Regard de peintre ou les couleurs de la nuit de Geneviève Roch

Regard de peintre ou les couleurs de la nuit de Geneviève Roch

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Arts, loisir, vie pratique => Arts (peinture, sculpture, etc...) , Sciences humaines et exactes => Essais

Critiqué par Pieronnelle, le 11 janvier 2014 (Dans le nord et le sud..., Inscrite le 7 mai 2010, 72 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 1 664 

Les mots d'un regard...

La peinture de Geneviève Roch nous saute au regard et à l’âme.
Le rouge nous embrase, le noir nous absorbe, les formes nous happent et ce que nous « croyons » voir pénètre au plus profond de nous.
Quelle frustration de ne pouvoir la montrer dans ce qui est n’est en aucun cas une critique, mais l’évocation d’une émotion pure. Ceci est mon humble avis pour présenter cette peinture mais surtout ce regard de peintre, regard qui, d’une façon plus générale, semble concerner celui qui l’observe cette peinture, qui ne l’a pas exécutée, donc regard extérieur. Là il s’agit d’un regard intérieur, celui du peintre qui veut nous faire appréhender ce que peut être la peinture, SA peinture.
C’est une belle générosité je trouve que de vouloir nous faire partager ce que, souvent, nous avons du mal à définir. Ce n’est pas une explication de la peinture, mais, comme le souligne Jean-Marc Stricker dans la présentation du recueil
« Geneviève Roch nous fait entrer dans les coulisses de son regard et de sa main que prolonge le pinceau ».
Dans son avant-propos Geneviève Roch précise :
« Les mots parleraient-ils mieux que la peinture ? Je ne sais trop. Mais je sais que le peintre se retrouve complètement nu à chaque toile, aussi inquiet qu’à ses débuts avec une mémoire parfaitement oublieuse... »
Alors ce « regard de peintre » interroge, sur le désir, le besoin incontrôlable, les sensations, le doute, les émotions…face à une toile blanche.
Pourquoi peindre ? Figuratif ou abstrait ? A quel moment un tableau commence et se finit ? Il y a-t-il une unité dans la peinture, de l’humilité ?
« Il faut accepter, le meilleur comme le pire , puisqu’on ne peut l’éviter. Achopper à ses limites. On n’a pas le choix. C’est le prix à payer sans doute, pour effleurer le seuil des ailleurs interdits. C’est en effet parfois au moment où l’on est sûr que l’on ne pourra sortir du rien renvoyé par la toile que l’inespéré se produit. Alternance de plénitude et de détresse. C’est le lot du peintre… »
Se pose aussi la question de comment « montrer » ses toiles. Où, à qui ? Comment ne pas se faire piéger par le désir de plaire ? Un vrai dilemme :
« En choisissant de plaire, l’artiste se perd. Pourtant il paraît légitime de chercher une reconnaissance. Si peindre c’est donner à voir, le peintre ne peut nier que le regard des autres lui importe…»

Ce qui est agréable et touchant dans ce recueil c’est la simplicité avec laquelle Geneviève Roch nous fait entrer dans sa vision de la peinture et surtout dans le processus de création. Il n’est pas question ici de faire comprendre la peinture, de la décoder, mais d’essayer de connaître ce qui provoque le choc émotionnel face à un tableau. Et quand le peintre ose se regarder, avec l’humilité nécessaire dès qu’il entre dans ce qu’on appelle l’Art, il nous transmet cette rencontre essentielle avec ce qui nous semble inaccessible et pourtant si nécessaire. Comme avec la poésie. Car Geneviève Roch est aussi poète comme le démontre cette «Nuit écarlate» (et ses recueils de poèmes) qui termine ce petit livre si riche en si peu de pages :

« Peindre
Un saut dans le vide.
Ces espaces blancs dans la lumière dévastée. Tu peins des horizons diffus.
Quand le chemin n’est plus visible ou bien n’en finit pas c’est le noir qui saisit la toile. Il te renvoie à l’origine où l’invisible se tapit.
Ce noir où tu dois tout chercher. Où tout peut se révéler.
Désert des profondeurs. Réserve de l’inaccompli.
Nuit.
Ces bruissements soudain derrière l’obscurité comme pour dévoiler la caresse du souffle ;
Ces vibrations dans la ténèbre.
D’étranges brillances sans lumière annoncent un lointain. S’échappent et reviennent. Laissent trace.
La toile se troue de rêves écarlates.
Tu peins ce que tu ne peux voir encore.
Tu peins pour que dure jusqu’au bout de ta vie l’aventure de l’insaisissable.
Ta vie…
Infime espace de croissance ininterrompue afin que l’autre vie, celle qui sourd en toi, s’y montre et s’y déploie dans un surgissement de couleurs.
Crevant la nuit des rouges éclatent et flamboient. Répandent la lumière.
Ce feu qui s’arrache de toi…Y es-tu pour quoi que ce soit ? »

Je sais maintenant que lorsque j'irai dans un musée je ne regarderai plus les tableaux de la même façon mais avec un autre regard, celui qui permet d'aller au delà de ce qu'on voit et qui provoque l'émotion intense.

Pour les peintures de Geneviève Roch (Glef) on peut se reporter au livre « Chemins de feu » où les poèmes de Bernard Grasset font face aux tableaux du peintre et qui a fait l’objet d’une critique :

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/39321

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Regard de peintre ou les couleurs de la nuit

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Regard de peintre ou les couleurs de la nuit".