Le troisième Testament, tome 3 : Luc ou le souffle du taureau
de Xavier Dorison (Scénario), Alex Alice (Dessin)

critiqué par Nothingman, le 21 juin 2003
(Marche-en- Famenne - 40 ans)


La note:  étoiles
La résolution de l'énigme
Conrad de Marbourg et Elisabeth ont été fait prisonniers par le cruel évêque de Stornwall. Celui-ci s'est emparé du reliquaire contenant les manuscrits de Julius de Samarie. Ceux-ci renferment sept énigmes, qui toutes résolues, mènent tout droit au troisième testament. L'infâme évêque fait travailler sur son île forteresse des moines érudits afin de déchiffrer cette vaste énigme. Nos deux héros réussissent à s'échapper grâce à Trevor le mercenaire irlandais. Conrad comprend enfin que l'évêque a partie liée avec son plus grand ennemi, le comte de Sayn, un suppôt du Mal. Sayn l'avait sauvé vingt ans plus tôt bien qu'ils se vouaient à une haine farouche. Elisabeth et Marbourg vont alors rejoindre au plus vite l'abbaye de Saint Luc en Bohême dont les moines tentent de déchiffrer la septième énigme. Mais trop tard... Que dire de plus, passionnant de bout en bout. Tous les ingrédients sont réunis. La quête du troisième testament, de l'ésotérisme, de l'action,... Rien ne manque et je me rue de ce pas sur le dernier tome.
Plus sombre encore 9 étoiles

Ce troisième tome nous permet de découvrir le passé plus douloureux du comte Conrad de Marbourd, en proie à un démon intérieur, alors qu' Elisabeth parvient à s'émanciper.
Ils sont confrontés tous deux à des questionnements, plutôt d'ordre existentiel ( "sans savoir, je ne peux pas vivre libre" dit Elisabeth), et c'est ce qui fait la profondeur de cet opus.
Libérés de leur geôle par un inconnu, Marbourd se lance à la recherche du dernier élément pour décoder le "troisième testament" , et il le fait seul pour protéger Elisabeth. C'est donc au rythme d'une course effrenée qu'il découvre la crypte où s'affairent copistes enlumineurs (splendide scriptorium).
Moment clé du récit, car il faut pourvoir extraire le secret d'un morceau de manuscrit exhumé du scriptorium, un manuscrit à étoile à 7 branches . Comment résoudre cette énigme... un nombre qui mène à une lettre... des valeurs numériques d'un nombre... un langage bien ésotérique qui indique un lieu mais il faut un cartographe... suspense à son comble, suite au IVème volume.
De toutes les questions qu'elle suscite et de la qualité générale de l'ouvrage, je trouve cette BD d'une qualité bien supérieure au "Symbole perdu" de Dan Brown (d'une banalité confondante) et plus forte que le " Rituel de l'ombre" de Giacometti / Ravenne (d'une trivialité déplacée).

Caro des bois - - 10 ans - 13 juillet 2014