Entre la mort et la vie
de Alexis Apoukhtine

critiqué par Nathafi, le 26 janvier 2014
(SAINT-SOUPLET - 50 ans)


La note:  étoiles
Récits aux formes originales
Alexeï Apoukhtine, grand ami de Tchaïkovski, qui mettra en musique plusieurs de ses poèmes, nous offre ici trois histoires de formes tout à fait différentes.

La première, "Les archives de la Comtesse D.", est une succession de lettres adressées à cette dame, relatant des évènements, sous des regards différents selon leur auteur. La Comtesse, grande absente, dont on devine les traits et le caractère par le biais de ces missives, semble toutefois utiliser et manipuler tout ce petit monde sans qu'aucun ne s'en aperçoive...

La suivante, "Le journal de Pavlik Dolsky", est l'histoire d'un homme approchant de la cinquantaine et qui, pour l'époque, semble déjà bien vieux. Il a en horreur son médecin, qui veut lui faire constater les signes du temps et accepter les désagréments de sa santé délicate. Pavlik refuse de se voir vieillir et confie à son journal une sorte de rétrospective de sa vie, un bilan ni glorieux, ni pitoyable, et avoue aussi ses penchants pour une toute jeune demoiselle, nièce de sa grande amie, dont il aimerait obtenir les faveurs.

La dernière, "Entre la mort et la vie", est la plus surprenante et tient de la nouvelle. Le Prince est mort, et autour de lui commencent les préparatifs pour son enterrement, et les défilés des proches attristés et des inconnus accablés. Tous s'affairent alors que le défunt les observe, du haut de son âme, commente leurs faits et gestes, sourit parfois, s'insurge. Il vit tout ce qui se passe après sa mort, ce récit surréaliste est haletant et ne manque pas de piquant.

Il est bien dommage que cet auteur ne soit connu que pour ses poèmes, ses textes offerts ici ayant été jugés trop "modernes" en leur temps, ils furent presque ignorés.