Dérives
de Piero Macola

critiqué par Pucksimberg, le 15 janvier 2014
(Toulon - 40 ans)


La note:  étoiles
Les petits pêcheurs et les chalutiers
De petits pêcheurs voient leur quotidien perturbé par de gros chalutiers qui leur font une sacrée concurrence. Les finances ne sont pas au beau fixe. Piero Macola décrit le quotidien de ces hommes qui rêvent de gagner le gros lot, qui se retrouvent à travailler à l'usine parce qu'ils n'ont plus le choix et qui se débattent pour exister, ou tout simplement pour se nourrir ...

Ce roman graphique est une photographie de la vie de ces êtres épuisés par la mondialisation. C'est un instantané d'un monde en plein changement où les petits se font dévorer par les gros. Ces êtres doivent survivre quitte à réaliser des actes répréhensibles. Les dessins sont simples, parfois trop simples car on en vient à confondre les personnages. Honnêtement, il ne se passe pas grand-chose. Et ce ne sont pas les dessins qui vont redynamiser tout cela.

Les dialogues sont réalistes, mais ne parviennent pas à emporter l'adhésion du lecteur. Le côté reportage ne m'a pas passionné non plus. J'ai eu l'impression de lire une ébauche de bande dessinée, pas une production aboutie. En ce qui concerne, le monde des pêcheurs, j'avais à l'esprit "Terre-Neuvas" de Chabouté que j'avais beaucoup aimé, et "Dérives" m'a semblé bien fade par rapport à la bande dessinée citée précédemment.

De l'ennui ...