Le bossu
de Paul Féval

critiqué par Killeur.extreme, le 28 juillet 2003
(Genève - 39 ans)


La note:  étoiles
Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !!!
Le roman de cape et d'épée est un dérivé du roman historique où l'auteur favorise plus l'action que l'Histoire (et pas l'histoire nuance) et la met au second plan. Dumas peut être considéré comme "l'inventeur" de ce genre avec "Les Trois mousquetaires" qui a ouvert la voie (j'ai pris mes infos sur yahoo encyclopédie tapez cape et épée et normalement il trouve l'article). Bien après cette introduction informative passons au roman.
Philippe de Gonzague, un prince puissant grand ami de Philippe de Nevers et de Philippe d'Orléans, futur régent de France, décide d'assassiner de Nevers pour hériter de sa femme et surtout de sa fortune. Après plusieurs tentatives ratées, il convoque 20 assassins pour lui tendre un piège, or de Nevers a un duel avec Lagardère qui a manqué de respect à sa femme, entretemps Lagardère pris par Peyrole, le bras droit de Gonzague, pour un des leurs récupère la fille de Nevers, évite son duel avec lui et lui propose ses services pour se débarrasser des assassins. Malheureusement, Gonzague réussit à tuer Nevers, Lagardère lui promet d'élever sa fille et de le venger...
"Le Bossu" est le roman le plus connu de Paul Féval, plusieurs fois adapté au cinéma (dernière adaptation en 1997 avec Daniel Auteuil dans le rôle de Lagardère). Paul Féval fils lui donnera une suite (en modifiant la fin du roman original) ainsi que plusieurs romans antérieurs ou auteur de personnage du "Bossu". Féval respecte les codes du roman de cape et d'épée et ceux du roman populaire (de l'action, du suspense, de l'émotion, un happy end). Ce roman est agréable à lire et nous fait passer un bon moment, c'est en lisant des auteurs comme Dumas, Hugo, Féval, etc. qu'on regrette que de notre temps, bien que nos écrivains soient aussi des bons, il n'y ait plus ce genre d'auteurs qui sont aussi de grands conteurs. Qu'en pensez-vous?
Pas facile à digérer 6 étoiles

Ce classique de la littérature française n'est pas facile à digérer, non pas le fond, car l'histoire est non seulement connue mais simple à suivre, mais plutôt dans sa forme, car le langage y est soutenu et les références aux très nombreuses personnalités illustres de l'époque sont multiples et régulières. De plus, les interactions et autres manigances concernant les principaux personnages ajoutent un peu plus de confusion, ce qui ne facilite pas la tâche.

Et que dire des dialogues dont on ne compte plus les non-dits, les faux-semblants et autres allusions toujours proférés dans ce langage caractéristique de l'époque.

En conclusion, la forme n'est pas toujours facile à appréhender.

Le récit se divise en six parties, et si les trois premières sont intéressantes et agréables à suivre, la quatrième intitulée "Le Palais-Royal" se révèle dans sa première moitié un fatras bien trop souvent incompréhensible et inutile. Les descriptions y sont continuelles et rattachées à une galerie de personnages impressionnante, eux-mêmes reliés à des événements historiques pour la plupart bien peu connus du grand public dont je fais partie.

Ceci est fort dommageable car le soufflé retombe sévèrement, et cela devient une véritable corvée que de tenter de décrypter ces passages d'une lenteur abominable desservant une histoire qui jusque-là tenait ses promesses.

Puis, une fois passée cette épreuve, l'histoire reprend ses droits et l'on suit de nouveau avec plaisir les manigances de chacun pour remporter la victoire.

Globalement, l'œuvre se révèle agréable à suivre mais souffre de longueurs et de trop nombreuses descriptions ayant le désavantage de ralentir le rythme, et surtout de nous perdre dans des précisions inutiles.

Peut-être vieillit-elle mal ?

