Confiteor de Jaume Cabré

Confiteor de Jaume Cabré
(Jo confesso)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sentinelle, le 16 décembre 2013 (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 47 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 9 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (389ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 064 

Une longue lettre à la femme aimée

Un homme malade, que la mémoire abandonne progressivement mais inéluctablement, décide avant de mourir d’écrire une lettre à la femme qu’il aime. Une manière de prendre ses dispositions, de mettre ses affaires en ordre, une sorte de testament désordonné en mettant sur le papier tout ce qui est racontable. Avant qu’il ne soit trop tard, avant que la mémoire ne disparaisse à jamais. Une lettre portée par une écriture frénétique sur plusieurs mois devant l’autoportrait de son grand amour qui n’est déjà plus. Pour témoigner, se confesser, pour transmettre. Pour se faire pardonner ?

Confiteor est un roman labyrinthique dans lequel on ne se perd jamais, la voix d’Adrià faisant office de fil d’Ariane. Nous passons de Rome à Barcelone, de Crémone à Paris, du présent aux siècles précédents en passant par la seconde guerre mondiale. Avec l’exploit d'aller d’un lieu à l’autre, d’une époque à l’autre sans crier gare, au saut de ligne au sein d’une même page, dans un flux continu comme des fils chamarrés qui s’entremêlent et s’enchevêtrent pour ne constituer qu’une seule et même toile. Et des motifs récurrents comme un violon d’exception, une médaille ou un linge de table encrassé.


La recherche des sources du mal qui hante les pages de notre histoire commune. Mais avant tout l’histoire d’une vie emmêlée aux autres, faite d’amours, d’amitiés, de trahisons, de remords, de lâchetés, de culpabilités. De tout ce qui nous lient, recevons en héritage, nous accompagnent, ce que nous construisons et que nous transmettrons un jour.

Le tout porté par une écriture limpide, sans longueur malgré l’épaisseur du roman.

Un roman plaisant à lire mais qui a fini véritablement par m’émouvoir dans la dernière partie du récit, lorsque nous touchons à l’intimité d’une vie qui ne sera bientôt plus. Le fil d’une vie qui se dénoue mais qui ne se perdra pas pour autant.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Chef-d'oeuvre absolu.

10 étoiles

Critique de Provisette1 (, Inscrite le 7 mai 2013, 5 ans) - 22 août 2017

Il n'y a rien à ajouter.

« Ugh ! »*

10 étoiles

Critique de Ludmilla (Chaville, Inscrite le 21 octobre 2007, 62 ans) - 21 août 2017

Un livre - un pavé de presque 800 pages- , devant lequel j’ai longtemps hésité, effrayée par les critiques de CL: « un roman labyrinthique », « Une expérience littéraire étonnante et vertigineuse réservée aux lecteurs les plus chevronnés », « un roman ardu et tortueux, un livre qui se mérite » « un livre long et ardu »

Un coup de cœur absolu, malgré le style déroutant où l’on peut changer d’époque dans une même phrase, aller et revenir de l’Inquisition aux SS plusieurs fois dans le même paragraphe. Sentinelle avait raison « un roman labyrinthique dans lequel on ne se perd pas » (du moins je ne m’y suis pas perdue....)

Un roman fabuleux !

« Et il dit aux livres croissez et multipliez-vous et répandez-vous dans toute la maison. »
* «- Ugh (Aigle-Noir, le valeureux chef Arapaho) »
« Je n’ai jamais eu l’âge pour rien. Ou j’étais trop jeune ou je suis trop vieux. »

Histoire d’un violon, d'un homme, d'un amour...

9 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 25 février 2017

En commençant Confiteor je me suis dit : tient, encore l’histoire d’un enfant esseulé dans une famille de la bourgeoisie espagnole (voir par exemple Paradis inhabité...). Puis j’ai commencé à être confronté à des flashbacks plus ou moins faciles à suivre, puis de vrais « voyages dans le temps » relatant sans prévenir des scènes vieilles de plusieurs siècles, sans lien évident avec la trame principale. Parfois le point de vue change et le « je » devient « il ». Structure déroutante mais captivante, je me suis mis à suivre les aventures d’un arbre devenu violon, et la vie d’Adria qui rédige cette longue et labyrinthique autobiographie au crépuscule de son existence, avant qu’Alzheimer n’efface sa mémoire d’homme et d’érudit.

