [Texte imprimé] Harlan Coben traduit de l'anglais (États-Unis) par Cécile Arnaud
    de Coben, Harlan Arnaud, Cécile (Traducteur)
    Fleuve noir
    ISBN : 9782265092518 ; EUR 18,90 ; 05/09/2013 ; 336 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Une aventure de Mickey Bolitar

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quelle vérité ?

4 étoiles

Critique de Darius (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans) - 18 juin 2020

J’ai quand même terminé le bouquin, malgré qu’il soit sans queue ni tête. In fine, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé.

Je vous recopie le dernier paragraphe de ce livre de 320 pages :
« Ce n’était pas une décision facile. Myron m’avait averti que la vie était rarement simple. Mais tout bien pesé, j’avais promis à Spoon de ne pas baisser les bras tant qu’on n’aurait pas découvert la vérité.
- J’ai quelque chose à te dire
J’ai pris sa main dans la mienne. Elle m’a regardé dans les yeux.
- C’est si terrible que çà ?
- Oui
- Je t’écoute
Et je lui ai dit la vérité.

Voilà, le livre est terminé. Et moi je n’ai pas compris où se trouvait cette vérité douloureuse….

Comme d’habitude, chez Harlan Coben, les personnages n’ont aucune consistance. Ce sont des robots sans âme et sans émotions qui, de temps en temps versent des larmes de crocodiles qui déboulent comme par hasard, alors que le jour d’avant, ils pointaient une arme vers n’importe qui.

Comme disait le commentateur précédent, c'est une une histoire décousue, dont le héros, Mickey, est un ado de 16 ans, un géant qui parait-il, mesure près de deux mètres, je me demande où on trouve ce genre de personnage.

Je ne sais pas trop

4 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 0 ans) - 21 novembre 2014

L'histoire ne m'a pas très emballé dès le début, d'ailleurs je ne connaissais pas le neveu Mickey, et le petit groupe de jeunes est bien sympa mais je n'ai pas trouvé le fil conducteur de l'intrigue et plusieurs actions m'ont semblé sans lien avec le fameux sosie du bourreau de Lodz des camps de la mort.

Et la vérité douloureuse que Mickey se prépare à dire à la pauvre Rachel et bien moi, ça m'a laissé sur ma faim.

Un peu déçu.

5 étoiles

Critique de Sotelo (Sèvres, Inscrit le 25 mars 2013, 37 ans) - 17 juin 2014

Nouveau personnage pour Harlan Coben, avec Mickey Bolitar, le neveu de Myron, personnage phare de l'auteur. Le fait d'utiliser un héros adolescent est une bonne idée mais malheureusement on a affaire à une intrigue assez décousue, on se retrouve dès le début avec une partie de l'intrigue qui nous est dévoilée sans que l'on comprenne vraiment ce qu'il s'est passé. L'efficacité propre à l'auteur est toujours là, et c'est d'ailleurs ce qui sauve le livre, mais même la fin, souvent le point fort de l'auteur, m'a paru assez décevante et manquant d'intensité. Bref, un héros intéressant mais un livre manquant de maîtrise, chose assez inhabituelle chez l'écrivain.

Forums: A quelques secondes près

Il n'y a pas encore de discussion autour de "A quelques secondes près".