Ayor - - 48 ans - 8 janvier 2021


En effet... 7 étoiles

Ce roman de Paul Féval n'était vraiment pas mal du tout ! Qui ne s'est pas passionné pour Lagardère, Nevers et autres. Il y a également Amédée Achard avec "Belle Rose" mais je ne mets ni l'un ni l'autre au niveau des "Trois mousquetaires" qui est véritablement un monument du genre !...

Jules - Bruxelles - 76 ans - 29 août 2005


Cape et d'épée... Miam ! 8 étoiles

Encore un très bon roman de cape et d'épée. Dans la lignée du "Capitaine Fracasse" et des "Trois Mousquetaires". Les personnages sont hauts en couleur et très sympathiques, le style est exquis, les rebondissements s’enchaînent, les duels d’épée sont étonnants de vivacité (cf la célébrissime botte de Nevers) ! J'avoue avoir un faible pour le superbe Lagardère, et l’étincelante Dona Cruz mais par contre je trouve que Aurore est un petit peu fade, trop lisse.
Sinon, j’ai vu la version cinématographique avec Daniel Auteuil et Marie Gillain, les acteurs jouent très bien mais l’histoire est un peu trop éloignée du roman initial. En outre, bien qu’Auteuil soit un excellent acteur, il ne correspond pas exactement à l’image que je me faisais de Lagardère.

Manon - Paris - 32 ans - 29 août 2005


Ennuyeux 3 étoiles

Je ne partage pas l'enthousiasme des autres critiques. En effet, à moins d'être un fan inconditionnel du genre (roman de cape et d'épée), passez votre chemin et regardez plutôt le film avec Jean Marais, car la, vous passerez un moment agréable. Le livre est plutôt ennuyeux à mon goût pour deux raisons : les personnages ne sont pas attachants et l'histoire nous fait passer d'un combat de Lagardère à un autre, avec des passages ennuyeux entre. Pas de profondeur psychologique ou quelque chose qui nous sortirait de ce petit train-train. Décevant.

Benoit - Rouen - 40 ans - 12 mai 2004


D'accord avec tout le monde 9 étoiles

C'est vrai que le roman aurait pu être plus court, mais il ne faut pas oublier que ce sont les journaux qui publiaient ces romans "populaires" avant de sortir en librairie et ces auteurs (comme Dumas) étaient payés à la ligne et c'était dans leur intérêt d'écrire le plus possible, mais bon le livre est très bien comme ça. Quand aux suites, je ne les ai pas lues, mais la préface en parle et je me suis souvenu de ce point, comme de l'article, que je cite dans l'introduction, que l'on trouve dans la plupart des encyclopédies qui dit clairement que Dumas a inventé le genre "Cape et épée", mais ça n'enlève rien aux qualités de ses livres.

Killeur.extreme - Genève - 39 ans - 17 novembre 2003


D'accord avec Killeur 9 étoiles

Bah oui, je regrette un peu le bon vieux temps du cape et d'épée, et contrairement à la critique ci-dessous, je ne trouve pas que le style de Féval soit pompeux. Un très bon livre que ce Bossu, qui rappelle l'univers Dumasien tout en ayant ses propres qualités. Oui, un bon souvenir. A titre d'exemple, j'avais été profondément déçue par le Capitaine Fracasse de Gautier, comme quoi, les goûts et les couleurs... De même, si ma mémoire ne me fait pas défaut, il me semble que je n'avais pas apprécié tant que ça les suites concoctées par Féval fils.

Folfaerie - - 52 ans - 17 novembre 2003


ce que j'en pense 6 étoiles

Je viens de le finir, c'est vrai qu'il y a du style dans ce livre, mais celui-ci peut être pompant, Féval aurait pu le raccourcir, ce livre, de moitié, et il n'en aurait pas pour autant perdu de l'intérêt. Son épaisseur et son style pompeux peut être repoussant pour un lecteur moyen.

Pétoman - Tournai - 45 ans - 17 novembre 2003