Le tango de la vieille garde de Arturo Pérez-Reverte

Le tango de la vieille garde de Arturo Pérez-Reverte
(El tango de la guardia vieja)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Voyages et aventures

Critiqué par Tanneguy, le 24 février 2014 (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 79 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 061ème position).
Visites : 2 867 

Aimez-vous le tango...et les échecs ?

Max Costas est un "gigolo", comme on disait autrefois. Le lecteur fera sa connaissance dès le début de ce long roman et ne le perdra pas de vue, mais à des époques diverses et dans des lieux très différents : Buenos-Aires, Nice, Paris, Sorrente... et à des époques variées. Nous commençons par le voir en danseur mondain en 1928 sur un paquebot en route vers l'Amérique du Sud, faisant la connaissance d'un compositeur de musique (et de sa jeune épouse..) qui aimerait, à l'instar de Ravel avec son boléro, composer un tango. Ce sera le "Tango de la Vieille Garde".

Les dernières scènes du roman se déroulent en 1964 à Sorrente lors d'une compétition d'échecs et entre temps nous aurons découvert de nombreux personnages et de nombreuses situations, très originaux les uns comme les autres ce qui nous tiendra en haleine tout au long des 500 pages du volume !

Comme à son habitude, l'auteur saute allégrement d'une époque à une autre mais son récit reste cohérent et le lecteur s'y retrouve assez facilement : cette technique lui permet d'approfondir plus rapidement les caractères des principaux personnages, tous très attachants. De la même manière l'auteur mêle styles direct et indirect dans une même conversation et ceci de façon systématique ; je ne trouve pas cela déplaisant, même si l'utilité de cette technique n'apparaît pas de façon évidente.

On peut reprocher (ou non...) à l'auteur un goût manifeste pour les scènes érotiques assez crues ou la violence de certaines situations. Mais on ne s'ennuie pas, l'imagination de cet auteur est fertile. Il fera encore parler de lui

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une pièce montée, sans ce couple au sommet.

9 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 67 ans) - 10 janvier 2019

Max, Mecha sont deux noms qui vont très bien ensemble…
Quand j’ai envie de faire plaisir à une personne chère, j’ai à côté de chez moi une pâtisserie de premier choix, où leurs spécialités sont entre autres, les tartes aux framboises, les choux à la crème pour leurs raffinements, leurs finesses. Aussi dix huit ans après son excellent « Tableau du maitre Flamand », je retrouve Arturo Perez-Reverte, avec son « Tango de la vieille garde » qui m’est apparu comme une cerise sur un gâteau, avec son cinq cents feuilles. Deux personnages qui s’entrecroisent, telles des lianes sur la hauteur d’un tronc d’arbre, s’entrelacent et se défont sans fin, au gré d’une période particulièrement riche en péripéties.
Désormais, on ne nous verra plus ensemble…

éternel retour

10 étoiles

Critique de Jfp (Yerres (Essonne), Inscrit le 21 juin 2009, 70 ans) - 24 septembre 2016

Un homme, une femme. Lui, danseur mondain argentin, attirant les femmes aimantées par son physique avantageux et les histoires qu'il raconte, empruntées pour la plupart. Elle, excessivement belle, toujours à son avantage au bras d'un mari fortuné, recherchant le plaisir surtout lorsqu'il est "interdit". Leurs rencontres, imprévues tant ils appartiennent à des mondes différents, vont pourtant jalonner leur vie, en une sorte de duo, très "je t'aime, moi non plus", que représente si bien le tango, cette danse où l'on ne cesse de se rapprocher et de s'éloigner. Trois villes, Buenos Aires, Nice, Naples, où leurs destins vont se mêler inextricablement. Amour impossible, et pourtant éternel, entre deux êtres passionnés et désenchantés. Arturo Pérez-Reverte signe là un roman qui tient en haleine, tel un polar de la meilleure eau, mais aussi une romance digne des meilleurs feuilletonistes. Le temps n'existe plus, tant on navigue entre ces étapes d'une vie aventureuse que chacun a vécue de son côté, et qui les a fait se rencontrer, pour des moments de plaisir intense, vite passés mais jamais oubliés. Un chef-d'œuvre de la littérature populaire hispanique, à lire et à relire…

Max et Mecha.

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 18 mai 2015

Max Costa et Mecha inzunza se rencontrent sur un transatlantique en 1928.
Elle est riche et voyage en première classe avec son mari, sa peau et douce et ses yeux sont dorés.
Lui est le danseur mondain employé sur le Cap Polonio qui fait route vers Buenos Aires.
Ils sont jeunes, ils sont beaux.
La première partie du roman relatera l'approche de ces deux êtres d'exception dans un monde où la danse est reine. Ces paragraphes sont hors du commun. Sensuels, énigmatiques... du grand art.
Max et Mecha se perdront de vue mais se retrouveront à Nice, dix ans plus tard. Leur histoire d'amour jouera à cache-cache, empêtrée dans une intrigue d'espionnage.
La vie les séparera encore.
Sorrente, 1966. Le hasard les poussent à nouveau l'un vers l'autre. Elle et lui paient le prix du temps mais parviendront à faire leur dernier salut.

J'avais été très déçu par le Peintre de batailles et par Cadix, ou la diagonale du fou. Ici Pérez-Reverte réalise une perle. L'histoire est croisée mais parfaitement maîtrisée par l'auteur avec une technique parfaite. Pas de temps mort. Un régal.

Hors des voies habituelles de l'auteur

10 étoiles

Critique de Falgo (Lauris, Inscrit(e) le 30 mai 2008, 79 ans) - 21 avril 2014

Il ya des livres qui conduisent immédiatement à une sorte d'accord intime avec le lecteur. C'est le cas ici, pour moi. Perez-Reverte, dont j'ai lu toute la production, hors les aventures d'Alatriste, me semble sortir de ses sentiers habituels. Bien sûr, il y a des personnages, une intrigue, des lieux, une descritption étonnante du tango et de Buenos Aires. Mais l'auteur se fait plus psychologue, décrit plus en profondeur ses personnages et utilise le fil rouge d'une belle histoire d'amour pour conduire les péripéties de rencontres étalées dans le temps et dont le récit superpose les étapes chronologiques avec une confondante habileté. Je trouve la critique de Tanneguy bien conventionnelle alors que ce livre, à mon sens, ne l'est pas. Sorti de sa veine classique, Perez-Reverte nous procure une troublante réflexion sur la vie, l'amour, les relations entre les êtres. A mon avis, il s'est envolé ici vers les haute sphères où ne se promènent que les très grands auteurs. J'ai souvent évoqué, en le lisant, Malcolm Lowry et 'Sous le volcan', ce n'est pas rien.

Forums: Le tango de la vieille garde

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le tango de la vieille garde".