Tout sur le chat... et le reste
de François Moutou, Sophie Jansem (Dessin)

critiqué par JulesRomans, le 19 décembre 2013
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
Chat alors !
Voilà un ouvrage dont le contenu donnera au jeune lecteur l'envie d’en savoir vraiment beaucoup sur les chats. On apprend, après deux pages de généralités, différentes informations sur les sens et le squelette du chat. Le second chapitre évoque le mode de vie que peuvent avoir certains chats, selon qu’ils sont domestiques, sauvages ou appartiennent à une race particulière. On est très surpris d’apprendre qu’à Chypre on a trouvé dans une tombe un homme et son chat ; cette sépulture étant vieille de 9 000 ans, on peut penser que les débuts de la domestication du chat sont de cet ordre, au moins pour le Proche-Orient.

Le troisième chapitre pointe la façon dont se nourrissent ces félins-là, à la fois ce qu’ils mangent et comment ils attrapent leur proie. L’enfant prend conscience que donner du lait à son chat est une action positive mais que lui offrir sa boisson chocolatée lui causera un empoisonnement plus ou moins grave. Le quatrième point évoque la reproduction, la croissance, la durée de vie, les maladies, les désagréments propres au chat. Le cinquième chapitre aborde des aspects moins connus sur le rôle incongru des chats. Ainsi ces derniers ont joué un rôle dans la disparition du dodo à l’île Maurice et du troglodyte sur l’îlot Stephen (de moins de trois kilomètre carré) au large de la Nouvelle-Zélande. Aux USA les 140 000 000 de chats (pour moitié sauvages et pour moitié domestiqués) tuent annuellement environ 2,5 milliards d’oiseaux et 15 milliards de mammifères. Le dernier chapitre se penche sur les mythes, légendes, superstitions et proverbes liés au chat.

L’illustration est très abondante, dans un style de dessin qui renvoie tant par le trait que par l’humour un peu à Reiser (lui-même avait d’ailleurs dessiné des histoires où un chat intervenait). On a la reprise avec bonheur de certains points du contenu du texte. L’auteur est docteur vétérinaire à Maison-Alfort, il nous offre donc une grande scientificité dans ses propos vulgarisateurs. Si cet ouvrage paraît en jeunesse, il est en fait pour un lectorat de 9 à 99 ans et le nombre de lecteurs adultes devrait largement dépasser le nombre de lecteurs mineurs. Pour ces derniers, rappelons que que le tome 3 du "Journal d’Alice" évoque le chagrin d’une enfant en vers et en prose à la mort de son chat. Des poèmes sur les chats au contenu accessible aux jeunes sont sortis chez Chiflet sous le titre de "Cher Maître, je pourrais me faire les griffes dessus".