Il n’est évidemment pas question de résumer un ouvrage pareil !
Confiteor est un livre d’enquête, enquête sur un violon et enquête sur la vide de ce père tyrannique qui voulait faire de son fils un génie polyglotte.
C’est un livre sur l’amour et sur l’amitié.
C’est un livre sur l’art, la littérature, la musique, le dessin.
C’est une réflexion philosophique sur la vie, sur la notion de destin, sur le Mal.
C’est un livre vivant, parfois bouleversant.
C’est un ouvrage monumental, par son épaisseur, par le foisonnement des personnages (il y a une liste à la fin), par l’érudition de son auteur et par sa construction qui menace de perdre régulièrement le lecteur.

Une expérience littéraire étonnante et vertigineuse réservée aux lecteurs les plus chevronnés. Je le range avec Vie et Destin dans la pile des livres à relire un jour.

Je confesse

7 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 34 ans) - 12 septembre 2016

Il y a quelques temps de cela j’avais été surpris par des critiques trouvant une œuvre de John Irving, dernière nuit à Twisted River si mes souvenirs sont bons, complexe, difficile à suivre, compliquée, bref que ce roman était difficile à lire. Et Bien lisez Confiteor et vous saurez ce qu’est un roman ardu et tortueux, un livre qui se mérite.
De ma vie de lecteur, rarement un roman m’aura donné autant de fils à retordre. Peut être l’œuvre au noir de Marguerite Yourcenar, et encore…
Confiteor est un roman au cheminement complexe, très complexe. On se perd dans les personnages et surtout dans les époques qui se mélangent sans prévenir car l’auteur ne ménage pas le lecteur. Et là se situe le gros point noir de Confiteor à mon avis. Le style est très précis et l’auteur montre toute son érudition au travers de nombreux chapitres intéressants : réflexions sur l’art, l’histoire, l’holocauste, le mal… mais que la narration devient parfois agaçante ! J. Cabré abuse des digressions, mais attention pas de la petite digression que l’on voit venir… Non de la digression « coup de poing ». Changement de narrateur, de lieu ou d’époques sans prévenir, parfois, voir même souvent, en plein milieu d’une phrase. Il y a de quoi être décontenancé. Que l’on rencontre cela de temps en temps je ne dis pas mais lorsque cela devient récurrent il y a de quoi s’exaspérer. Heureusement que le romancier diminue grandement l’utilisation de ce procédé durant la seconde moitié de son œuvre : Ouffff !!
Cependant il ne faut pas oublier les qualités d’un tel roman qui plonge le lecteur dans une histoire originale, riche et prenante. La vie d’Adria Ardevol, son lien avec un violon d’une valeur inestimable mais à l’histoire tragique, le côté particulièrement fouillé des personnages, la beauté des sentiments qui ressurgissent au fil de cette lecture et l’érudition qui ressort de ces pages sont autant de points positifs qui font de Confiteor un roman à part, un roman qui déconcertera de nombreux lecteurs, un roman qui se mérite mais une œuvre qui marque.

Quel tourbillon!

8 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 35 ans) - 31 août 2014

Un livre foisonnant qui parle d'éducation, de théologie, d'amour, de haine, de guerre, de spoliation et de mille et une autres choses!
La trame principale qui vise à narrer la riche vie d'Adria Ardevol, un savant humaniste, est émaillée de nombreuses incises qui finissent par se rejoindre dans un maelstrom parfaitement maîtrisé!

C'est un livre long et ardu qui ne se dévore pas mais qui se déguste petit à petit pour pouvoir digérer toute sa richesse et en apprécier sa portée.

Par contre je suis mitigé sur l'effet de style de l'auteur qui consiste à changer la narration en cours de paragraphe : c'est certes original mais du coup on ne sait plus toujours dans quelle "histoire" on est, et le livre était déjà suffisamment complexe sans cet artifice!

Magnifique !!!

