Femmes Russes
de Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

critiqué par Nathafi, le 4 janvier 2014
(SAINT-SOUPLET - 50 ans)


La note:  étoiles
L'âme féminine russe

Cette édition qui date de 1933 regroupe trois histoires, petit roman et nouvelles, de l'auteur qui aimait observer la femme russe et disséquer son âme.

La première, très connue, "Premier amour", évoque le premier amour d'Ivan Tourgueniev, en la personne de Zinotchka, une jeune fille joliment convoitée, qui se joue de ses courtisans et, bien sûr, du pauvre jeune homme, attitude qu'il ne comprend pas et qui le fait souffrir.

Une autre nouvelle, "Faust", est présentée sous forme de lettres écrites par Pavel Alexandrovitch à son ami Semion Nikolaievitch. Il y raconte ses retrouvailles avec Vera Nikolaïevna, une jeune fille qu'il avait connue étant jeune, dont il était très amoureux. Celle-ci, mariée et mère à présent, a grand plaisir à le revoir. Il lui propose la lecture d'oeuvres imaginaires, à elle qui n'a jamais pu, du vivant de sa mère, lire de poésie ni de roman. C'est donc "Faust" de Goethe qu'il tient à lui faire découvrir, et la jeune femme s'en trouve totalement bouleversée...

La dernière, "Le médecin du district", est très courte. On y découvre un médecin appelé au chevet d'une jeune fille mourante, près de laquelle il restera jusqu'à la fin.

Ces trois histoires présentent des femmes passionnées, prêtes à céder à l'amour qui les submerge de toutes les façons, plus ou moins dramatiques.

M. Tourgueniev les magnifie sous sa plume, et leur rend un bel hommage...