Barcazza
de Francesco Cattani

critiqué par Pucksimberg, le 24 décembre 2013
(Toulon - 40 ans)


La note:  étoiles
Sea, sex and sun en Italie
Une famille italienne se retrouve en vacances sur un bateau, près d'une île paradisiaque. Il fait chaud, les enfants nagent, font des plongeons du haut d'une falaise, s'introduisent dans une grotte ... On prend le soleil, on discute de tout et de rien. Il est question d'adolescence, du corps qui change ( qui se forme ou qui vieillit ), d'attirances ...
En fait, il ne se passe pas grand-chose, mais cette bande dessinée a quelque chose d'hypnotique qui invite le lecteur à poursuivre sa lecture.

Les dessins sont très simples, juste un trait noir sans aucune coloration. Le dessinateur va à l'essentiel et parvient par un tour de maître à restituer une atmosphère. On ressent cette chaleur, la fraîcheur de la mer, les tourments de certains personnages, la jalousie du personnage féminin jaloux de la tante impudique de son époux. Afin de donner de la vérité à cette BD, Francesco Cattani dépeint ces scènes par des effets de réel, des détails insignifiants qui donnent l'illusion que ce qui est peint est bien vrai, comme ce jeune homme qui observe ses jambes dans un miroir ...

Se dégage une certaine sensualité de cette bande dessinée qui montre des instants de vie estivale sans trier les informations capitales des informations secondaires ( inflammation entre les jambes qui débouchera sur une scène fortement sensuelle, douche, scène aux toilettes ... ). Ce roman graphique possède une certaine force aussi par le fait qu'il ne révèle pas tout au lecteur. Il y a de l'implicite, des non-dits ... comme cette porte sur laquelle se boucle cette oeuvre.