Les mondes de Thorgal : La jeunesse, Tome 2 : L'oeil d'Odin
de Yann (Scénario), Roman Surzhenko (Dessin)

critiqué par Vince92, le 10 novembre 2017
(Zürich - 40 ans)


La note:  étoiles
Passage à l'adolescence
Alors qu'il poursuit sa quête pour sauver les trois soeurs Minkelsönn, le jeune Thorgal doit prendre la première décision importante de sa jeune existence de héros: contredire les Dieux, en l'occurrence la déesse Frigg, et passer outre ses ordres. Afin de délivrer l'âme des trois soeurs emprisonnées dans les corps de baleines, prisonnières des hommes de son village qui s'apprêtent à les dévorer car ils meurent de faim, Thorgal va devoir ravir l'Oeil d'Odin et le remettre à Frigg afin que celle-ci permette de mettre fin au sort...
Sans doute un cran en-dessous du premier album de la série soeur de Thorgal, l'oeil d'Odin achève un cycle de deux albums, le chant du Scalde, dans lequel Thorgal quitte l'enfance pour entrer de plain-pied dans l'adolescence. Les personnages féminins de l'album ne s'y trompent pas et que ce soit Aaricia bien sûr mais aussi Gunn, l'envoyée de Frigg ou les Nornes, ces êtres magiques et néfastes, toutes tombent amoureuses du héros en herbe. Sa force de caractère couplée à la hardiesse de la jeunesse sans doute sont à l'origine de l'attraction qu'exerce Thorgal. Car il perd avec son enfance ce qui faisait son attrait, la pureté de son chant... Gunn pour le punir de son audace le fait muer d'un coup d'aile et Thorgal n'est plus doté de ce talent qui avait séduit la petite Aaricia dans le premier tome.
Encore une fois Yann constelle son histoire de références à la mythologie nordique, les dieux (Odin, Frigg, Aegir), les êtres mythiques (les Nornes, les Walkyries, les Nirmes), les deux mythologique (Asgard) sont bien présents et plongent le lecteur dans l'univers exotique du Nord de l'Europe. Les dessins de Surzhenko sont toujours très bons tandis que la presque totalité de l'album est marquée par la noirceur des couleurs, la sombre caverne des Nornes, la nuit du village alors que le feu des foyers et le sang des baleines teintent les dernières scènes d'un rouge qui, on le devine, va éclabousser la suite de la série.