9 étoiles

Critique de Elfebretonne (, Inscrite le 11 juillet 2010, 42 ans) - 6 avril 2014

J'avais été prévenue par une lectrice: le style d'écriture est assez particulier. L'auteur passe du "je" au "il" dans le même paragraphe tout en faisant toujours parler le même personnage.
Mais malgré ce style, je m'y suis fait rapidement.
Le héros, Adria, est attachant: petit garçon qui se crée son propre monde coincé entre une mère qui veut en faire un virtuose du violon et son père qui le destine à une carrière d'universitaire. Adulte, il essaye de concilier ses valeurs, l'amour pour son violon et son amour pour Sara. Ce roman est une longue confession qu'Adria écrit à Sara à la fin de sa vie. Le tout en ayant Barcelone pour fond de décor.
J'en suis sortie les larmes aux yeux...

Grandiose chaos

10 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 38 ans) - 1 février 2014

Parce qu'il est très épais, parce qu'il utilise une écriture exigeante, parce qu'il comporte une multitudes de personnages, parce qu'il nous balade dans le temps et dans l'espace, parce qu'il possède une structure assez déconcertante au premier contact et parce qu'il est le fruit du long travail d'un érudit, "Confiteor" fait indiscutablement partie des romans que l'on est fier d'avoir lu. Et je l'ai fait! D'abord entamé comme un défi personnel, quelques pages m'ont seulement été nécessaires pour m'habituer à la construction de la narration qui passe constamment d'une histoire à une autre et d'un narrateur à un autre, en plein milieu d'un paragraphe ou même d'une phrase! Mais une fois cette gymnastique maîtrisée, je suis entré complètement dans le récit de cet homme surdoué qui se remémore sa vie. Tous les évènements sont marqués par la présence d'un violon, objet angulaire de l'histoire, que l'on suit de sa création à aujourd'hui, qui passe à travers les siècles et bouleverse de nombreuses destinées.
Cette confession de fin de vie permet d'aborder différents thèmes omniprésents à toutes les époques, comme la musique, la peinture, l'écriture, les langues, la guerre, la religion, la maladie, l'amitié, la famille et bien sûr l'amour, le tout réuni dans un capharnaüm magistral.
J'ai lu ce roman pendant une période où j'avais le temps de lire et je conseille aux futurs courageux qui veulent s'attaquer à ce monument de suivre mon exemple, pour véritablement apprécier la profondeur et la grandeur du sujet. Le travail de recherche et d'écriture de Jaume Cabré accouche d'un roman dense et bouleversant de sentiments, qui nous transporte à travers l'Histoire et ses lieux et nous rend plus fort à la fermeture de ses pages et certainement plus... humain!

L'art de la narration

10 étoiles

Critique de Paofaia (Moorea, Inscrite le 14 mai 2010, - ans) - 24 décembre 2013

-Comme Primo Levi?
C'était la première fois de l'après-midi que Bernat ne m'insultait pas . Je le regardais bouche bée de surprise et il poursuivit: je veux dire qu'il s'est suicidé parce qu'il était âgé . Il aurait pu le faire avant, dès le moment où il est sorti de l'horreur. Ou Paul Celan, qui a attendu des années et des années.
- Ils ne se sont pas suicidés parce qu'ils avaient connu l'horreur, mais parce qu'ils l'avaient écrite.
- Je ne te suis pas.
- Ils l'avaient écrite: ils pouvaient mourir. Mais il y a autre chose: ils se sont rendu compte qu'écrire c'est revivre, et passer des années à revivre l'enfer, c'est insupportable. Ils sont morts d'avoir écrit l'horreur qu'ils avaient vécue. Et, à la fin, toute cette douleur et cette panique réduites à mille pages ou à deux mille vers; faire tenir tant de douleur dans quelque centimètres carrés de papier imprimé, cela a l'air d'un sarcasme.


Sentinelle a déjà fort bien parlé de ce livre de façon concise, la concision n'est pas mon fort:)
Disant qu'elle n'avait été émue qu'à la fin.Moi tout de suite, dès les premières lignes:

Ce n'est qu'hier soir, alors que je marchais dans les rues trempées de Vallcarca, que j'ai compris que naître dans cette famille avait été une erreur impardonnable. Tout à coup, j'ai vu clairement que j'avais toujours été seul, que je n'avais jamais pu compter sur mes parents ni sur un Dieu à qui confier la recherche des solutions..
...je suis arrivé à la conclusion que cette charge m'incombe à moi seul. Et que mes succès et mes erreurs sont de ma responsabilité, de ma seule responsabilité. Il m'a fallu soixante ans pour voir cela.


C'est effectivement une lettre de confession, sans attente d'absolution. Le récit d'une vie. La vie d' Adrià Ardèvol y Bosch.

Il y a déjà beaucoup d'excellents commentaires qui parlent de ce livre, et il est tellement dense qu'il est impossible d'en dévoiler l'histoire , sans en altérer la richesse et la portée.

C'est effectivement un roman dans lequel on ne se perd jamais, tant la construction est travaillée, et ce, malgré la longueur et les nombreux personnages. Et qui ne pose, à mon avis, aucune difficulté de lecture, il suffit de se laisser porter.

C'est une très belle histoire d'amour avant tout. Amour pour une femme d'abord qui lui "sert d'exemple", et à qui il écrit.
Amour pour un ami, pour des objets qui jalonnent le récit et ont tous une signification. Et amour pour l'Art et la connaissance:
La réalité des choses de la vie ne peut être déchiffrée , approximativement, qu'avec l'aide de l'oeuvre d'art, même si elle est incompréhensible.

C'est ainsi que cet enfant surdoué , ce grand érudit, commence par écrire un livre de réflexions intitulé La Volonté esthétique.

Mais après, et au fur et à mesure que l'enfant en lui comprend un peu mieux les bribes de connaissances de l'histoire familiale qui lui avaient échappé, il veut s'attaquer à tout autre chose, à une réflexion sur le problème du Mal.
Et là.. il ne pourra pas. Parce que, pas plus que nous, il n'a de réponse à ce pourquoi tant de mal?
Ce n'est pas pour rien que cette lettre- confession est écrite sur l'envers des pages de son essai sur le mal. Car le mal n'existe pas de façon abstraite. Le mal est fait par quelqu'un. Et à chaque personnage son histoire.
Ce n'est que par le biais de la narration, par l'histoire individuelle, par l'objet lui-même que Cabré nous fait accéder à la réflexion . Et ces cas individuels sont les mêmes , même si le récit saute allégrement d'une époque à une autre, de l'Inquisition au nazisme et au terrorisme. Et ceux qui en souffrent sont aussi les mêmes. Et il en est toujours pour porter le poids de cette douleur , et vouloir la confesser, tenter de l'expliquer . Quand ils savent la raconter, et qu'ils sont lus, ils peuvent, peut être, faire progresser l'humanité. Ni la perte de la mémoire , ni la mort ne peuvent rien contre la littérature.
Cette fusion des personnages surprend au tout début, et puis, coule de source, n'altérant en rien la compréhension du texte.

C'est un roman très musical. Un thème qui se poursuit, et des variations autour de beaucoup de choses. Des réponses. Et des dissonances. Dans ces dissonances, volontaires , on peut noter le passage brutal dans une phrase du Je au Il , mais là non plus cela ne perturbe aucunement la lecture. Ce passage du Je au Il a aussi, pour moi, d'autres explications. Il commence dès l'enfance, et cet enfant solitaire a deux compagnons de jeu , un cow boy et un indien, qu'il fait parler à la deuxième ou la troisième personne comme tous les enfants dans le jeu.
Et cet enfant qu'il reste jusqu'au bout , jamais complètement construit tant il lui manque de bases car ses parents ne lui ont jamais parlé , fait parler chaque objet susceptible d'éclairer les mystères. De chaque objet part une histoire , histoire qui débute à la troisième personne .

C'est un roman qui avance par touches , par résonances, absolument pas sentencieux , quelquefois drôle, et en tout cas très simple et humain.

Forums: Confiteor

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  L'absolu 4 Provisette1 24 septembre 2017 @ 10:40

Autres discussion autour de Confiteor »